RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Ratification du traité de Lisbonne : respectez la démocratie !

photo : http://rupturetranquille.over-blog.com/article-27731063.html

LES DIRIGEANTS EUROPÉENS VOUDRAIENT ANNULER LE NON DU PEUPLE IRLANDAIS DE JUIN 2008, ET IMPOSER AINSI LE RETOUR SUBREPTICE DE FEU LA « CONSTITUTION » REJETÉE PAR LES FRANCAIS ET LES HOLLANDAIS EN 2005

Respectez la démocratie !

Un coup de force rampant se prépare à l’échelle de l’Union européenne. Certes, ses chances de succès apparaissent aléatoires. Mais l’enjeu est si considérable qu’il ne peut laisser indifférents les femmes et les hommes attachés aux fondements de la démocratie.

Le 12 juin 2008, le peuple irlandais a repoussé la ratification du traité dit de Lisbonne, mouture à peine remaniée du projet mort-né de constitution européenne. Une très nette majorité en faveur du Non (plus de 53%) est sortie des urnes, dans un scrutin marqué par un taux de participation inattendu.

Dès cet instant le dit traité est devenu caduc - tant en droit qu’en légitimité politique. Une seule attitude s’imposait dès lors aux dirigeants européens : prendre acte du verdict populaire.

Ils firent l’inverse : oubliant les discours ronflants sur « l’État de droit » dont l’UE serait, paraît-il, la championne, ils se mirent en quête d’un moyen permettant de contourner le vote des citoyens irlandais. Animés d’un zèle tout particulier, le président français et son secrétaire d’État aux Affaires européennes, à peine les urnes refermées, firent connaitre au gouvernement de Dublin leur volonté de voir invalider la consultation par un second scrutin. C’est ce qu’a confirmé le sommet européen des 11 et 12 décembre 2008 : de Bruxelles, l’Irlande a été sommée d’organiser un nouveau vote !

Cette exigence témoigne par elle-même d’une incroyable arrogance. Ainsi, dans un référendum sur l’Europe, le Oui serait la seule option acceptable et définitive ; le Non, en revanche, est réputé accidentel, sans fondement, dangereux, et forcément provisoire. En d’autres termes, on ne demande pas aux électeurs de choisir, mais d’entériner un choix que des « élites » ont déterminé pour eux à l’avance.

Comme l’expérience l’a déjà montré, il s’agit donc de faire voter les citoyens autant de fois qu’il est nécessaire pour que ceux-ci consentent à apporter la « bonne réponse ». Qu’auraient été les réactions si les adversaires du Traité de Maëstricht avaient demandé l’organisation d’une seconde consultation lorsque fut annoncée la victoire (de justesse) du Oui lors du référendum français de septembre 1992, au simple motif que ce verdict ne les satisfaisait pas ?

Il y a pire encore - en l’occurrence les pressions inouïes exercées sur ce qu’à Bruxelles et ailleurs on qualifie avec dédain de « petit pays ». Pour les dirigeants de l’UE, il est insupportable que « quatre millions d’Irlandais puissent bloquer 450 millions d’Européens ». Quel cynisme ! Ceux qui prétendent ainsi parler au nom des autres peuples sont précisément ceux-là mêmes qui ont délibérément interdit un vote populaire sur le dit traité dans les vingt-six autres pays concernés.

Seule, l’Irlande était tenue - du fait de sa constitution nationale - d’organiser la consultation directe des citoyens. De ce fait, et bien malgré eux, ceux-ci se sont trouvés en position de porter le rejet qui aurait été exprimé par la plupart de leurs voisins si ceux-ci n’avaient pas été délibérément bâillonnés. Certes, les électeurs irlandais se sont d’abord et légitimement prononcés en fonction de leurs propres intérêts. Mais beaucoup d’entre eux ont également refusé que leur bulletin puisse être utilisé pour inverser les Non français et hollandais.

Contraindre les Irlandais à revoter témoigne donc tout à la fois d’un profond mépris à leur égard, mais constitue également une insulte à tous les autres peuples qui n’ont pu s’exprimer que par leur intermédiaire.

La question ne porte plus sur l’opinion qu’on peut avoir sur le dit traité, mais bien sur un principe au fondement même de la démocratie : en acceptant qu’un vote puisse être remis en jeu au nom d’intérêts supposés supérieurs, on ouvrirait un précédent extraordinairement dangereux quant à la légitimité du suffrage populaire lui-même.

Tout démocrate, quelles que soient ses convictions par ailleurs, ne peut laisser faire une telle forfaiture.

C’EST POURQUOI, MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE DE LA RÉPUBLIQUE D’IRLANDE, JE VOUS DEMANDE DE RESPECTER LE VERDICT ÉMIS PAR VOTRE PEUPLE LE 12 JUIN 2008.

POUR SIGNER CLIQUEZ ICI (voir pétition en fin de texte)

URL de cet article 8034
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Les Chinois sont des hommes comme les autres
Maxime VIVAS
Zheng Ruolin (Ruolin est le prénom) publie chez Denoël un livre délicieux et malicieux : « Les Chinois sont des hommes comme les autres ». L’auteur vit en France depuis une vingtaine d’années. Son père, récemment décédé, était un intellectuel Chinois célèbre dans son pays et un traducteur d’auteurs français (dont Balzac). Il avait subi la rigueur de la terrible époque de la Révolution culturelle à l’époque de Mao. Voici ce que dit le quatrième de couverture du livre de ZhengRuolin : « La Chine se (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"L’un des grands arguments de la guerre israélienne de l’information consiste à demander pourquoi le monde entier s’émeut davantage du sort des Palestiniens que de celui des Tchétchènes ou des Algériens - insinuant par-là que la raison en serait un fonds incurable d’antisémitisme. Au-delà de ce qu’il y a d’odieux dans cette manière de nous ordonner de regarder ailleurs, on peut assez facilement répondre à cette question. On s’en émeut davantage (et ce n’est qu’un supplément d’indignation très relatif, d’ailleurs) parce que, avant que les Etats-Unis n’envahissent l’Irak, c’était le dernier conflit colonial de la planète - même si ce colonisateur-là a pour caractéristique particulière d’avoir sa métropole à un jet de pierre des territoires occupés -, et qu’il y a quelque chose d’insupportable dans le fait de voir des êtres humains subir encore l’arrogance coloniale. Parce que la Palestine est le front principal de cette guerre que l’Occident désoeuvré a choisi de déclarer au monde musulman pour ne pas s’ennuyer quand les Rouges n’ont plus voulu jouer. Parce que l’impunité dont jouit depuis des décennies l’occupant israélien, l’instrumentalisation du génocide pour oblitérer inexorablement les spoliations et les injustices subies par les Palestiniens, l’impression persistante qu’ils en sont victimes en tant qu’Arabes, nourrit un sentiment minant d’injustice."

Mona Chollet

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.