Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

11 

Uberisation

L’actualité française a été marquée par une nouvelle grève des chauffeurs de taxi. La raison est liée à la concurrence des voitures avec chauffeurs, dont une grande partie travaille avec la société Uber.

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas (encore) cette entreprise, rappelons qu’elle est basée en Californie et qu’elle propose de mettre en relation des clients potentiels et des conducteurs de voiture via une application informatique (smartphone, tablette ou même ordinateur).

Nouveau modèle économique

L’affaire est tout sauf anecdotique. Ce n’est pas d’une énième grève qu’il s’agit mais d’une tentative désespérée d’une profession – qui n’est pas exempte de reproches – pour préserver son existence alors qu’elle est menacée par l’émergence d’un nouveau modèle économique. En effet, Uber ne peut exister que parce qu’il propose des services que les taxis habituels ne sont pas capables d’offrir. Un clic sur un téléphone portable et voilà une voiture qui vous attend en bas de chez vous, sans que vous n’ayez rien à payer (le débit est automatique sur votre compte). Nul besoin donc de chercher du liquide à un distributeur bancaire (malgré leurs promesses, nombre de taxis parisiens continuent de refuser la carte bancaire...).

Alourdis par des frais fixes importants mais aussi, comme c’est souvent le cas, par des traites à payer (emprunt pour le véhicule ou pour la licence voire pour la sous-location), les chauffeurs de taxis subissent la concurrence d’une société en croissance bien décidée à gagner des parts de marché et qui, d’une manière ou d’une autre, accepte de casser les prix (tout en prétendant améliorer le service). A cela s’ajoute que la localisation hors de France d’Uber recoupe le même schéma que pour d’autres transnationales, c’est-à-dire que l’Etat français y perd en terme de taxes et d’impôts à prélever.

Ce qui vient d’être sommairement décrit s’appelle désormais « ubérisation ». Cela fait référence à l’irruption d’un nouveau modèle économique, basé sur le numérique, dans une activité que l’on pensait peu capable d’évoluer. Sans Internet, sans la capacité à développer des réseaux fiables (3G, 4G) mais aussi sans un système financier développé (pour assurer les paiements), tout cela n’aurait pas été possible. Il y a encore cinq ans, Uber aurait eu du mal à se développer hors des Etats-Unis et de quelques pays européens. Aujourd’hui, ses services sont disponibles dans les pays du Golfe et il devrait aussi se développer en Afrique subsaharienne.

Acquis sociaux en danger

L’exemple des taxis prouve que toutes les activités classiques sont susceptibles d’être remises en cause par l’« uberisation ». C’est déjà le cas avec l’immobilier ou l’hôtellerie où des prestataires numériques permettent de contourner les agences habituelles, qu’elles soient immobilières ou de voyage. On peut parler de progrès (service plus simple pour les usagers, gain de temps, économies en matière de coût) mais il ne faut pas oublier que l’« uberisation » tue des emplois (de nombreux chauffeurs de taxi risquent tout simplement de faire faillite). Plus grave encore, elle renoue avec une certaine précarisation des travailleurs. On en revient ainsi au travail à la tâche et la remise en cause du salariat. En cela, l’uberisation menace la cohésion sociale et contribue à mettre en danger les acquis sociaux du XXème siècle.

Akram BELKAÏD

»» http://humeursdemarisse.blogspot.fr/2016/02/uberisation.html
URL de cet article 29910
   

LA FIN DU CAPITAL - Pour une société d’émancipation humaine
André Prone
Le capitalisme fait subir aux peuples sa crise mondiale. Mais derrière les terribles épreuves de ses ruses alternatives pour en sortir et malgré l’échec douloureux des pseudo-socialismes laissant place à un entredeux mondes, se construit pas à pas une nouvelle conscience sociale qui apprend, dans la révolte parfois désespérée ou la révolution, à combattre la corruption et les dérives mafieuses d’un système profondément gangrené. Les deux conflits mondiaux au nom de l’Empire et de la Barbarie, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"c’est un cliché de journaliste que de souligner le caractère futile de lancer des pierres contre des tanks. Faux. Il est certain qu’il s’agit là d’un acte symbolique, mais pas futile. Il faut beaucoup de courage pour affronter une monstre d’acier de 60 tonnes avec des pierres ; l’impuissance du lanceur de pierres à arreter le tank ne fait que souligner l’impuissance du tank à faire ce qu’il est censé faire : terroriser la population."

Gabriel Ash

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.