Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Télé Paris ment, Télé Paris ment ...

1. Depuis plusieurs jours, les journaux télévisés de France 2, France 3, et même d’Arte, lorsqu’ils traitent de la mobilisation contre les retraites, commencent toujours par la même phrase : le pourcentage de grévistes (notamment de conducteurs de la RATP et de la SNCF) est en baisse.

Ou bien : le soutien aux grèves baisse dans l’opinion. Ou bien, lorsqu’il y a des manifestations : celles-ci rassemblent moins de participants que la "précédente". Quitte à changer la référence de cette fameuse "précédente" pour mieux faire apparaître la "baisse" en question.

Et lorsqu’il s’agit de compter les manifestants, il n’y a même plus le balancement rituel : "100 000 selon les manifestants, 10 000 selon la police" (ou 8000 selon un cabinet de comptage dit "indépendant"...). Ainsi, lorsque j’ai écouté hier France 2, la journaliste ne se référait plus qu’aux seuls chiffres de la police.

Parfois, dans le ton faussement neutre des journalistes lorsqu’ils prononcent ces phrases, je discerne ce que nos voisins allemands appellent de la Schadenfreude, c’est-à-dire de la joie mauvaise éprouvée au spectacle ou à l’annonce du malheur d’autrui. [Surtout lorsqu’il s’agit d’un "autrui" qu’on n’aime pas...]. Traduction : "Ouf ! Ces misérables de grévistes s’épuisent. On va enfin être débarrassés de leurs nuisances !"

2. Hier, le journal télévisé de France 2 indiquait que le taux de rémunération du Livret A allait passer de 0,75 % (ce qui est peu), à 0,50 % (ce qui est encore moins). Et comme les fonds récoltés par ce livret sont censés servir à construire des logements sociaux, le gouvernement a eu le front de prétendre que les bailleurs sociaux, ayant moins à rembourser, pourraient construire davantage de ces logements ! Comme si en baissant ce taux, la motivation du gouvernement, était d’encourager la construction de l’habitat social ! En réalité, il ne s’agit pas de cela : il s’agit de pousser les gens vers des placements plus rémunérateurs - mais plus risqués - qui, d’une façon ou d’une autre, aboutiront en Bourse. Comment être d’aussi mauvaise foi que le gouvernement ?

3. Ces placements, par ailleurs, contrairement aux sommes déposées sur le Livret A, sont souvent des placements bloqués sur plusieurs années. Donc des sommes auxquelles, contrairement aux sommes déposées sur le Livret A, les titulaires de comptes ne peuvent pas toucher quand ils le veulent. Or les Livrets A sont des placements populaires, et ils le sont à double titre : d’abord en ce qu’ils jouissent d’une grande popularité, et ensuite en ce qu’ils sont très répandus parmi les classes populaires, qui s’en servent pour s’acheter des biens de relativement peu de valeur (mobilier, électro-ménager) ou faire face à de petits imprévus. Les classes populaires n’ont pas les moyens d’immobiliser de grosses sommes pendant des années, sauf à se serrer la ceinture. La baisse de rémunération du Livret A est (ce que ne disait évidemment pas le reportage) une mesure anti-sociale. En outre, c’est une mesure qui prépare sournoisement à la constitution de fonds de pension.

4. Justement, ces fonds de pension, j’y viens. Dans le numéro 2880 de L’Obs (semaine du 16 au 22 janvier), en page 14, un certain Fiorentino plaide, sans vergogne, pour ces fonds de pension, en alignant tous les poncifs que ressassent, depuis des années, le gouvernement, la droite, le patronat et les puissances d’argent, à savoir que :

- La retraite par répartition n’est plus suffisante,
- Il n’y a plus aucune autre issue que d’épargner pour compenser, au moins, sa perte de pouvoir d’achat,
- La capitalisation est un "gros mot" en France,
- Ce mode de financement est pourtant une réalité dans de nombreux pays développés,
- L’arithmétique des retraites est sans appel : il faudra travailler plus longtemps et surtout [je souligne surtout] épargner pour tenter de préserver son pouvoir d’achat.
Si j’insiste là dessus, c’est parce que L’Obs est un journal qui soutient la retraite à points et qui est pour la CFDT. Or, le gouvernement jure, la main sur le cœur, que sa réforme ne vise qu’à sauver (pérenniser, consolider, conforter... tous les verbes que l’on voudra) la retraite par répartition et non à introduire subrepticement les fonds de pension. Et que tout ce que racontent les syndicats et la gauche sur les accointances et les complicités entre le gouvernement et le fonds BlackRock ne sont que d’affreuses calomnies. Et, patatras, voila que cet innocent de Fiorentino dévoile le pot-aux-roses...

URL de cet article 35610
   

LA CRISE, QUELLES CRISES ?
Eric TOUSSAINT, Damien MILLET
Les médias et les économistes de la tendance dominante donnent généralement à propos d’un phénomène aussi profond qu’une crise des explications partielles, partiales et biaisées. Cette vision teintée de myopie caractérise tout ce qui touche aux questions économiques. Damien Millet et Eric Toussaint en spécialistes de l’endettement lèvent le voile sur les racines profondes et durables du déséquilibre économique qui caractérise toute la vie sociale. En 2007-2008 a éclaté la crise financière internationale (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’avenir appartient à ceux qui ont des ouvriers qui se lèvent tôt.

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.