RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Révoltes arabes et répressions néo-coloniales.

Le monde arabe est extrêmement complexe, les groupes religieux sont nombreux, les communautés ethniques encore davantage, les nationalismes toujours exacerbés, à dessein, par moult puissances étrangères implantées là depuis le XVIIIe siècle et même avant. Chaque puissance européenne, puis les États-Unis et aujourd’hui la Chine impérialiste sont venues sur ces terres se tailler un petit empire qu’aucune puissance coloniale n’a jamais voulu abandonner. Après le colonialisme classique, la domination étrangère a fait place depuis cinquante ans au néo-colonialisme ; le repartage des zones d’influences coloniales est aujourd’hui à l’ordre du jour car les puissances impérialistes montent ou déclinent selon le développement économique contemporain ceci entraîne un repartage des marchés, des sources de matières premières, des zones d’exploitation de la main-d’oeuvre.

Le néo-colonialisme a ceci de particulier qu’il s’accommode de l’indépendance formelle de ces pays semi-colonies. Il l’exige même, car il est plus facile d’exploiter les ressources naturelles nationales et le travail des populations locales sous la supervision d’une bourgeoisie nationale véreuse et soumise, vivant des prébendes et des ristournes sur ces richesses que de tenter de contrôler et d’administrer directement ces populations indigènes toujours enclines à se révolter et à stigmatiser les méfaits des puissances étrangères coupables de leur déchéance (1).

Dorénavant, mise à part la bourgeoisie palestinienne qui n’a toujours pas obtenu son petit État bien à soi, à administrer pour le bénéfice des colonialistes israéliens - mais ça ne saurait tarder suite à l’accord de collaboration entre le Hamas et le Fatah (2) - toutes les autres bourgeoisies nationales, castes ou tribus arabes, berbères, kurdes, druzes ou alaouites ont maintenant leur domaine, leur zone géographique auxquels on a donné le nom de pays, de territoires autonomes, de royaumes, d’émirats ou de sultanats, etcétéra.

Ces nations forgées à partir de divisions tribales, ethniques et religieuses se forgent peu à peu un vouloir vivre collectif sur des territoires le plus souvent reconnus, balisés (frontières délimitées et acceptées), dans un environnement économique national fragile mais tout de même existant et en phase de consolidation. C’est pour cette raison que nous affirmons que se sont de véritables nations (tunisienne, égyptienne, syrienne, libyenne, irakienne, yéménite), ayant en commun la langue arabe, qui sont en émergence et en cours de consolidation et qui luttent chacune pour leur véritable indépendance. C’est dans ce contexte qu’interviennent les agressions néo-coloniales prenant appui sur des sections de classes bourgeoises nationales totalement inféodées aux intérêts d’une puissance impérialiste ou d’une autre (France, Grande-Bretagne, Italie, États-Unis, Russie, Chine).

C’est sur cette toile de fond impérialiste et collaborationniste de manigances, de complots, d’exactions, de dictatures bourgeoises ou aristocratiques moyenâgeuses que l’on peut et que l’on doit analyser et comprendre la série de révoltes populaires arabes. En plus de l’héritage pas si lointain de la décolonisation ottomane, un autre événement fondateur est à l’origine de tous ces soulèvements : la grande crise économique mondiale de l’année 2008, dont l’épicentre fut localisé quelque part sur Wall Street en la cité de New-York et dont les secousses telluriques se répandirent comme une traînée de poudre sur l’ensemble de la planète.

Dans une tentative désespérée de parer les effets de cette crise du système monétaire et financier impérialiste international, les puissances néo-coloniales se tournèrent vers leurs néo-colonies du tiers monde et exigèrent par l’intermédiaire de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international que ces pays absorbent le coût de toute cette gabegie monétaire (des milliards de capitaux venaient de s’envoler en fumée et l’on souhaiterait que les riches soient les seuls à assumer cette faillite !). Les gouvernements arabes à la solde se mirent consciencieusement au travail et accrurent la pression sur la force de travail régional, accentuèrent la dilapidation des ressources naturelles nationales, accélérèrent le bradage des biens et services publics aux entreprises privées monopolistes occidentales, jetèrent des centaines de milliers de jeunes diplômés sur le pavé, cependant que l’inflation faisait des ravages et rendait les biens de première nécessité quasi inaccessibles aux populations multiethniques paupérisées.

