RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Deux pieux mensonges concernant les syndicats

Au cours de la présente période de manifestations et de grèves, des journalistes, des éditorialistes, ont asséné des opinions, des commentaires dénotant une méconnaissance du milieu syndical et une volonté de soutenir le gouvernement et de nuire aux travailleurs en lutte.

On les a entendu dire que les syndicats étaient dépassés par leur base et qu’ils n’avaient pratiquement aucune légitimité compte tenu du faible nombre de syndiqués.

Pour répondre à la première assertion je peux faire part d’une lettre, datée du 8/10/1971, qui détaille la façon d’agir de la CGT. Elle était adressée par la Fédération Nationale des Syndicats de Transports aux conducteurs de la RATP :

« Il va de soi que vous êtes les premiers concernés et que les décisions vous reviennent. Il serait irresponsable de notre part de ne pas vous apporter tous les éléments nécessaires à votre réflexion afin que vous preniez vos décisions en connaissance de cause et en tenant compte de tous les aspects. C’est la condition du succès de votre lutte bien évidemment.

La décision vous appartient.

Nous vous suggérons d’en débattre démocratiquement, car c’est avant tout votre affaire, puis d’en discuter ensuite, avec tous vos camarades de travail et les autres organisations, afin de vous déterminer dans l’unité. »

Il s’agit là de démocratie syndicale, de démocratie ouvrière. Ce ne sont pas de vains mots.

Les syndicats sont-ils légitimes ? Le nombre de syndiqués est trop faible, ce qui est regrettable, mais il faut savoir que la CGT a plus d’adhérents que tous les partis politiques. Ceux-ci sont-ils pour autant illégitimes ?

Notre représentativité et légitimité nous sont données par les votes dans les entreprises, les administrations, partout où les syndicats sont présents. Il en est de même pour les partis politiques où les candidats sont tributaires des voix obtenues.

Tous les commentateurs ne sont pas à une contradiction près quand ils mettent en avant le fait que la CFDT est le premier syndicat de France (23 % des voix), talonné à 1 point par la CGT (qui la devance dans le public), ce qui est souvent omis.

Les syndicats, dits réformistes, ou « coucous », se vantent d’avoir obtenu par la négociation de multiples avancées, ce qui reste à démontrer. Mais a-t-on déjà connu des avancées, des victoires, remportées sans la lutte avec un rapport de force favorable aux travailleurs ? On peut se poser la question de savoir à quoi les réformistes servent ? Et surtout qui servent-ils ?

Angel Rossi, Président de l’Institut Départemental d’Histoire Social CGT du Gers.

URL de cet article 35608
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Déposséder les possédants - La grève générale aux « temps héroïques » du syndicalisme révolutionnaire (1895-1906)
Miguel CHUECA
Textes de Édouard Berth, Henri Girard, Jean Jaurès, Hubert Lagardelle, Paul Louis, Fernand Pelloutier, Émile Pouget, Georges Sorel et Henri Van Kol Réunis & présentés par Miguel Chueca La grève générale exprime, d’une manière infiniment claire, que le temps des révolutions de politiciens est fini. Elle ne sait rien des droits de l’homme, de la justice absolue, des constitutions politiques, des parlements ; elle nie le gouvernement de la bourgeoisie capitaliste. Les partisans de la grève générale (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’athéisme est une négation de Dieu, et par cette négation, il pose l’existence de l’homme.

Karl Marx

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
31 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.