RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

SouthCom : Washington développe ses opérations à la base aérienne de Soto Cano au Honduras

Selon un communiqué de presse du 17 novembre, Harris Corporation, une entreprise internationale en matière de communications et de technologie de l’information, s’est vu attribuer les opérations de commandement, de contrôle, de communications et systèmes informatiques et de programme d’entretien du SouthCom (Commandement du sud des États-Unis), pour la Force opérationnelle interarmées (FOI) Bravo à la base aérienne de Soto Cano au Honduras. Ce contrat d’ordonnancement de tâches de cinq ans compte une année de référence comportant quatre options d’une année et s’élève à 38 millions de dollars - incluant toutes les options.

Ce programme d’infrastructure critique soutient le commandant du FOI-Bravo - le commandant de toutes les opérations militaires des États-Unis en Amérique centrale, dans le cadre de l’exécution de la stratégie de SouthCom visant à établir une capacité de nation associée. Cela afin de maintenir la sécurité, la stabilité et la prospérité dans les Amériques. Selon le communiqué de presse, cette responsabilité consiste à  :

- promouvoir des nouvelles visions du gouvernement des États-Unis et des établissements de la région ;

- réduire les sources de conflit et de tension ;

- promouvoir le partenariat en période de besoin ;

- stimuler des initiatives pour contrecarrer le trafic de drogues et d’autres menaces transnationales.

Harris est une entreprise internationale de communications et de technologie de l’information au service du gouvernement et des marchés dans le monde entier. Ayant son siège à Melbourne, en Floride, cette entreprise génère un revenu annuel d’environ 5 milliards de dollars et compte plus de 15 000 employés - dont près de 7 000 ingénieurs et scientifiques.

Tandis que le peuple hondurien déploie sa lutte en vue de boycotter les élections frauduleuses du 29 novembre et se prononce en faveur d’une assemblée constituante, Washington intensifie déjà avec arrogance son programme de l’après 29 novembre. Pour l’impérialisme, il s’agit d’une affaire habituelle, qui ne respecte ni les positions, ni les sacrifices, ni les sentiments de la grande majorité des gens au Honduras.

Cette dernière décision sous l’administration d’Obama nous donne l’occasion de voir, une fois de plus, comment se constituent les « nouvelles visions du gouvernement étatsunien et des établissements de cette région ». Et elles ne sont pas nouvelles, il s’agit en fait des mêmes visions impérialistes de domination et d’ingérence des États-Unis dans tout l’hémisphère au sud du Rio Grande. La seule chose qui diffère en est l’apparence, dans le but que les peuples de la région et le monde acceptent ces vieilles politiques, mais en les dissimulant d’une nouvelle façon.

Pour autant que l’objectif susmentionné consiste à « réduire les sources de conflit et de tension », si les États-Unis auraient vraiment été intéressés, il y a longtemps que le président Zelaya aurait été rétabli ; la répression instaurée par les militaires formés par les États-Unis au Honduras et Micheletti aurait non seulement été arrêtée, mais le coupable, jugé et puni pour les crimes commis envers le peuple du Honduras.

Cependant, après tout, c’est encore Washington qui vient tout juste de signer l’accord avec la Colombie, lui permettant d’y établir sept bases militaires.

Arnold August

(Version en français : Normand Raymond)

URL de cet article 9518
  

Éric Laurent. Le scandale des délocalisations.
Bernard GENSANE
Ce livre remarquable est bien la preuve que, pour l’hyperbourgeoisie, la crise n’est pas le problème, c’est la solution. Éric Laurent n’appartient pas à la gauche. Il est parfois complaisant (voir ses livres sur Hassan II ou Konan Bédié). Mais dans le métier, on dit de lui qu’il est un " journaliste d’investigation " , c’est-à -dire … un journaliste. Un vrai. Sa dénonciation des délocalisations, par les patronats étatsunien et français en particulier, est puissamment documentée et offre une (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Lorsque les missionnaires chrétiens blancs sont allés en Afrique, les blancs possédaient des bibles et les indigènes possédaient la terre. Lorsque les missionnaires se sont retirés, ce sont les blancs qui possédaient la terre et les indigènes les bibles."

Dick Gregory (1932-2017)

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.