Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Qui l’emportera du milliardaire ou du multimillionnaire ?

Comme chacun sait, seule la classe ouvrière nous préoccupe et nous intéresse. Les salariés n’ont rien à gagner dans cette galère péquiste-caquiste au Québec-Canada et nous devons laisser les factions bourgeoises s’entredéchirer.

Réalignement péquiste à venir

Les péquistes préparent leur réalignement politique et c’est le tandem Gérard Bouchard (le frère du toupet) et la danseuse parisienne, Louise Beaudoin, qui se sont lancés dans la mêlée afin d’orienter le post mortem de la « souveraineté-association ». Bernard Landry – la belle-mère vernaculaire – prépare le terrain pour son patron, le milliardaire Péladeau (PKP), alors que Bouchard et Beaudoin ont pour tâche de convaincre les militants de la première heure (les plouks séparatistes) qu’ils doivent militer dans un parti « souveraineté-association » sans jamais espérer la souveraineté, inaccessible, puisque le peuple québécois n’en veut surtout pas et de bon droit (1).

C’est que l’option ne « pogne » plus et la CAQ « renouvelée » est en train d’arracher les sous-vêtements de la mariée péquiste sans rien lui laisser. Chaque « nationaleux » réactionnaire y va de son refrain, le plus candide, un dénommé Trudel, avoue tout bonnement qu’il faut changer de boniment et il déclare sans ambages : « Le discours traditionnel du Parti québécois ne marche plus en 2014, abonde Rémy Trudel, ex-ministre dans les gouvernements de Lucien Bouchard et Bernard Landry. « Il faut faire un exercice très profond, ardu, soutenu [pour] définir la formule [par laquelle] le Québec [pourra] se prendre en main. »... une formule (sic), un boniment voulait signifier l’ex-ministre péquiste naïf (2).

La « job » de PKP dans ce contexte de défaite sera de négocier la fusion du PQ et de la CAQ. Ceci n’est possible qu’à la condition que le parti de René Lévesque conserve ses militants de plus en plus conscients de se faire flouer dans un marché de dupes où ils servent de pelleteries au duo Landry-Péladeau. De toute manière, les véritables indépendantistes à tout crin se sont déjà enfuies du PQ vers Québec SoliTaire, le parti social-démocrate, type Nouveau Parti Démocratique mais en plus chauvin, ou vers Option Nationale.

Récemment, dans le quotidien Le Devoir, la dame de la Sorbonne, acoquinée avec la French connection politique, raconte des balivernes et calomnies les jeunes afin de préparer la réorientation de sa formation qui sera bientôt sous la tutelle d’un milliardaire descendu dans l’arène politique pour réorienter « la patente à René ».

La danseuse Beaudoin déclarait ceci à un quotidien à la solde : « Le projet [souverainiste] se présente dans un monde très différent de celui dans lequel il est né. Dans un contexte de mondialisation, les rêves collectifs ne sont plus très présents. Peut-on continuer aujourd’hui à avoir une vision de ce type-là ? (...) J’y ai cru à ce moment, à cette montée de fièvre souverainiste. Je pense que le projet identitaire [de la charte] est fondamentalement progressiste, mais les jeunes vouent aujourd’hui un caractère sacré aux droits individuels ».

La dame patronnesse, à la queue leu leu derrière les égéries du parti des intellectuels héritiers de Lionel Groulx et de Maurice Duplessis (deux extrémistes de droite), raconte des bobards à propos des jeunes générations. Elle calomnie les jeunes qui se sont battus comme des damnés en 2012 – solidairement communautairement avec tous les autres jeunes – ceux du futur, pas encore parvenu à l’Université, contre les hausses des frais de scolarité, que la mère Marois leur a refilée après avoir prétendu les annuler. Des jeunes de nombreux pays, dont ceux des États-Unis, sont venus les rencontrés afin de connaître les secrets de leur mobilisation militante et collective – tout sauf l’égocentrisme, narcissique, individualiste des bobos péquistes et chartistes xénophobes.

Nous avions écrit le 24 mars 2014, deux semaines avant l’élection bidon, que le dernier référendum perdant (1995) était derrière les petits vieux de la pseudo-souveraineté et ne reviendrait plus jamais « requiem pour les bobos nationaleux » (3).

En 2012, dans un volume, nous avions expliqué que la mythologie du chantage à la souveraineté a fait long feu (4). Le dernier référendum perdant (1995) a été la dernière chance dont a bénéficié une fraction de la bourgeoisie moyenne et de la petite bourgeoisie cléricale, artistique, intellectuelle, professorale et syndicale pour vendre sa salade sécessionniste.

Qu’adviendra-t-il ?

