Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Quand ceux d’en haut peuvent encore, et ceux d’en bas veulent encore.

L'article très intéressant de Ahmed HALFAOUI, « Le peuple et la démocratie » publié dans le journal algérien Les Débats et disponible ici : http://www.legrandsoir.info/le-peuple-et-la-democratie.html, m'a semblé mériter les compléments qui suivent.- Mauris Dwaabala

Les formes de la démocratie ont constamment changé pendant le cours des siècles, depuis ses premiers germes dans l’antiquité.

Dans les anciennes républiques de la Grèce, dans les cités du moyen-âge, dans les pays capitalistes civilisés, la démocratie revêt des formes diverses et un degré d’adaptation différent.

La bourgeoisie a conquis le pouvoir dans les pays civilisés au prix d’une série d’insurrections, de guerres civiles, de l’écrasement par la force – des rois, des nobles, des propriétaires d’esclaves, des prolétaires – et par la répression des tentatives de restauration... ou de révolution...

Elle ne l’a réussi qu’en sachant attacher à sa cause des masses populaires qui trouvaient ou croyaient trouver dans ses victoires un allègement de leurs chaînes.

Ceci à l’intérieur ; ensuite elle en corrompit de larges fractions grâce à la surexploitation des travailleurs et de territoires étrangers sur laquelle elle sut prélever des miettes pour en faire sa clientèle.

Ce faisant, la bourgeoisie aurait donné aux travailleurs la « démocratie pure », comme si la bourgeoisie avait renoncé à toute résistance et était prête à obéir à la majorité des travailleurs, comme si, dans une république démocratique, il n’y avait pas une machine gouvernementale faite pour opérer l’écrasement du travail par le capital.

Car la plus démocratique des républiques bourgeoises ne saurait être autre chose qu’une machine à opprimer la masse des travailleurs à la merci de la bourgeoisie, à la merci d’une poignée de capitalistes.

La démocratie bourgeoise et le parlementarisme, sont organisés de telle façon que les masses laborieuses soient de plus en plus éloignées de l’appareil gouvernemental : c’est le régime sous lequel les classes opprimées recouvrent le droit de décider en un seul jour pour une période de plusieurs années quel sera le représentant des classes possédantes (être le représentant ne signifie pas pour autant être soi-même un possédant) qui représentera et opprimera le peuple au Parlement.

Tout cela est devenu tellement criant, malgré les contorsions de nos pauvres socialistes ! que certains appellent sans doute plus justement solfériniens, car il faut bien leur trouver un nom.

Et c’est précisément dans les républiques les plus démocratiques que règnent en réalité la terreur et la dictature de la bourgeoisie, terreur et dictature qui apparaissent ouvertement chaque fois qu’il semble aux exploiteurs que le pouvoir du capital commence à être ébranlé.

La science de l’économie politique, tout le contenu du marxisme, enseignent par quelle nécessité économique naît la dictature de la bourgeoisie, et comment elle ne peut être remplacée que par une classe développée multipliée, fortifiée et devenue très cohérente par le développement même du capitalisme, c’est-à-dire la classe des prolétaires.

Ce serait la plus grande naïveté de croire que la révolution la plus profonde dans l’histoire de l’humanité, que le passage du pouvoir d’une minorité d’exploiteurs à la majorité d’exploités, puisse se produire dans les vieux cadres de la démocratie bourgeoise et parlementaire, puisse se produire sans brisures nettes, sans que se créent de nouvelles institutions incarnant ces nouvelles conditions de vie.

Et la plus grande sottise de croire que les masses exploitées et leurs représentants les plus avancés (qui ne sont pas nécessairement eux-mêmes des exploités) ne doivent pas utiliser toutes les possibilités que leur offre le cadre étroit de la démocratie bourgeoise pour mener leurs luttes économiques, politiques et idéologiques et constituer cette cohérence consciente sans laquelle ils n’ont aucun avenir autre que celui des aventures fascisantes.

Dette : Thèses de Lénine pour l’Internationale communiste, en mars 1919.

URL de cet article 25298
   

Même Thème
La télécratie contre la démocratie, de Bernard Stiegler.
Bernard GENSANE
Bernard Stiegler est un penseur original (voir son parcours personnel atypique). Ses opinions politiques personnelles sont parfois un peu déroutantes, comme lorsqu’il montre sa sympathie pour Christian Blanc, un personnage qui, quels qu’aient été ses ralliements successifs, s’est toujours fort bien accommodé du système dénoncé par lui. J’ajoute qu’il y a un grand absent dans ce livre : le capitalisme financier. Cet ouvrage a pour but de montrer comment et pourquoi la relation politique elle-même est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB.

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.