RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Quand la police espagnole fait retirer l’autocollant catalan d’une plaque d’immatriculation française

Plusieurs automobilistes roussillonnais contrôlés à la barrière de la péage de l'autoroute à La Jonquera le week-end dernier par la police espagnole ont été contraints de retirer l'autocollant catalan apposé sur leur plaque d'immatriculation.

Entre excès de zèle ou acharnement. Toujours est-il que l’attitude des policiers espagnols en faction au niveau du péage de La Jonchera a fait enrager des automobilistes des Pyrénées-Orientales. Selon Philippe qui se rendait en Catalogne, samedi dernier, les forces de l’ordre l’ont forcé à décoller l’autocollant sang et or qu’il avait collé sur sa plaque d’immatriculation.

"C’est la première fois que je vois ça", fulmine Philippe, un habitant de Perpignan qui a tenu à réagir. "Juste après le péage sur l’autoroute, les policiers m’ont demandé de m’arrêter pour vérifier les papiers. Après avoir fait le tour du véhicule, ils ont exigé que j’enlève l’autocollant catalan. Au début, je n’ai pas compris ce qu’ils voulaient réellement. Mais face à l’autorité des policiers espagnols, je n’ai pas cherché d’histoires et j’ai obtempéré. Mais je leur ai répondu que je n’avais rien sur moi pour retirer cet autocollant. Alors ils sont allés chercher un petit couteau et m’ont demandé de l’arracher, c’est incroyable".

Si Philippe ne décolère pas, c’est qu’il estime qu’en tant que ressortissant français, il n’aurait pas à se soumettre à ce type d’ordre dans la mesure où en France, cet autocollant est toléré par les autorités. "Ils exagèrent, nous sommes français et catalans et nous avons le droit de disposer de nos plaques d’immatriculation". De là à parler d’ingérence, il n’y a qu’un pas que n’hésite pas à franchir ce Perpignanais. D’autant que toujours selon notre témoin, au moins trois autres automobilistes immatriculés dans le 66, ont subi le même traitement, à savoir pas de signe distinctif sang et or à déclarer en entrant sur le territoire espagnol.

A noter que sur les plaques d’immatriculation françaises, il est permis une référence géographique avec le nom et le logo de la région ainsi que le numéro du département.

»» http://www.lindependant.fr/2018/02/06/quand-la-police-espagnole-fait-r...
URL de cet article 32959
  

Même Thème
30 ans d’Humanité, ce que je n’ai pas eu le temps de vous dire
Michel TAUPIN
Quel plaisir de lire José Fort ! Je pose le livre sur mon bureau. Je ferme les yeux. Je viens de l’avaler d’une traite. Comme je le trouve trop court, je décide de le relire. Même à la seconde lecture, il est captivant. Cette fois, j’imagine ce qu’aurait été ce bouquin illustré par son compère Georges Wolinski comme c’était prévu. Ç’aurait été tout simplement génial. Des tarés fanatiques ne l’ont pas permis. La bêtise a fait la peau de l’intelligence et de l’élégance. De l’élégance, José Fort n’en manque pas. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Si je devais naître pauvre en Amérique latine, je prierais le bon Dieu pour qu’il me fasse naître à Cuba »

Manu Chao

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.