Dans tous les pays arabes la petite-bourgeoisie nationale, ce corps franc de la grande bourgeoisie, ce rempart contre l’insurrection populaire, fut frappée et appauvrie ; c’est elle qui donna le signal de la révolte et qui organisa les premiers soulèvements populaires. Mais sans organisation révolutionnaire et sans direction révolutionnaire, ces révoltes furent facilement récupérées et dévoyées de leur route et de leurs mots d’ordre économiques et démocratiques (pain, travail, dignité, fin de la tyrannie).

Hillary Clinton, la secrétaire d’État américaine, fut la première à percevoir le danger et à proposer que ces soulèvements devraient être canalisés vers l’obtention du droit de voter pour une vaste panoplie de traîtres, sans discrimination et sans pré -sélection, avant les élections démocratiques bourgeoises. De toute façon, pensait-elle cynique, de nos jours les techniques de contrôle et d’endiguement électoral sont suffisamment maîtrisées, sophistiquées et coûteuses pour que l’on conserve toujours la haute main sur ces processus d’élection bidon.

Mais la rue arabe en Tunisie puis en Égypte, une fois revenue de sa surprise agréable de voir s’enfuir leurs présidents tyranniques avec quelques milliards en poche et un sauf conduit mal acquis, comprit qu’elle s’était fait berner et que tout restait à accomplir pour se débarrasser des systèmes oligarchiques néo-coloniaux indignes qui les oppriment.

Entre-temps les puissances néo-coloniales avaient eu l’opportunité de préparer leur riposte et pourquoi ne pas pêcher en eau trouble, s’étaient dit Sarkozy, Obama et compagnie ? De nombreux autres tyrans méritaient une leçon et de toute façon la rue arabe ne décolérait pas : autant lui donner davantage de tyrans à tétaniser. Après la Tunisie et l’Égypte, voilà la Libye, le Bahreïn, le Yémen, l’Algérie, puis enfin la Syrie et le Maroc mis sous le choc. Qui poussé par des chefs de tribus frustrés de ne pas avoir obtenu leur part dans le partage des prébendes ; qui poussé par la fraction chiite de la bourgeoisie nationale traitée en déshéritée dans le partage des postes de la nomenklatura ; qui poussé par la fraction sunnite de la bourgeoisie nationale excédée de voir les alaouites monopoliser le pouvoir politique ; qui n’acceptant plus de voir l’armée gérer le pays comme sa chasse gardée. Dans toute cette saga, parmi tous ces pays arabes, le peuple désoeuvré, affamé, désorienté s’avançait pour mener l’insurrection, mais faute de direction et d’organisation véritablement révolutionnaires, il s’est retrouvé immanquablement à servir de chair à canon pour défendre les revendications d’une section ou d’une autre de bourgeoises nationales (parfois encore semi-tribales) cupides et dégénérées (3).

En Libye, la guerre civile entre les tribus de Cyrénaïque frustrées et leurs mercenaires soutenus par l’OTAN, et les tribus de Tripolitaine au pouvoir depuis quarante ans tournent au règlement de compte des puissances occidentales contre leur marionnette Kadhafi, coupable d’avoir tenté de mener quelques politiques indépendantes et d’avoir soutenu l’édification de la Banque africaine, concurrente de la Banque mondiale capitaliste (4).

Le régime syrien a longtemps servi de sous-traitant tortionnaire aux États-Unis. Ce régime a une tradition de poigne de fer, et n’a jamais été trop troublé par les sanctions de la soi-disant communauté internationale. Il se situe à la jonction de la zone d’influence russe (ex-soviétique) et de la zone d’influence française, américaine et britannique ; rendant service aux deux camps sur commande, jusqu’à maintenant le régime s’était assez bien tiré d’affaire sur le plan international en nageant entre deux eaux et en eaux troubles le plus souvent.

