RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

USA - La crise immobilière fait planer la menace d’une récession, Pierre-Yves Dugua.








Le Figaro, le 1er novembre 2007.


Les économistes redoutent une contagion à l’économie réelle via la consommation, l’an prochain.


Le pic de la crise immobilière est sans doute encore devant nous. Le malaise, vieux de deux ans, a certes déjà fait baisser les prix des logements, il a provoqué un doublement du nombre des saisies et fait plonger les mises en chantier à leur plus bas niveau depuis 1993. Il a aussi coûté environ un point de croissance à l’Amérique cette année. Pour autant, sa contagion au reste de l’économie a été jusqu’à présent limitée. Pour combien de temps ?

Les maigres 2 % de croissance attendus aux États-Unis pour 2008 sont-ils crédibles ? Première source d’inquiétude, la récession du marché immobilier résidentiel empire. La chute persistante des demandes de permis de construire garantit même un prolongement du marasme en 2008. L’indicateur le plus inquiétant est la montée des invendus. Le stock de maisons anciennes est désormais équivalent à plus de dix mois de transactions. Ce record est battu tous les mois. Quant aux prix, l’indice des dix plus grandes villes a chuté de 5 % sur un an en août, son plus fort recul depuis la précédente récession immobilière de 1991. Pour ne rien arranger, voilà que l’immobilier commercial donne à son tour des signes de faiblesse. Sa bonne tenue jusqu’à présent avait limité les pertes d’emplois dans le secteur de la construction. Or, selon la société McGraw-Hill Construction, les investissements nouveaux en matière industrielle et commerciale (bureaux, hangars, hôtels) vont reculer de 7 % l’an prochain, après avoir grimpé de 11 % cette année.


Prudence soudaine des prêteurs

A cela s’ajoute l’impact du durcissement des conditions exigées par les banques depuis la crise des obligations à haut risque. Les établissements prêteurs refusent de plus en plus de financer au-delà de 90 % du prix d’achat d’un bien immobilier, ce qui n’était pas le cas il y a encore quelques mois. La soudaine prudence des prêteurs exclut du marché beaucoup d’emprunteurs, et pas simplement des foyers insolvables comme à l’âge d’or du subprime.

Les économistes redoutent maintenant une déprime des consommateurs - leur confiance est à son plus bas niveau depuis deux ans - et un recul de leurs dépenses. Un scénario noir dans un pays où la consommation représente 70 % de la richesse nationale. Le risque est réel puisque les plus-values immobilières latentes ont longtemps servi de gages à des prêts à la consommation. Alan Greenspan expliquait mi-septembre que « les variations de valeur du patrimoine immobilier se répercutent deux fois plus sur la consommation que les variations de portefeuille boursier ». Or la banque Goldman Sachs, pour ne citer qu’elle, prévoit une chute moyenne des prix immobiliers de 15 %, ce qui correspondrait à une dépréciation de plus de 3 000 milliards de dollars du parc résidentiel. L’impact sur la consommation s’annonce en tout cas significatif. « Par rapport aux 3,3 % de croissance des trois dernières années, la hausse des dépenses de consommation va être réduite de moitié au cours des six prochains trimestres », estime par exemple la National Association of Manufacturers (NAM). Face à ce danger, la Réserve fédérale dispose de moyens limités. Sa double baisse de taux directeurs de la mi-septembre ne s’est pas répercutée sur les taux d’intérêts à long terme. Elle n’a pas non plus éliminé les dysfonctionnements du marché obligataire, qui handicapent le financement des entreprises par le biais du papier commercial. Enfin, elle n’a pas calmé les tensions inflationnistes alors que l’envolée des cours des matières premières, notamment, retarde la désinflation attendue par la Fed.

Dans ce contexte, les exportations constituent « la » bonne nouvelle. Dopées par la chute du dollar depuis un an, elles ont augmenté quatre fois plus vite que les importations. L’Amérique en a retiré environ un point de croissance cette année, ce qui a compensé le handicap immobilier. Pourvu que ça dure.

Pierre-Yves Dugua, correspondant à Washington.



- Source : Le Figaro www.lefigaro.fr





A LIRE : Note sur l’éclatement de la bulle immobilière américaine, par Isaac Johsua.



L’Amérique droguée au crédit, Dominique Nora.


L’Amérique pauvre des super riches, Marco D’ Eramo.



Immobilier : Bulle, Krach, Boum !




URL de cet article 5640
  

Éric Laurent. Le scandale des délocalisations.
Bernard GENSANE
Ce livre remarquable est bien la preuve que, pour l’hyperbourgeoisie, la crise n’est pas le problème, c’est la solution. Éric Laurent n’appartient pas à la gauche. Il est parfois complaisant (voir ses livres sur Hassan II ou Konan Bédié). Mais dans le métier, on dit de lui qu’il est un " journaliste d’investigation " , c’est-à -dire … un journaliste. Un vrai. Sa dénonciation des délocalisations, par les patronats étatsunien et français en particulier, est puissamment documentée et offre une (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je crois vraiment que là où il y a le choix entre la couardise et la violence, je conseillerais la violence.

MAHATMA GANDHI

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.