Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Sabotage du navire français La Coubre le 4 mars 1960

L’une des premières actions terroristes du Gouvernement des États-Unis contre Cuba eut un caractère monstrueux, le sabotage du navire français La Coubre le 4 mars 1960, à quai dans le port de la Havane. Le bateau avait chargé en Europe un lot important d’armements et d’équipements achetés à l’industrie nationale belge par le Gouvernement Révolutionnaire de Cuba, qui était déjà préoccupé par les actions agressives croissantes des États-Unis. Le chargement fut saboté par les agents de l’Agence Centrale d’Intelligence CIA au point d’embarquement, et les engins placés déclenchèrent une explosion ce jour-là à trois heures dix de l’après-midi alors que se déroulaient les opérations de déchargement. Aux premières heures de l’après-midi du 4 mars 1960, une détonation initiale se produisit et quelques minutes plus tard une deuxième qui causera le plus grand nombre de victimes, puisque à ce moment-là des dizaines de militaires et de travailleurs apportaient leur aide sur place aux victimes de la première explosion. Le navire la Coubre ainsi que le quai alentour étaient remplis de travailleurs portuaires, des soldats rebelles, de membres de la Police Nationale Révolutionnaire, de pompiers et du personnel de secours qui, sans se soucier du danger avaient accouru sur le lieu du désastre pour aider les victimes et pour prévenir les accidents.

Le Commandant en Chef Fidel Castro Ruz, et d’autres dirigeants de la Révolution Cubaine firent acte de présence sur le lieu des faits. Le sabotage du navire la Coubre se solda par un bilan de 101 morts, parmi eux six marins français, et des centaines de blessés.

Le jour suivant eut lieu l’inhumation des victimes. Un cortège interminable marcha tout le long de la 23ème rue en direction du cimetière de Colomb. Là, aux portes de la principale nécropole de la Havane, le Commandant en chef Fidel Castro Ruz, s’adressa au peuple en proposant aux Cubains le nouveau mot d’ordre : la Patrie ou la Mort.

A son côté, Che, le béret à l’étoile sur la tête, le regard lointain, comme marqué par la tragédie. Alberto Korda, présent lui aussi, fera ce jour-là le cliché de Che Guevara connu du monde entier.

Cinquante-sept ans nous séparent d’un sabotage qui émut tous les Cubains, et sema la douleur dans les cœurs. L’explosion du navire La Coubre demeure encore dans la mémoire de beaucoup de Cubains. L’action terroriste survenue en 1960 confirma la conviction des Cubains de radicaliser le processus révolutionnaire initié à Cuba en 1959.

Les Amis de Cuba

»» http://www.lesamisdecuba.com/sabotage-du-navire-francais-la-coubre-le-...
URL de cet article 31607
   
Même Thème
« Fidel Castro, Biographie à deux voix », interview d’Ignacio Ramonet
Hernando CALVO OSPINA, Ignacio RAMONET
« Ce livre est une semence qui va germer » Paris le 22 février 2007. Ignacio Ramonet est le directeur du mensuel français de référence Le Monde Diplomatique, mais aussi l’une des personnalités les plus prestigieuses parmi les intellectuels progressistes à travers le monde. Voici un an qu’est sortie en Espagne la première édition de son livre « Fidel Castro, Biographie à deux voix » où il s’entretient longuement et sans réserves avec le dirigeant principal de la révolution cubaine. Le livre se vend (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’emprise des multinationales sur l’opinion publique des Etats-Unis est une des choses incroyables du monde occidental. Aucun pays développé n’a réussi à éliminer des média, et avec autant d’efficacité, toute forme d’objectivité - sans même parler de dissidence.

Gore Vidal


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.