Le régime syrien est aujourd’hui un facteur de stabilité vu sous l’angle israélien/ américain et il serait étonnant qu’Israël se trouve derrière les soulèvements « spontanés » actuels. Le régime sert de canal pour ce qui est de l’appui de l’Iran au Hezbollah (voilà qui dérange lourdement Israël) et il fait partie de la nouvelle alliance Iran, Syrie, Turquie, Russie dirigée par la Chine impérialiste à travers l’alliance de Shanghai.

Par contre ce régime est le fait d’une minorité (alaouite) qui domine par la terreur une population en majorité sunnite. C’est une société tenue dans l’arriération sur le plan de la recherche, des communications, de la technologie et du développement économique (quel qu’il soit). Depuis le protectorat français ce régime a toujours maintenu des relations troubles avec son voisin libanais. Enfin, il est reconnu que les États-Unis ont investi lourdement et souvent clandestinement dans ce pays pour faire la promotion de "la pseudo démocratie colorée"...comme il l’a fait dans certains pays de l’Europe de l’Est. En Syrie le pouvoir de Bachar el-Assad est aujourd’hui ébranlé par les mercenaires de Saad Hariri (ex premier ministre libanais) et de ses commanditaires d’Arabie à titre de représailles pour le soutien iranien au soulèvement chiite au Bahreïn.

Au Yémen la situation demeure confuse car si le pouvoir impérialiste aimerait bien sacrifier son valet Ali Abdallah Saleh, comme Moubarak et Ben Ali avant lui, celui-là ne l’entend pas de cette oreille et semble poser des exigences trop importantes pour abandonner son poste de gestionnaire de la machine d’État yéménite. En Arabie Saoudite, l’État a jeté des milliards de dollars en pâture aux manifestants et a dépêché sa troupe pour occuper le Bahreïn, un avertissement à ses propres opposants qui seraient tentés de poursuivre les soulèvements. Il semble bien que ce pouvoir monarchique s’en sortira indemne encore une fois tout comme au Koweït voisin.

Voilà où en est aujourd’hui cette succession de révoltes populaires arabes manoeuvrées en sous-main par différentes puissances craignant toujours que le contrôle leur échappe et que, de ces révoltes trahies - sur la Place Tahrir notamment (5) - n’émergent des révolutions emportant ces bandes de marionnettes qu’elles soutiennent affectueusement et douloureusement, alors que leurs petits héros virtuels patentés risquent d’être récupérés ou emportés dans la tourmente (6).

Ribert BIBEAU

(1) http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=23776

(2) http://www.lepost.fr/article/2011/05/12/2492344_accord-hamas-fatah_1_0_1.html

(3) http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=23889

(4) http://thalasolidaire.over-blog.com/article-point-de-vue-les-mensonges...

(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Place_Tahrir

(6) http://www.ahmedbensaada.com/index.php?option=com_content&view=art...


URL de cet article 13718
  

Sélection naturelle. Un roman capitaliste.
Alexandre Grondeau
John, Yan et Jean ont des quotidiens et des parcours professionnels très différents, mais ils arrivent tous les trois à un moment clef de leur vie. John est un avocat d’affaires sur le point de devenir associé monde dans un grand cabinet. Yan, un petit dealer toujours dans les embrouilles et les galères. Jean, enfin, est un retraité qui vient d’apprendre que ses jours sont comptés. Malgré leurs différences, ces trois antihéros se débattent dans les contradictions de la société de consommation, seuls (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’écart gigantesque entre ce que les dirigeants des Etats-Unis font dans le monde et ce que les habitants des Etats-Unis croient qu’ils font est une des grandes réussites de propagande de la mythologie politique dominante.

Michael Parenti

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.