RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Ségolène, Jean-Marc et Marina.

Selon une dépêche de l’AFP Ségolène Royal s’est exprimée ce jour sur Canal + à la fois sur la révocation de la semi-liberté qui avait été accordée à Jean-Marc Rouillan, et sur la non-extradition de Marina Petrella.

Concernant Marina Petrella, Ségolène Royal n’a pas voulu se prononcer faute d’accès au dossier médical qui a justifié la décision française. Il est on ne peut plus normal qu’elle n’ait pas eu accès au dossier médical, et l’on ne peut que s’étonner, à contrario, de la grande compétence médicale dont fait preuve le ministre italien de la défense, Ignazio La Russa, qui au vu d’images vues à la télévision, estime qu’elle a l’air "bien reposée" et en "meilleure" forme que lui. Il faut dire que les images en question datent de plusieurs mois…
Donc n’ayant pas eu connaissance du dossier médical Ségolène Royal ne se prononce pas. Le refus pour ce motif est déjà une prise de position claire, résumant la situation de Marina Petrella à la question de l’application de la clause humanitaire. En effet, si la clause humanitaire a du être appliquée, c’est bien à la suite de la décision du gouvernement d’extrader Marina Petrella. Le fonds du dossier est bien là , la doctrine Mitterrand est-elle toujours applicable, des années de résidence officielle en France ouvrent-elles un droit ? Sur ce point Ségolène Royal pourrait se positionner clairement et ne pas se contenter de déclarer penser d’abord aux victimes.
Les victimes ont des droits, ont eu une place dans la procédure pénale,mais la justice pénale n’est pas la mise en oeuvre de la vengeance personnelle. Le risque est grand de glisser aujourd’hui vers le populisme pénal. La clarté des positions politiques sur ce sujet est donc un élément important, et j’espère au-delà de cette pirouette que Ségolène Royal donnera sa position sur le droit des réfugiés italiens à rester en France, avec le même courage et la même lucidité politique qu’avait eu François Mitterrand.

Concernant Jean-Marc Rouillan, Ségolène Royal connaissait visiblement beaucoup mieux le dossier et a donc déclaré "Evidemment qu’il fallait renvoyer Jean-Marc Rouillan en prison puisqu’il a continué à prôner la lutte armée".
La lecture du texte de l’interview est sur ce point intéressante, les propos de Jean-Marc Rouillan sont " Mais en tant que communiste, je reste convaincu que la lutte armée à un moment du processus révolutionnaire est nécessaire…Quand on se dit guévariste, on peut simplement répondre que la lutte armée est nécessaire à certains moments. On peut avoir un discours théorique sans faire de la propagande ou de l’appel au meurtre."
Ces phrases sont-elles considérées comme un prône de la lutte armée au regard du passé de Jean-Marc Rouillan ou le seraient-elles pour tous ceux qui évoquent une possible révolution ?
Là aussi, au-delà des déclarations de circonstances, il est urgent de clarifier les positions. Peut-on parler librement de révolution aujourd’hui sans risquer d’être accusé d’incitation à la lutte armée ? Peut-on librement déclarer comme Ségolène Royal le 15 mars 2007 "La profondeur de la crise appelle une révolution" en toute liberté ?

Le 19 octobre 2008

Jean-Michel Arberet

Conseiller municipal d’Arcueil, partenaire du groupe communiste
http://jm-arberet.over-blog.com/

URL de cet article 7294
  

Comment la mondialisation a tué l’écologie
Aurélien BERNIER
Le débat scientifique sur la réalité du changement climatique a ses imposteurs. Mais, en matière d’environnement, les plus grandes impostures se situent dans le champ politique. Lorsque l’écologie émerge dans le débat public au début des années 1970, les grandes puissances économiques comprennent qu’un danger se profile. Alors que la mondialisation du capitalisme se met en place grâce à la stratégie du libre échange, l’écologie politique pourrait remettre en cause le productivisme, l’intensification du (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Julian Assange, à qui l’on doit plus d’articles importants que l’ensemble de ses journalistes-critiques, a 50 ans aujourd’hui - en prison. Il est en prison pour une raison : l’administration Biden et la plupart des médias commerciaux ne se soucient pas de la liberté de la presse, mais font semblant de s’en soucier quand ça les arrange.

Glenn Greenwald

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.