Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Quand je serai grand, je serai "patron" à moi tout seul.

Chère monsieur LGS,

Voici ma dissertation sur "mon pays" que mon instituteur pense va vous amuser. Je vous dirai pas où je suis mais comme vous êtes des grands, je pense que vous allez trouver.

Dans mon pays, on est une "démocratie", c’est à dire que nous votons (pas moi, je suis trop petit) pour les uns ou les autres partis politiques, mais puisqu’ils sont tous pareillement démocratiques, pas besoin de réfléchir, on peut pas se tromper.

Dans mon pays, les politiciens on les reconnait facilement car ils se ressemblent tous, ils parlent et s’habillent pareils et disent tous la même chose (que je ne comprends jamais, d’ailleurs). Ils ne répondent jamais à une question "simplement", mais font de longs discours. Ca fait tout drôle de les entendre mais ça m’endort.

Dans mon pays, on a la "liberté d’expression". Je ne sais pas où et comment ça marche car personne ne dit rien vraiment, mais je sais qu’ils peuvent dire n’importe quoi, s’ils veulent (c’est un truc de grands), Je l’ai vu à la télé. Aussi, on peut aller à la "manifestation", si on demande poliment la permission. Mais la manifestation, c’est pas très bien car les manifestants ne sont jamais contents et ne cherchent qu’à attaquer la police qui sont là pour les protéger (contre qui, je ne sais pas, peut-être contre d’autres manifestants pas contents).

Dans mon pays, c’est la liberté "d’entreprise capitaliste". On m’a expliqué (car toujours trop petit) que c’est le droit de tout le monde d’être "patron", car on peut choisir d’être patron ou pas. Chez nous à la maison, on n’est pas "patrons", et tous les matins on se lève très tôt et on n’arrive à la maison que tard. A la maison, on ne parle pas beaucoup car on est fatigués et c’est souvent la mauvaise humeur parce qu’on n’a jamais assez d’argent pour payer les choses. Mon père dit toujours, "qu’il n’y en a que pour les riches" (ça non plus, je ne comprends pas).

Dans mon pays, on n’aime pas les "communistes", parce que les communistes n’aiment pas les patrons et les riches, et qu’ils veulent tout partager avec les pauvres. Déjà qu’on n’a pas beaucoup, je ne vois pas ce qu’on pourrait partager ; mon scooter que j’ai eu pour Noel ? Pas question. D’abord, on peut pas monter à deux.

Etre patron, c’est mieux et on n’a pas besoin de partager. Le problème, c’est tous les "pas patrons".

Je pense que si on était tous "patrons", on n’aurait pas besoin de faire travailler tous les "pas patrons" et de leur donner de l’argent pour vivre.

C’est pour ça que quand je serai grand, je serai "patron" à moi tout seul.

Car c’est mieux d’être tous riches que d’être tous pauvres, non ?

ADSkippy (10 ans)

PS ; Mon père, en lisant ce que je vous écris, a craché son apéritif et s’est mis à tousser en disant des gros mots que je ne peux pas répéter, mais c’était quelque chose à propos de ce qu’on nous apprend à l’école.

Si vous aimez, je peux vous en écrire d’autres, faciles à comprendre pour mes copains d’école, car vos trucs à vous, on n’y comprend rien. Mais les images, ça va.

URL de cet article 24790
   
AGENDA
jeudi 14 novembre 2019
vendredi 15 novembre 2019
vendredi 15 novembre 2019
samedi 16 novembre 2019
lundi 18 novembre 2019
lundi 18 novembre 2019
mardi 19 novembre 2019
jeudi 21 novembre 2019
vendredi 22 novembre 2019
samedi 23 novembre 2019
dimanche 24 novembre 2019
samedi 30 novembre 2019
samedi 14 décembre 2019
Propagande impériale & guerre financière contre le terrorisme
Ibrahim WARDE
« Après chaque attentat, des experts autoproclamés dénoncent les réseaux de financement du terrorisme. Les enquêtes ont beau démontrer que ces attentats nécessitent en réalité très peu de fonds, pour les idéologues endurcis qui forment les bataillons des "guerriers de la finance", l’absence de preuve ne signifie rien : il faut multiplier les attaques contre l’argent caché des terroristes. Or les frappes financières, si elles sont le plus souvent sans effets réels sur leurs cibles officielles, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il semblerait que la nature de l’ultime révolution à laquelle nous avons à faire face est précisément celle-ci : nous sommes en train de développer toute une série de techniques qui permettront aux oligarchies aux commandes - qui ont toujours existé et qui probablement existeront toujours - d’amener les gens à aimer leur servitude.

Aldous Huxley


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
54 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.