RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
L’«  éthique » démocratique occidentale : faire la guerre et faire croire à la paix

Somalie, Yougoslavie, Irak, Afghanistan, Pakistan, Libye : les guerres de l’Occident

A propos de la nouvelle guerre menée par une coalition de pays «  démocratiques », en Libye, Edwy Plenel, co-fondateur et président de Mediapart, pose une question très judicieuse :

«  Ne peut-on, à la fois, souhaiter la chute rapide du dictateur Kadhafi et ne pas être dupe de l’opération orchestrée par Nicolas Sarkozy ? » [1].

Cette question aurait pu être posée, telle quelle, en modifiant simplement les noms, pour Slobodan MiloÅ¡ević, Saddam Hussein (2 x), les Talibans, comme aujourd’hui, monsieur Plenel la pose très justement à propos du colonel Kadhafi.

Malgré les coûts directs et indirects, humains et matériels [2-3-4-5] de nos interventions, comment nous, les populations «  pacifiques » de ces pays «  démocratiques », pouvons-nous suivre aussi passivement, voire avec une pointe de fierté, nos gouvernements va-t-en-guerre ?

Il est vrai que nous sommes nourris depuis notre tendre enfance par des films et des séries hollywoodiens qui, du fond de nos fauteuils, nous font nous sentir héroïques, et nous font croire au bien fondé de nos interventions meurtrières à travers le monde entier.Nous sommes les Bons. L’Autre est méchant.

La raison en est peut-être l’ignorance, car en nous basant uniquement sur les présentations manichéennes et partisanes de nos médias écrits et télévisés, comme ce fut le cas pour la première guerre du Golfe (et la seconde), nous pourrions croire effectivement que par la guerre et la destruction, nous apporterons la paix, la liberté et la démocratie à ces peuples opprimés.

Toutefois, cette explication, l’ignorance, ne tient plus la route depuis l’accès à l’internet grâce auquel nous pouvons tous nous forger des opinions beaucoup plus nuancées et proches de la vérité.Cette «  ignorance » ressort davantage de la naïveté volontaire.

Ainsi, comme ce fut déjà le cas pour les guerres d’Irak et d’Afghanistan (et du Viêt-Nam [6] en son temps), de nombreux articles d’auteurs sérieux et spécialisés nous révèlent les véritables dessous de notre intervention en Libye [7-8-9-10]. Celle-ci n’a rien d’humanitaire.

Est-ce par grand coeur, le genre de celui que seule une «  démocratie » peut façonner, que nous nous prenons d’amitié soudaine pour des populations dont nous ne connaissons rien, au point de vouloir leur apporter la «  liberté » à coups de bombes, de rafales et de F-16 ?

Ou sommes-nous tellement habitués à suivre docilement nos gouvernements, sans jamais les interpeler ni demander des comptes ? Les manifestations sociales de plus en plus larges, la mobilisation humaine contre un capitalisme destructeur semblent le démentir.

Il est en effet très étrange qu’à l’époque des plans d’austérité féroces, du recul de tous les acquis sociaux, de la dégradation interminable des secteurs publics, de la paupérisation de ces mêmes populations des pays «  démocratiques », nous tous, quidams, prêts à travailler des années de plus pour gagner moins d’argent et jouir d’une vie de moindre qualité, nous laissions nos gouvernements dépenser autant d’argent public en essence pour des F-16 et des rafales.Certains brandissent même le poing, fièrement !Encore un cul de dictateur à botter !

Aimons-nous tant que cela «  jouer » à la guerre, au point de compromettre nos pensions, nos santés, l’éducation de nos enfants, leur futur environnement ainsi que leur droit à vivre dans un monde juste et en paix, où tout le monde mangerait à sa faim, comme cela serait possible, aujourd’hui [11] ? A condition d’arrêter d’utiliser la guerre, les bombes et les porte-avions comme seul moyen de faire la paix.

