Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Qui est Magali Tabareau, la juge attaquée chez elle au LBD ?

Lundi 17 juin 2019 vers 9h30, deux personnes munies de casques de moto ont sonné à la porte du domicile de la présidente de la Cour d’Assises de Versailles, Magali Tabareau. Lorsqu’elle a ouvert sa fenêtre, elle a reçu un tir de Lanceur de Balle de Défense en plein visage, sous l’œil. Elle a été hospitalisée dans la foulée, victimes de multiples fractures.

Nicole Belloubet a révélé l’attaque par un tweet : « J’apprends avec indignation et émotion l’agression de la présidente de la cour d’assises de Versailles. Toutes les forces de l’ordre sont mobilisées pour retrouver les auteurs. Tout mon soutien à la magistrate, à sa famille et à la communauté judiciaire de Versailles »

Les sources de presse ne sont pas en mesure de confirmer qu’il s’agit d’un LBD, de toute façon souvent bien incapables de faire la distinction entre Flash Ball et Lanceur de Balles de Défense.

Pour autant, une enquête est ouverte contre X pour « tentative d’homicide » et les journalistes s’empressent de reprendre le vocabulaire des faits divers, affirmant que le « pronostic vital » de la juge « n’est pas engagé ».

Les centaines de blessés graves et la trentaine de personnes gravement mutilées au cours des six derniers mois doivent apprécier qu’on ouvre aussi rapidement et spontanément une enquête pour « tentative d’homicide » lorsqu’il s’agit d’une juge attaquée devant chez elle, alors qu’aucun chef d’inculpation de ce type n’a presque jamais été invoqué contre les dizaines de policiers impliqués dans des agressions au Flash Ball et LBD au cours des vingt dernières années.

Quant au “pronostic vital” de la juge, il est tout à fait étonnant qu’on s’inquiète de savoir s’il est engagé, alors que les journalistes ne s’en inquiètent jamais quand il s’agit de manifestants, de supporters ultra ou d’habitants des quartiers populaires ? Si on nous jure sur tous les dieux que ces armes ne sont pas létales, pourquoi soudainement s’inquiéter de savoir si la vie d’une victime du LBD est en danger ? Les juges seraient-ils des êtres humains particuliers ou plus vulnérables ?

Magali Tabareau siège à la Cour d’Assises, elle traite donc des affaires de crimes ou de tentatives de crime. On ne doute pas que ses agresseurs, s’ils sont attrapés (et nous ne doutons pas non plus que des moyens démesurés seront mis en œuvre pour les identifier, alors même que l’IGPN dit parfois ne pas pouvoir identifier un policier tireur au sein d’une unité déployée dans le cadre d’une mission de maintien de l’ordre) seront traînés devant une Cour d’Assise, alors même que des centaines de policiers n’ont jamais été amenés ne serait-ce que devant une Cour correctionnelle pour des blessures y compris plus graves (perte définitive d’un oeil). On connaît bien ce système et on a une expression adaptée à ces logiques d’impunité : la Justice de classe.

Il est utile de rappeler que les agressions commises par des policiers à l’aide de Flash Balls ou autres Lanceurs de Balles de Défense n’ont quasiment jamais été portées devant une Cour d’Assises, hormis dans le cas de Boris Roumiantseff, gendarme qui avait éborgné Nassuir Oili, un jeune Mahorais de 9 ans en 2011. Il y avait été condamné à 2 ans de prison assortis du sursis, ce qui est bien le maximum dont un policier ou un gendarme peut écoper en France quand il arrache une partie du visage d’une personne. Et encore, le lobby pro-flic estime que c’est déjà trop lourd payé, comme en témoignait l’ignoble avocat des policiers, Laurent-Frank Liénard, à l’annonce de ce verdict, qualifiant la décision de justice de “grosse déception” et déplorant que “les gendarmes qui font usage de leur arme dans le cadre de la loi soient jugés en cour d’assises et condamnés” (sic !)

Le 26 juin 2008, la Cour d’Assise de La Réunion avait acquitté Alain Michelot, le gendarme qui avait éborgné Théo Hilarion le 7 mars 1994 lors d’une manifestation de dockers, avec une arme interdite.

Plus récemment, on a appris qu’un policier de la BAC du Port (La Réunion) sera jugé par une nouvelle juridiction, la Cour Criminelle, pour avoir éborgné le jeune Steve C. le 1er février 2014, là encore avec une arme interdite de type Flash Ball (que la presse appelle « P40 »). Ce sont les seuls cas, tous outre-mer, pour lesquels des agents des forces de l’ordre ont été ou doivent être jugés pour « crime » ou « tentative d’homicide » après avoir mutilé des personnes désarmées à l’aide de lanceurs de balles de plastique.

Mais revenons au sujet initial. Que sait-on de Magali Tabareau ?

La presse de préfecture s’est empressée ces derniers jours de présenter la juge comme une pourfendeuse de personnages peu fréquentables : un animateur périscolaire accusé de viol, un ex policier condamné à 10 ans de prison pour avoir tué sa femme avec son arme de service, une affaire de trafic de cocaïne à l’encontre de Jean-Luc Delarue, etc. Bref, des faits-divers sordides dans lesquels on a du mal à éprouver de l’empathie pour leurs auteurs.

