Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Quand la police espagnole fait retirer l’autocollant catalan d’une plaque d’immatriculation française

Plusieurs automobilistes roussillonnais contrôlés à la barrière de la péage de l'autoroute à La Jonquera le week-end dernier par la police espagnole ont été contraints de retirer l'autocollant catalan apposé sur leur plaque d'immatriculation.

Entre excès de zèle ou acharnement. Toujours est-il que l’attitude des policiers espagnols en faction au niveau du péage de La Jonchera a fait enrager des automobilistes des Pyrénées-Orientales. Selon Philippe qui se rendait en Catalogne, samedi dernier, les forces de l’ordre l’ont forcé à décoller l’autocollant sang et or qu’il avait collé sur sa plaque d’immatriculation.

"C’est la première fois que je vois ça", fulmine Philippe, un habitant de Perpignan qui a tenu à réagir. "Juste après le péage sur l’autoroute, les policiers m’ont demandé de m’arrêter pour vérifier les papiers. Après avoir fait le tour du véhicule, ils ont exigé que j’enlève l’autocollant catalan. Au début, je n’ai pas compris ce qu’ils voulaient réellement. Mais face à l’autorité des policiers espagnols, je n’ai pas cherché d’histoires et j’ai obtempéré. Mais je leur ai répondu que je n’avais rien sur moi pour retirer cet autocollant. Alors ils sont allés chercher un petit couteau et m’ont demandé de l’arracher, c’est incroyable".

Si Philippe ne décolère pas, c’est qu’il estime qu’en tant que ressortissant français, il n’aurait pas à se soumettre à ce type d’ordre dans la mesure où en France, cet autocollant est toléré par les autorités. "Ils exagèrent, nous sommes français et catalans et nous avons le droit de disposer de nos plaques d’immatriculation". De là à parler d’ingérence, il n’y a qu’un pas que n’hésite pas à franchir ce Perpignanais. D’autant que toujours selon notre témoin, au moins trois autres automobilistes immatriculés dans le 66, ont subi le même traitement, à savoir pas de signe distinctif sang et or à déclarer en entrant sur le territoire espagnol.

A noter que sur les plaques d’immatriculation françaises, il est permis une référence géographique avec le nom et le logo de la région ainsi que le numéro du département.

»» http://www.lindependant.fr/2018/02/06/quand-la-police-espagnole-fait-r...
URL de cet article 32959
   

Même Thème
ESPAGNE : un livre en plein dans le mille
Vladimir MARCIAC
Jean Ortiz a publié 90 articles sur le site Le Grand Soir. Son style impeccable, son cœur à fleur de clavier, son intelligence servant sa remarquable connaissance des dossiers qu’il traite, son humour, sa fougue, sa fidélité aux siens, c’est-à-dire aux guérilleros espagnols que le monde a laissé se faire écraser par un dictateur fasciste, le font apprécier par nos lecteurs (nos compteurs de lecture le disent). Il a en poche une carte du PCF qui rend imparfaitement compte de ce qu’est pour lui le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

C’est un paradoxe que la nation qui a tant fait pour intégrer les droits de l’homme dans ses documents fondateurs se soit toujours opposé à la mise en place d’un cadre international pour protéger ces mêmes principes et valeurs.

Amnesty International - "United States of America - Rights for All" Oct. 1998

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.