RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Aéroports de Paris : un heureux dénouement pour le monde de la finance ?

La cession des parts de l’Etat dans ADP fait couler un peu plus d’encre chaque jour. Dernier rebondissement de ce feuilleton économique et politique : la candidature des départements d’Île de France au rachat auprès de l’Etat de 30% du capital d’ADP, en alternative à une concession totale au privé. Reste la problématique du financement, à laquelle est censée répondre l’union de la carpe et du lapin : pour être jugée solvable, la candidature des départements passera par leur association à… un fonds privé d’investissement.

Concours de galipettes politiciennes

Les Gilets Jaunes ont eu le mérite de rendre audibles les revendications sociales soutenues par la majorité des Français. Parmi celles-ci, figure l’urgence que l’Etat sorte de sa logique libérale, inspirée des banquiers et autres startuppers qui constituent en bonne partie l’entourage du président. Il n’est donc pas étonnant que la « privatisation » d’ADP ait suscité des réactions quasi-pavloviennes chez les opposants. Dès l’annonce de cette vente de nombreux candidats se sont bousculés au portillon comme le fonds américain Global Infrastructure Partners, le fonds australien IFM ou encore, le favori, Vinci. Près d’un an plus tard, et en réponse à la levée de boucliers sur les deux flancs parlementaires, l’Etat donnera-t-il à des gages à l’opinion ?

C’est du moins ce que laisse entrevoir la candidature des collectivités territoriales, en l’occurrence sept départements d’Île de France. Pour Patrick Devedjian, président du conseil départemental des Hauts de Seine et ancien ministre de Nicolas Sarkozy, il s’agit bel et bien d’une opération politique : « C’est un compromis que nous leur offrons, qui devrait permettre de pacifier la situation. » Voilà qui devrait rassurer. Le groupe ADP ne tombera finalement pas dans l’escarcelle de n’importe qui. Sauf que cette candidature revêt tous les aspects d’une opération camouflage visant à favoriser politiquement la candidature... d’un acteur privé ; et non des moindres.

Une alliance douteuse avec la haute finance

Une telle opération financière (près de 10 milliards d’euros) est hors de portée des collectivités locales qui ont promis qu’il n’y aurait pour cela aucune hausse de dette, ni d’impôts. Pour y parvenir les départements vont devoir s’associer avec la société d’investissement française Ardian, qui gère près de 90 milliards d’actifs dans le monde entier.

Ardian est une société aguerrie qui sait maximiser les profits rapidement. Or les départements affirment que, contrairement à un acheteur privé, le rendement ne sera pas leur priorité : « Des opérateurs purement privés pour un actif aussi stratégique qu’ADP ne sont pas la meilleure solution. Leur priorité sera le rendement financier, pas l’aménagement des territoires environnant. » Ce n’est pourtant pas l’avis d’Ardian elle-même qui présente l’investissement dans les infrastructures comme une opération présentant des « rendements réguliers » et offrant un « profil rendement-risque attractif. » Pas de quoi interpeller les hérauts du service public pour autant.

Chassez le court-termisme, il revient au galop

La différence entre confier la gestion d’une telle infrastructure à un « gestionnaire d’infrastructures » comme Milan Atlantia ou Vinci et la confier à un « gestionnaire de fonds » comme Ardian pose plusieurs problèmes.

Certes, un article des Echos auréole Ardian du statut de « grand gestionnaire d’aéroports, habitué des collectivités ». Mais à y regarder de plus près, on constate qu’Ardian, accompagné de Crédit Agricole Assurances, a simplement acquis 49% de F2i Aeroporti S.p.A, elle-même holding qui détient des participations dans quelques aéroports en Italie. CQFD. Simple entrée indirecte au capital donc, rien à voir avec une concession aéroportuaire opérationnelle réelle.

En outre, comment être sûr qu’Ardian ne cèdera pas sa participation dans le capital une fois son investissement rentabilisé, ou au profit de nouveaux arbitrages financiers ? Ce ne serait pas la première fois pour ce gestionnaire de fonds, qui avait tenté de revendre les parkings Indigo en 2017 à peine deux ans après les avoir acquis. Sans parler des scandales multiples qui ont frappé Streeteo, société de contrôle du stationnement payant, qui, par l’intermédiaire du groupe Indigo Infra et la société Infra Foch Topco, appartient à Ardian Infrastructure et Crédit Agricole Assurances. Ardian s’est aussi tristement illustré par son implication dans des tentatives de manipulations boursières lors du rachat du Club Med par le chinois Fosun.

Quant aux aéroports dont Ardian prétend être un « grand gestionnaire », la dernière opération en date est la revente de ses parts dans l’aéroport de Londres Luton quelques années seulement après les avoir acquises. Bonjour le projet industriel !

Une opération financière habile

Mais aussi étrange qu’il puisse paraître, le mariage insolite des départements d’Île de France avec Ardian a une belle dot à la clé : la dispensation de la prime de contrôle évaluée à près de 2 milliards d’euros. En effet, la proposition des collectivités et d’Ardian est d’acheter seulement 29,9% des parts d’ADP. Premièrement ce seuil permettrait, pour des raisons juridiques, d’acheter de gré à gré à l’Etat en évitant des enchères qui feraient grimper le prix. Ensuite cela viendrait mettre un terme aux propositions d’opérateurs privés qui souhaitent acheter la totalité des parts de l’Etat dans ADP et ainsi piloter la concession les mains libres.

Or, outre le montant des parts évalué à 8 milliards d’euros, cela permettrait à l’Etat de faire payer à l’acquéreur en question une prime de contrôle de 1 à 2 milliards supplémentaires. Un conseiller de Le Maire le résumait pour le Canard Enchaîné en ces termes : « Renoncer à un appel d’offres conduirait à vendre à prix cassé ADP à un fonds privé, même s’il se cache derrière l’alibi de collectivités publiques. Ce serait une faute de diminuer ainsi les recettes de l’Etat. »

Une financiarisation déguisée en opération de sauvetage des collectivités locales, l’idée est bonne mais la manœuvre n’aura pas échappé à ceux qui savent compter jusqu’à trois. 1, le gouvernement veut se sortir d’une mauvaise posture politique ; 2, les collectivités sont les héros grâce, en partie, à l’argent du contribuable local ; 3, Ardian a flairé une bonne affaire à côté de laquelle il serait quand même idiot de passer. Est-il utile d’ajouter à cela que Emmanuel Miquel, qui figure dans la liste des conseillers du président Macron au pôle économie, a toujours sa fiche de Senior Investment Manager au sein de la société d’investissement Ardian ?

Nicolas Grégoire

URL de cet article 34719
  

Tais toi et respire ! Torture, prison et bras d’honneur
Hernando CALVO OSPINA
Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Quelques Colombiennes et Colombiens se regroupent à Quito pour faire connaître la violence et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Julian Assange, à qui l’on doit plus d’articles importants que l’ensemble de ses journalistes-critiques, a 50 ans aujourd’hui - en prison. Il est en prison pour une raison : l’administration Biden et la plupart des médias commerciaux ne se soucient pas de la liberté de la presse, mais font semblant de s’en soucier quand ça les arrange.

Glenn Greenwald

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.