Entre nos gouvernements «  démocratiques » dont l’allergie aux dictatures est très sélective et très amnésique, ces gouvernements modèles qui ne recourent à la guerre que par nécessité car selon eux il n’y aurait pas d’alternative, entre eux et les habitants dont l’esprit critique s’éveille enfin, se trouve «  l’opinion publique », celle dont la réalité du monde est résumée par les présentations manichéennes et partisanes de nos médias écrits et télévisés.

Cette opinion publique pourrait faire rentrer ces Sarkozy, Cameron, Obama à la maison et exiger qu’ils s’occupent correctement, honnêtement et justement de leurs populations plutôt que des multinationales du pétrole et de la reconstruction.

Tant que cette opinion publique ne s’éveillera pas, il y aura encore beaucoup de guerres comme celles de Yougoslavie, d’Irak, d’Afghanistan, et celle du jour, en Libye.

Mais très peu de paix, beaucoup de faim, de tristesse et d’injustices.

Pascal Sacré

[1] http://www.mediapart.fr/biographie/23

[2] Irak, le vrai coût de la guerre : 6.000 milliards de dollarshttp://trends.rnews.be/fr/economie/actualite/politique-economique/irak-le-vrai-cout-de-la-guerre-6-000-milliards-de-dollars/article-1194642063609.htm

[3] Le coût de la guerre en Afghanistan : 1,3 million d’euros par jour pour les contribuables françaishttp://www.politique.net/2010100401-cout-de-la-guerre-en-afghanistan.htm

[4] 200 millions par mois pour la guerre en Afghanistanhttp://www.ledevoir.com/politique/canada/210042/200-millions-par-mois-pour-la-guerre-en-afghanistan

[5] The war on Iraq has made moral cowards of us allMore than 100,000 Iraqis have died - and where is our shame and rage ?http://www.guardian.co.uk/politics/2004/nov/01/usa.iraq

[6] En 1971, un opposant à la guerre du Vietnam distribue les « Pentagon Papers » à la pressehttp://fr.wikipedia.org/wiki/Pentagon_Papers

[7] Insurrection et intervention militaire : Tentative de coup d’État des États-Unis et de l’OTAN en Libye ? Par Michel Chossudovsky

Partie 1 : http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=23631 Partie 2 : http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=23869

[8] Guerre en Libye : Washington regarde se lever « l’aube de l’odyssée » africaine, par Thierry Meyssanhttp://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=23882

[9] Une nouvelle opération coloniale contre la Libye, par Domenico Losurdohttp://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=23814

[10] La grande armée de la « guerre humanitaire », par Manlio Dinuccihttp://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=23806

[11] http://www.pogar.org/publications/other/un/conferences/wfs/fao/foodsecjustpeace-02f.pdf Les conflits armés sont l’ennemi de la sécurité alimentaire.Le niveau de vie des États-Uniens est non négociable (citation de George H.W. Bush).Toutes les six secondes, un enfant meurt de faim (Source : FAO)


URL de cet article 13202
  

Même Thème
Interventions (1000 articles).
Noam CHOMSKY
à l’occasion de la sortie de "Interventions", Sonali Kolhatkar interview Noam Chomsky. Depuis 2002 le New York Times Syndicate distribue des articles du fameux universitaire Noam Chomsky, spécialiste des affaires étrangères. Le New York Times Syndicate fait partie de la même entreprise que le New York Times. Bien que beaucoup de lecteurs partout dans le monde peuvent lire des articles de Chomsky, le New York Times n’en a jamais publié un seul. Quelques journaux régionaux aux Etats-Unis (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si j’étais un milliardaire ou un agent du renseignement, je voudrais probablement perturber la gauche au point de faire croire que quelqu’un de "gauche" est celui qui ne conteste jamais l’impérialisme US, ou qui soutient activement l’impérialisme US pour "contrebalancer les oligarques étrangers".

Primo Radical

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.