RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Sous la pandémie couve le nouveau monde

La pandémie actuelle ne doit pas nous empêcher d’essayer de décrypter la crise géopolitique qui lui est sous-jacente. Jamais le leadership du monde n’a été autant malmené, ni remis en cause. Le grand chamboulement est en cours. Les événements se précipitent et s’accélèrent.

La fin de l’histoire n’est pas d’actualité tout comme la pérennité de la mondialisation et de ses effets dévastateurs. Et le choc des civilisations brandi pour masquer les plus grandes terreurs de l’histoire humaine comme celles infligées aux Indiens d’Amérique où présentement au peuple palestinien en errance et mutilé par la répression n’aura pas lieu.

Les nouvelles puissances se mettent en place et les anciennes se résignent. Les peuples s’émancipent et seuls les pouvoirs aveugles rusent. Et pendant que l’Europe s’effondre, les Etats-Unis s’agrippent pour ne pas sombrer. Le show must go on n’éclipsera pas la leçon nord-coréenne et au large des philippines des soldats étasuniens tombent malades sur un porte avions censé défier la mer de Chine. La Chine qui triomphe chez elle d’une crise sanitaire jamais égalée, qu’elle a affrontée toute seule, sort plus que jamais grandie de cette épreuve dont seul l’avenir nous précisera l’origine. Et pendant que des Italiens hissent le drapeau Chinois à la place de l’emblème de l’Union Européenne et signifient par là même au reste du monde que le brexit n’est que le début de l’histoire, des députés français demandent quant à eux à leur gouvernement de solliciter le savoir-faire médical avéré de Cuba dans le domaine des maladies infectieuses pour sortir vite de l’impasse et de nombreux pays retirent où pensent déjà à le faire, parfois en catimini, leurs troupes militaires en situation d’agression en terres étrangères.

Partout des conflits s’estompent, d’autres mûrissent et dévoilent leurs véritables instigateurs et parfois même le bruit des armes soudainement ne se fait plus entendre. Les défenseurs de la terre et de la préservation des ressources naturelles applaudissent. Jamais situation n’a été aussi profitable à l’environnement et, pendant que l’humanité se confine, l’air se purifie comme jamais il ne l’a fait. La course au profit est ralentie, la pluie subitement revient et les éléments de nouveau s’imposent. Et puis surgissent dans ces convulsions planétaires les paroles prémonitoires de Pierre Rabhi, cet enfant prodige du Touat algérien, oui le problème n’est pas de ne pas avoir de croissance mais de ne pas avoir de décroissance. Et cette pandémie sera en tous les cas une véritable cure de jouvence et tout le monde fera désormais sa quête de l’essentiel au détriment du superflu.

Oui de nouvelles solidarités se développeront, tout comme est en gestation un nouveau paradigme porté par les peuples et qui structurera certainement l’avenir. Le respect de la nature et des droits humains en constitueront sans doute le premier corpus. Oui, de nouveaux rapports de force verront aussi le jour. Et l’Algérie qui semble avoir pris dans ce chamboulement général la juste mesure des risques qui existent notamment en termes de sécurité nationale et des enjeux qui s’annoncent en termes de refondation géopolitique de la planète, se doit également d’encourager chez elle la clémence. Oui, à l’égard aussi de tous ces algériens qui n’ont que trop aimer ce pays et qui doivent eux aussi revoir la lumière et retrouver l’affection de ceux qui leurs sont chers. La noblesse des sentiments doit être au dessus de tout. Oui, il ne faut pas que cette pandémie décime notre peuple, nos éducateurs, nos médecins, nos militaires, nos policiers, nos politiques, …. Cette Algérie bénie du ciel a besoin de vivre, de prospérer et de s’inscrire désormais en acteur incontournable dans ce nouvel ordre mondial qui sans nul doute se mettra en place !

Salim METREF

URL de cet article 35878
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Palestine, photographies de Rogério Ferrari
Préface, Dominique Vidal - Texte, Leïla Khaled Rogério Ferrari n’est pas un reporter-photographe. Il ne scrute pas, ne témoigne pas, n’écrit pas d’images. Il s’emploie à rendre au plus grand nombre ce qu’il a reçu en partage : l’humanité tenace de celles et ceux à qui elle est déniée. Existences-Résistances est un alcool fort, dont l’alambic n’a pas de secret ; il lui a suffit de vivre avec celles et ceux qui en composent le bouquet. Au bout de ces images, point d’ivresse. Mais un silence. De ces silences (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.