Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Un syndicaliste CGT Construction condamné pour jet de confettis

Le jugement est rendu. Philippe Christmann, syndicaliste CGT-Construction, vient d’être condamné ce vendredi 16 décembre à Paris à une amende de 500 euros et à payer 17 000 euros en tout à la Fédération française patronale du Bâtiment (FPB) au titre du préjudice subi.

A 53 ans, Philippe, un des administrateurs de la CGT Bois et Construction, a toujours contesté les faits reprochés survenus lors d’une manifestation surprise contre la pénibilité organisée devant la Fédération française du bâtiment (FFB). Photographié avec un fusil paintball à la main, Philippe a toujours assuré être en possession de l’objet parce qu’il venait de le "confisquer".

A l’issue de l’audience de novembre dernier, la procureuse avait requis un an d’emprisonnement avec sursis, 4 000 euros d’amende dont la moitié avec sursis, et l’interdiction de se rendre aux abords de la FFB pendant 3 ans. Ce vendredi, la présidente de la 15e chambre du tribunal correctionnel de Paris a "estimé qu’il y a eu des dégradations très amples" mais "à caractère contraventionnel" et non délictuel, s’en tenant à une première amende de 500 euros. Le syndicaliste a comparu accompagné au tribunal par quelque 70 soutiens. Il aura à payer en outre plus de 14500 euros pour le préjudice matériel, 1 000 euros pour le préjudice moral et 1 500 euros de frais de justice. Le parquet et les deux parties ont dix jours pour faire appel. "Le manque de preuve évident a fait qu’on retient une condamnation financière", a immédiatement réagi Serge Pléchot, secrétaire général de la CGT-Construction. Le prévenu a été condamné "pour avoir été présent" à la manifestation et avoir "jeté des confettis et distribué des tracts", a commenté son avocate, Marion Ménage, saluant un jugement "plutôt satisfaisant". Du côté de Claude Vaillant, conseil de la FFB, le tribunal est jugé "plutôt bienveillant" envers le prévenu sur le plan pénal alors qu’il y a eu "effraction, dégradation et le personnel malmené", persiste –t-il à affirmer.

Philippe avait indiqué à la Cour avoir peut-être de la peinture sur les mains, mais "pas de sang". Ce qui n’est pas le cas de tout le monde dans ce secteur professionnel. La manifestation en question visait à dénoncer les dangers des métiers du bâtiment qui font "un mort par jour travaillé", selon la CGT. Le syndicat réclamait ce jour là un départ en retraite anticipé pour les métiers pénibles. Lors du rassemblement de soutien aux ex-Goodyear menacés de prison ferme qui se tenait à Amiens en octobre dernier, le témoignage de Philippe avait largement ému. Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT avait évoqué son cas lors de son allocution. A réécouter ici.

(Avec AFP)

Vendredi 16 décembre, L’Humanité.

»» http://www.humanite.fr/un-syndicaliste-cgt-construction-condamne-pour-...
URL de cet article 31331
   
1914-1918 La Grande Guerre des Classes
Jacques R. PAUWELS
Dans l’Europe de 1914, le droit de vote universel n’existait pas. Partout, la noblesse et les grands industriels se partageaient le pouvoir. Mais cette élite, restreinte, craignait les masses populaires et le spectre d’une révolution. L’Europe devait sortir « purifiée » de la guerre, et « grandie » par l’extension territoriale. Et si la Première Guerre mondiale était avant tout la suite meurtrière de la lutte entre ceux d’en haut et ceux d’en bas initiée dès 1789 ? C’est la thèse magistrale du nouveau (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La convention qui rédigea la Constitution des Etats-Unis était composée de 55 membres. Une majorité d’entre eux étaient des avocats - pas un seul fermier, ouvrier ou paysan. 40 possédaient du Revolutionary Scrip [monnaie émise pour contrer la monnaie coloniale]. 14 étaient des spéculateurs de terrains. 24 étaient des prêteurs. 11 étaient des marchands. 15 possédaient des esclaves. Ils ont crée une Constitution qui protège les droits de propriété, pas les droits de l’homme.

Senateur Richard Pettigrew - "Plutocratie Triomphante" (1922)


Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
115 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.