Les opportunistes, les petits hommes d’affaires, les artistes, les intellos à gogo, les professeurs et les arrivistes sont placés devant un dilemme dantesque : 1) tenter de continuer à surfer sur le thème du chantage à la « souveraineté » afin de décrocher le pouvoir (l’accès à l’assiette au beurre du patronage, aux dessous de table et aux enveloppes brunes) espérant arracher des points d’impôts à Ottawa, mais avec absolument aucune chance de gagner et donc continuer de croupir dans l’opposition. 2) Mettre l’option bidon en quarantaine (comme la CAQ l’a fait avant eux) pour se présenter comme l’alternative de pouvoir des riches chaque huit années à l’Assemblée de la nation souveraine (sic). Mais la CAQ du narcissique Legault occupe déjà ce terrain alternatif opportuniste. Il ne lui manque que quelques points électoraux pour détrôner le PQ en déliquescence (23% à 25%).

Dans le coin gauche, la bourgeoisie a aligné un milliardaire péquiste (qui contribuait généreusement à toutes les caisses électorales avant sa conversion pseudo-souverainiste). Dans le coin droit, la bourgeoisie a choisi un multimillionnaire caquiste, ex-ministre du Sérail péquiste-pseudo-souverainiste, recyclé bon administrateur de l’assiette au beurre (on se donne Legault).

Il faut comprendre que la petite bourgeoisie cléricale, artistique, enseignante, journalistique, intellectuelle et bureaucratique syndicale ne décide de rien dans la société capitaliste bourgeoise. C’est sa classe de tutelle, c’est-à-dire le grand capital, qui lui signifie les postures qu’elle doit prendre impérativement pour accéder au pâté. Le grand capital avait parlé en 1995 et il avait dit : « Fini les folies du chantage à la souveraineté pour arracher des points d’impôts à Ottawa. Assez, c’est assez ! ». La petite bourgeoisie n’a pas écouté et elle s’est entêtée et voilà le résultat. Elle devra se résigner et oublier la République souveraine du Sirop d’érable et se mettre en rang pour obtenir sa goulée du gouvernement spolier.

Nos pronostics

Nous pensons que Péladeau le « vendeur » des techniciens Québécois francophones de Vidéotron ; Péladeau la garcette – patron champion des lockouts – avec le soutien des syndicalistes d’affaires du SPQ-libre (sic) et des intellos à gogo, rapatriera les troupes pseudo-souverainistes. Fini l’effigie de Lionel Groulx, de Reggie le Chevalier, de Bourgeault, de Bouchard, et de René le père de la renégociation de la confédération association. Les ténors intéressés au magot gouvernemental sauront alignés leur troupeau, afin de se présenter aussi uni que désiré devant le petit homme d’affaires Legault, le précurseur. À notre avis, le milliardaire, propriétaire de 40% des médias québécois, devrait emporter le panier et diriger le parti d’alternance au pouvoir à l’Assemblée nationale du Québec (pseudo-souverainiste). Un autre scoop que nous aurons éventé avant que les comploteurs « nationaleux » ne se soient entendus dans l’antichambre du Salon rouge.

Comme chacun sait, seule la classe ouvrière nous préoccupe et nous intéresse. Les salariés n’ont rien à gagner dans cette galère péquiste-caquiste et nous devons laisser les factions bourgeoises s’entredéchirer. De la sorte, ils exposent leur opportunisme respectif, leur soif d’argent et de prébendes, leurs appétits d’émoluments, de somptueuses fonctions, de primes de séparation et de parachutes dorés. Quant à nous, poursuivons notre marche hors des sentiers de la politicaillerie bourgeoise, de l’opportunisme et de la collaboration de classe. Au bout du chemin la véritable indépendance, la souveraineté économique collective et socialiste nous appartiennent, car la classe ouvrière est le sel de la Terre mère nourricière. Le sentier sera long et sinueux, rempli d’embûches, mais la crise économique systémique du capitalisme travaille en notre faveur.


(1) http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/national/archives/2014/04/20140408-135931.html
(2) http://www.ledevoir.com/politique/quebec/405038/requiem-pour-le-projet...
(3) Le référendum de la dernière chance est trépassé. http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/le-referendum-de-la-derni...
(4) La question nationale québécoise, un point de vue marxiste unique. http://www.robertbibeau.ca/imperialisme.pdf

SOURCE :
http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/qui-lemportera-du-milliar...

»» http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/qui-lemportera-du-milliar...
URL de cet article 25148
   
Si vous détruisez nos maisons vous ne détruirez pas nos âmes
Daniel VANHOVE
Né en 1952, Daniel Vanhove a une formation en psycho-pédagogie. Par ailleurs, il est bénévole à l’ABP (Association Belgo-Palestinienne) de Bruxelles, où il participe à la formation des candidats et à la coordination des Missions Civiles d’Observation en Palestine. Il a encadré une trentaine de Missions et en a accompagné huit sur le terrain, entre Novembre 2001 et Avril 2004. Au fil de ses voyages dans la région, l’urgence s’est manifestée de témoigner de l’insoutenable réalité de ce qu’il a vu et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Nous faisons semblant de ne pas comprendre le lien entre notre confortable niveau de vie et les dictatures que nous imposons et protégeons par une présence militaire internationale.

Jerry Fresia


Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
41 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
117 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.