RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Que faire d’une populace, non-productive, gâtée et qui vit trop longtemps ? (Non, pas "ceux-la", mais les autres, "les masses populaires")

On a beau nous répéter les mensonges mais la réalité et la raison sont têtues :

"Le capitalisme n’a rien de démocratique, moral, équitable, intelligent ou même, "civilisé", et sa justification et défense est une aberration à "la raison" et à l’humanité.

La capitalisme n’est que l’esclavage perpétuel des masses dans la poursuite futile qu’est le "cycle éternel de la production, consommation et gaspillage". Que le capitalisme ne considère le "travail socialement productif et utile" que s’il est générateur de plus-value et de profit, donc d’exploitation. Que l’aspiration à la richesse "individuelle" est son seul moteur et justification "rationnelle" de sa raison d’être sociale (chacun pour soi et toujours plus pour "moi").

D’après la définition capitaliste du "travail" productif, considérons ceci :

Le Président de la République, est-il productif ? Les politiciens en général, les fonctionnaires, PDG d’entreprises, conseilleurs financiers/banquiers/comptables, et tous les autres "parasites", sont-ils "productifs ? NON !!

Pourtant ce sont surtout ceux-là qui sont les défenseurs les plus farouches du capitalisme, et ce parce qu’ils sont principalement les bénéficiaires.

Au nom de la "productivité", comme (pas) par hasard, et partout dans le monde "développé" (?), la même "rationalité économique" est a l’assaut de tous les acquis (privilèges ?) sociaux ; conditions de travail, retraite, santé, éducation, services, etc.

"Les masses vivent trop bien et trop longtemps" (des gâteux).

On nous dit que pour combler le "déficit", il faut économiser, rationaliser, la contribution de "tous", car dans l’état "économique" actuel, "assurer les acquis et privilèges, la protection sociale des masses, n’est plus possible",

Alors ? Mais bien-sur, c’est facile !! Punir les chômeurs, augmenter l’âge de la retraite, ne pas "s’acharner" à maintenir les vieux et malades en vie (laisser mourir), élever la contribution individuelle de la retraite, soins médicaux, éducation, privatiser ce qui reste de services et biens publiques, etc.

Et pourtant, il n’y a "jamais eu dans l’Histoire de l’humanité, une telle accumulation de richesse et disparité sociale concentrée aux mains d’une minorité d’élites privilégiées".

Les gouvernements ne déterminent plus les économies nationales mais sont les complices serviles des banques, spéculateurs, ploutocrates, oligarques, corporations, les riches et privilégiés.

Et que devient le citoyen dans ce monde dite "civilisé" ? On lui demande de respecter "l’ordre économique des choses", esclaves à perpétuité, disponibles et dispensables au bon grè et intérêts de leurs "maitres", leurs destins déterminés par la nécessité et fluctuations "spéculatives" du marché économique et le profit.

"Il n’y a plus du "social" mais des pourvoyeurs de services aux "clients" payants. Une société du "consommateur payeur", ou tout aspect de société n’est que source d’exploitation et profit pour une élite privilégiée.

Grâce à la science et technologie, les capacités de production existent déjà, qu’on pourrait, sans grande difficulté et d’effort supplémentaire, largement produire et fournir "l’essentiel" des besoins, et que le "travail" ne serait qu’une question d’organisation "sociale", de redistribution équitable des tâches et des biens, par :

"La socialisation des biens et moyens de production".

Mais le capitalisme ne s’intéresse pas à "l’essentiel" ou au socialement équitable et utile, mais à l’exploitation des masses. Car malgré les millions de chômeurs, les emplois précaires et travailleurs "pauvres", on veut nous faire travailler plus et plus longtemps (?) pas par nécessité ou pour des des raisons "sociales" mais pour le profit et les intérêts d’une élite privilégiée.

Les "gouvernements" ne sont que les "agents promoteurs" de ces "maitres du monde nouveau".

Bonjour à la civilisation du "far west", sans foi ni loi - et pas un "shérif" en vue.

Le processus de sélection par élimination sera brutal, et comme dirait Bob Dylan ;.. "And with God on their side" (et Dieu à leur coté).

Et que le "Diable" nous emporte, nous autres, "les indiens".

ADSkippy
(A force de rabâcher, qui sait...?)

URL de cet article 25497
  

Tais toi et respire ! Torture, prison et bras d’honneur
Hernando CALVO OSPINA
Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Quelques Colombiennes et Colombiens se regroupent à Quito pour faire connaître la violence et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La contribution la plus importante d’Obama a été d’embellir, de vendre à l’opinion publique et de prolonger les guerres, et non de les terminer. Ils l’ont bien vu pour ce que sont réellement les présidents américains : des instruments permettant de créer une marque et une image du rôle des États-Unis dans le monde qui puissent être efficacement colportées à la fois auprès de la population américaine et sur la scène internationale, et plus précisément de prétendre que les guerres barbares sans fin des États-Unis sont en réalité des projets humanitaires conçus avec bienveillance pour aider les gens - le prétexte utilisé pour justifier chaque guerre par chaque pays de l’histoire.

Glenn Greenwald

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.