RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
(Si nécessaire, tuer le Président)

"Si es necesario matar al Presidente"

C’est en 2011 au Chili, lors des manifestations pour une éducation gratuite, que sont apparues ces affiches imprimées sur des pages d’annuaires téléphoniques, collées sur les murs de Valparaiso. Cela faisait plus d’un an que collégiens, étudiants et parents d’élèves de tous milieux se mobilisaient, manifestaient, se battaient avec les carabiniers dans des rassemblements mensuels en faveur d’une réforme de l’Éducation. Car au Chili, toute l’Éducation est un vrai business, un secteur “industriel” et non pas un service public, et une catastrophe en terme de qualité... La seule réponse du gouvernement du Président Piñera (RN, droite style UDI en France) était de changer de ministre de l’Éducation tous les six mois et de faire semblant de dialoguer sans rien changer. Aussi ces affiches posaient clairement la question de savoir de quelle alternative dispose-t-on lorsqu’un gouvernement reste sourd à sa population et arc-bouté sur sa vérité...

En France, la belle manifestation du 14 juin contre la loi travail, où toutes les régions se sont rassemblées à Paris, a été dénigrée, travestie, pour être finalement occultée, ignorée comme si elle n’avait jamais eu lieu. D’ores et déjà dans les cortèges, on se pose la question “et qu’est-ce qu’on fait s’ils ne bougent pas, s’ils ne retirent pas la loi ?” Les réponses sont variées, “on continue”, “on refait grêve”, “on défile”, “on va inventer d’autres moyens d’actions”, … et parfois on entend cette réponse “va falloir les buter”...

Le cercle infernal “violence institutionnelle/réaction populaire/répression policière” tourne à plein régime, et nombreux sont ceux qui ne croient plus que la non-violence triomphera. Il avait fallu des morts, tels Malik Oussekine il y a quelques années, ou plus proche de nous Rémi Fraisse, pour que certains dirigeants (peut-être avec un reste d’humanité) prennent en compte la volonté du peuple et retirent des projets légitimement contestés. Suffira-t-il qu’il y ait des manifestants tués, des zadistes tués, des CRS tués pour que nos gouvernants actuels entendent ? En Grêce, en Espagne, les manifestations contre les politiques austéritaires soutenues par l’Union Européenne ont eu leur part de morts, et pourtant elles ont échoué, les politiques de privatisation et de concurrence généralisée sont appliquées.

Alors, quelles actions inventer ? On observe que nos gouvernants sont très sensibles lorsqu’on les chatouille personnellement : de nombreux députés ont réagi avec indignation suite au fait que leur mail et téléphone ont été diffusés et qu’ils ont pu être ainsi interpelés directement, dans le cadre de la pétition contre la loi travail. Comme si, en tant que représentants du Peuple, ils devaient rester intouchables, détenteurs infaillibles de l’intérêt général alors qu’ils n’agissent plus qu’en tant que représentant de commerce de leur propre parti. De la même façon, les médias ont jugé intolérables les manifestations aux domiciles de Valls et de El Khomri.

Alors jusqu’où faut-il aller ? Faut-il tuer nos “élites” dirigeantes pour se faire entendre ?

Lorsque l’on voit le luxe de mesures de sécurité prises pour chaque déplacement d’un ministre, avec police et GIGN sur les dents afin de “sécuriser le périmètre” comme on dit dans les séries policières, on peut se demander si nos gouvernants ne sont pas déjà prêts à se voir personnellement visés... Alors quelle issue ? La question est posée.

Pour mémoire, au Chili, le Président Piñera n’a pas été tué. Les manifestations pour une éducation gratuite ont duré tout au long de son mandat, six ministres de l’Éducation se sont succédés sans autre changement. Aux élections de fin 2012, le mouvement pour l’éducation gratuite a donné une vraie majorité à l’”opposition” de centre-droit (Bachelet, PS) alors que le système électoral bâti sous Pinochet est construit pour qu’aucun gouvernement n’obtienne de majorité absolue afin qu’aucun changement ne soit possible. Mais la Présidente Bachelet ne s’est pas pressée ; ce n’est que dans la deuxième partie de son mandat qu’elle a engagé une réforme vers la gratuité de l’éducation et (depuis octobre 2015) un processus constituant pour la rédaction d’une nouvelle constitution par le peuple chilien*. En France, peut-on encore croire au système électoral ?

*Voir, entre autres sites dédiés au processus constituant, www.lalupadelaconstitucion.cl et www.constituccionario.cl

URL de cet article 30610
  

Ainsi parle Chávez
Hugo Chávez, figure du Venezuela et de l’Amérique latine contemporaine, si critiqué et diffamé dans la plupart des médias, était indéniablement le président métisse, issu d’une famille pauvre, avec lequel les classes populaires pouvaient s’identifier. Pendant 13 ans, chaque dimanche, il s’est adressé à son peuple dans une émission appelée « Allô président », fréquemment enregistrée sur le terrain et en public. Ce livre recueille certaines de ses allocutions. Tour à tour professeur, historien, blagueur, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Al Qaeda est aux médias ce que Stéphanie de Monaco est à "Questions Pour Un Champion".

Viktor Dedaj

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.