Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Taxe GAFA : la FNAC choisira-t-elle le bon camp ?

Malgré son modèle et ses bénéfices, la FNAC sera dispensée de taxe GAFA. Se sentira-t-elle pour autant concernée par la question des emplois français et de la pérennité de nos entreprises, au cœur des préoccupations nationales ? Il est permis d’en douter. En pratique, le groupe que préside Enrique Martinez, pourtant emblématique de notre pays, privilégie les critères économiques.

La taxe dite GAFA est un projet de loi fiscale propre aux géants du Net, essentiellement américains. Ces derniers pratiquent l’optimisation fiscale à grande échelle et privilégient l’installation de leurs filiales dans des pays où leur taux d’imposition est plus léger (1), pénalisant les entreprises plus éthiques. Faute d’accord européen, le ministre français de l’Économie Bruno Le Maire a proposé une taxe GAFA nationale. Les entreprises devront cumuler deux conditions pour être concernées : « proposer des services numériques représentant un chiffre d’affaires supérieur à 750 millions d’euros au niveau mondial et 25 millions d’euros en France » (2). Mais cette taxe pourrait pénaliser des champions français, dont la plupart sont jusqu’alors restés muets sur la question (3). En fin de compte, le 3 mars 2019, le ministre de l’Économie rendait sa décision : une trentaine de groupes, principalement étrangers, seront concernés. Ils sont européens (allemands, espagnols, britanniques), américains ou chinois. Une société française, Criteo, est touchée, ainsi que d’autres d’origine française mais rachetées par des groupes étrangers.

FNAC-Darty échappera à cette taxe GAFA. Au regard des propos de Bruno Le Maire, cela tient davantage à Darty qu’à son acquéreur la FNAC, car ce sont d’abord « les plateformes qui touchent une commission pour mettre en relation, des clients et des entreprises. Précisons qu’une entreprise qui met en vente sur son site Internet ses propres marchandises n’aura pas à s’en acquitter » (4). Or, dans L’heure H, le directeur de la FNAC, Enrique Martinez, précisait fin février que l’enseigne ne visait pas à imiter Darty en commercialisant des produits sous sa marque propre (5). Somme toute, la démarche gouvernementale est habile, et constitue une opportunité pour la FNAC. Néanmoins, le groupe saura-t-il en profiter pour privilégier les intérêts français ? Dans l’émission précitée, Martinez critiquait les groupes qui profitent des avantages fiscaux et ne respectent pas les lois du pays où ils se trouvent. Pour autant, le directeur déclarait proposer le choix de produits le plus large sans chercher à privilégier le Made in France. Avec la dispense de taxe GAFA dont son groupe va bénéficier, s’alignera-t-il en retour sur les intérêts français en soutenant nos entreprises ?

La FNAC et la France, du discours aux pratiques

La question semble rhétorique. La France est absente du discours d’Enrique Martinez. Le 15 mai 2018, le directeur de FNAC-Darty tweetait sur son alliance avec l’allemand MediaMarktSaturn, dont la maison-mère est le premier actionnaire du Français (6). Le tweet portait sur « l’ambition » de l’alliance : devenir la plateforme “ omnicanal ” – c’est-à-dire physique et numérique – de référence en Europe, nouer des partenariats « créateurs de valeur » et « proposer la meilleure offre et le meilleur service aux clients » (7). Pourtant, lors de l’événement annuel Le Top, Martinez représente la FNAC. Il y côtoie une quarantaine de patrons de grandes entreprises « impliqués et engagés dans le développement du tissu économique du territoire » (8). La rencontre, un speed-dating avec 400 dirigeants de PME et ETI françaises, a pour objectif que ces dernières nouent des partenariats avec les grands groupes afin de se développer. On peut donc s’attendre à des actes conséquents et à des prises de parole médiatiques d’Enrique Martinez en faveur des entrepreneurs français. La FNAC est un acteur de poids, son influence et ses actions en faveur des emplois dans notre pays pourraient donc pousser d’autres groupes à s’inscrire dans son sillage, amorçant une dynamique positive. Ce n’est pas le cas. Martinez est de fait plus prolixe sur l’approfondissement des relations avec l’un des GAFA, Google, notamment en promouvant Google Assistant et le Google Home (9) au travers d’espaces dédiés et d’aménagements en magasins. Ce, pour répondre à l’Alexa d’Amazon et au HomePod d’Apple. Dit autrement, pour augmenter ses bénéfices, la FNAC soutient un GAFA face à deux autres. La critique des entreprises « qui profitent des déséquilibres du système, des avantages fiscaux », paraît bien loin, en paroles comme en pratique.