Magali Tabareau, c’est aussi cette juge qui avait condamné à 7 ans de prison un dealer présumé, Mohamed Fodil, sur la base de faux en écritures, encourageant ainsi une pratique courante chez les policiers consistant à se couvrir en produisant des procès verbaux mensongers.

Magali Tabareau est aussi cette magistrate qui, lorsqu’elle était juge d’instruction dans l’affaire de la mort de Lakhamy et Moushin en 2007 à Villiers le Bel, avait prononcé en 2009 un non-lieu en faveur des policiers impliqués, dont le conducteur du véhicule de police qui avait renversé la moto sur laquelle se trouvaient les deux jeunes, Franck Viallet.

Enfin, Magali Tabareau est cette juge qui, comme pour jeter de l’huile sur le feu, avait renvoyé cinq jeunes de Villiers le Bel devant la Cour d’Assises en 2010 sur la base de témoignages anonymes, les accusant d’avoir organisé les émeutes qui ont suivi le meurtre de Lakhamy et Moushin. Parmi ces accusés, les frères Kamara avaient été finalement condamnés à 12 et 15 ans de prison ferme.

Magali Tabareau n’est donc pas étrangère à des décisions emblématiques ayant considérablement conforté l’impunité policière et la répression d’État. Elle a contribué à mettre au pas un quartier par des décisions judiciaires lourdes, avec cette logique implacable : « en viser un pour faire peur à tous les autres ».

Cette logique, c’est la « logique du LBD » que nos collectifs dénoncent depuis des années, cette logique visant à user de la terreur pour dominer un quartier ou une foule. C’est d’ailleurs tout à fait symbolique que le LBD fut utilisé pour la première fois de façon expérimentale le 27 novembre 2007 lors des émeutes de Villiers le Bel ! Rappelons qu’exactement le même jour, à Nantes, la même arme avait éborgné le lycéen Pierre Douillard alors qu’il manifestait contre la loi de réforme des universités.

L’histoire est souvent faite de symboles. Magali Tabareau pourrait avoir payé le prix d’une vengeance ciblée dont peut-être nous connaîtrons les motivations bientôt. Si les auteurs devaient être des policiers, ce qu’on est obligé d’envisager dans la mesure où seuls des policiers peuvent se procurer des LBD, l’interprétation de cette attaque pourrait changer du tout au tout.

En tout cas, si une décision devait être prise dans cette affaire et qui légitimerait la thèse de la tentative d’homicide, soyez certains que cette nouvelle jurisprudence sera utilisée autant que possible dans des affaires où les policiers ont attaqué et mutilé des personnes au LBD.

Nous sommes pour autant obligés de préciser ici que nous ne nous réjouissons aucunement, ni de ces faits en particulier, ni de l’utilisation de telles armes en général, et cela quelle qu’en soit la justification, dans la mesure où nous avons toujours plaidé pour leur interdiction pure et simple. Leur utilisation massive contre la population n’a fait qu’augmenter d’un palier la violence déjà trop présente dans cette société.

On en profite pour renvoyer vers la liste des personnes mutilées depuis 20 ans par des armes de type Flash ball / LBD : https://desarmons.net/index.php/2019/02/10/1999-2019-en-20-ans-letat-f...

»» https://desarmons.net/index.php/2019/06/18/qui-est-magali-tabareau-la-...
URL de cet article 35041
   

La traque des lanceurs d’alerte
Stéphanie Gibaud
Préface de Julian Assange Les lanceurs d’alerte défrayent l’actualité depuis une dizaine d’années. Edward Snowden, Chelsea Manning et Julian Assange sont révélateurs des méthodes utilisées pour faire craquer ceux qui ont le courage de parler des dysfonctionnements et des dérives de notre société. Pourtant, ces héros sont devenus des parias. Leur vie est un enfer. Snowden est réfugié en Russie, Assange dans une ambassade, Manning était en prison, Stéphanie Gibaud et bien d’autres sont dans une situation (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Si le Président se présente devant le Peuple drapé dans la bannière étoilée, il gagnera... surtout si l’opposition donne l’impression de brandir le drapeau blanc de la défaite. Le peuple américain ne savait même pas où se trouvait l’île de la Grenade - ce n’avait aucune importance. La raison que nous avons avancée pour l’invasion - protéger les citoyens américains se trouvant sur l’île - était complètement bidon. Mais la réaction du peuple Américain a été comme prévue. Ils n’avaient pas la moindre idée de ce qui se passait, mais ils ont suivi aveuglement le Président et le Drapeau. Ils le font toujours ! ».

Irving Kristol, conseiller présidentiel, en 1986 devant l’American Enterprise Institute

Le 25 octobre 1983, alors que les États-Unis sont encore sous le choc de l’attentat de Beyrouth, Ronald Reagan ordonne l’invasion de la Grenade dans les Caraïbes où le gouvernement de Maurice Bishop a noué des liens avec Cuba. Les États-Unis, qui sont parvenus à faire croire à la communauté internationale que l’île est devenue une base soviétique abritant plus de 200 avions de combat, débarquent sans rencontrer de résistance militaire et installent un protectorat. La manoeuvre permet de redorer le blason de la Maison-Blanche.

CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube (...)
22 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.