Dans les magasins FNAC en effet, on croise quelques marques françaises, comme le créateur de drones Parrot, l’ingénieur acousticien Devialet, ou le groupe d’électroménager et d’informatique Thomson, qui a conservé son siège social en France. Mais elles sont en concurrence directe avec des entreprises étrangères : GoPro, Dji, Sony, Philips, Logitech, et autres représentants de leurs secteurs respectifs. Si la plupart disposent d’un siège social en France, ce n’est néanmoins pas le cas pour toutes. Plusieurs pratiquent cette optimisation fiscale critiquée par Enrique Martinez, mais que son entreprise met pourtant en valeur. Américaine, Fitbit surveille l’activité physique et propose des objets connectés. Pour les résidents de l’Espace économique européen, sa société est Fitbit International Limited, domiciliée en Irlande (10), où l’impôt sur les sociétés n’est que de 12,5%. C’est aussi le cas de Smartbox, entreprise de coffrets-cadeaux. Créée en France en 2007, elle s’est domiciliée dès novembre 2008 à Dublin en y créant et implantant Smartbox Group Limited (11), se soustrayant ainsi à l’impôt français et supprimant au passage des dizaines d’emplois. Le constructeur japonais d’électronique domestique JVC déclare que « JVC Kenwood Europe B. V. Succursale France est une société de droit néerlandais domiciliée aux Pays-Bas », un pays également plus généreux fiscalement que la France (12). Malgré une SAS implantée en France, l’éditeur du site français du fabricant électronique américain Bose est Bose Products B. V., dont le siège est lui aussi aux Pays-Bas (13). Le siège social du Britannique Marshall (Headphones), fabricant d’amplificateurs, se situe quant à lui en Suède (14). Liste non exhaustive.

Multipliables, ces exemples interrogent sur le décalage entre le discours public d’Enrique Martinez et de la FNAC, et les pratiques réelles du groupe. La pérennité économique d’une société est bien entendu vitale. Mais peut-être Martinez saura-t-il profiter de l’exonération de la taxe GAFA dont son entreprise va bénéficier pour contribuer à défendre les emplois et les entreprises français, et plus particulièrement celles qui ne « profitent [pas] des déséquilibres du système » (15).

Henri Bertrand

(1) https://www.touteleurope.eu/actualite/qu-est-ce-que-la-taxe-gafa.html
(2) https://www.lejdd.fr/Politique/bruno-le-maire-comment-nous-allons-taxe...
(3) https://www.capital.fr/entreprises-marches/cdiscount-fnac-darty-lebonc...
(4) https://bfmbusiness.bfmtv.com/hightech/taxe-gafacriteo-touche-pas-fnac...
(5) https://player.fm/series/12h-lheure-h-linvit/bfm-2702-12h-lheure-h-lin...
(6) https://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/03016764...
(7) https://twitter.com/EnriqMrtz/status/996420738495205377
(8) https://www.letop.io/participants/
(9) https://www.challenges.fr/entreprise/apres-alexandre-bompard-enrique-m...
(10) https://www.fitbit.com/fr/legal/terms-of-service
(11) https://www.smartbox.com/fr/mentions-legales/
(12) http://www.kenwood-electronics.fr/mentions/
(13) https://www.bose.fr/fr_fr/legal/legal_disclaimer.html
(14) https://www.marshallheadphones.com/mh_fr_en/support/contact
(15) https://player.fm/series/12h-lheure-h-linvit/bfm-2702-12h-lheure-h-lin...

URL de cet article 34718
   
Communication aux lecteurs
Un bus pour Assange - 25 janvier - Paris/Londres

Journée de soutien à Julian Assange devant la prison de Belmarsh.

Le billet comprend l’aller-retour Paris-Londres Bus+Ferry

Infos/réservations : https://www.facebook.com/events/652271058646370/

TOUS LES MEDIAS SONT-ILS DE DROITE ? Du journalisme par temps d’élection
par Mathias Reymond et Grégory Rzepski pour Acrimed - Couverture de Mat Colloghan Tous les médias sont-ils de droite ? Évidemment, non. Du moins si l’on s’en tient aux orientations politiques qu’ils affichent. Mais justement, qu’ils prescrivent des opinions ou se portent garants du consensus, les médias dominants non seulement se comportent en gardiens du statu quo, mais accentuent les tendances les plus négatives inscrites, plus ou moins en pointillé, dans le mécanisme même de l’élection. Ce sont (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Un écrivain doit désormais être un homme d’action... Un homme qui a consacré un an de sa vie aux grèves dans la métallurgie, ou aux chômeurs, ou aux problèmes du racisme, ou qui n’a pas perdu son temps. Un homme qui sait où est sa place. Si vous survivez à une telle expérience, ce que vous raconterez ensuite sera la vérité, la nécessité et la réalité, et perdurera.

Martha Gellhorn, 1935


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.