RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Valery Giscard d’Estaing : petits arrangements entre amis...

L’ancien président de la République est-il simplement un indécrottable réactionnaire ? Celui qui avait déjà lutté contre la construction du centre Georges Pompidou en 1974, a de nouveau fait parler son conservatisme en bloquant le projet de réhabilitation de l’Hôtel de la Marine. Sauf que derrière les principes se cachent un certain nombre de conflits d’intérêts autour de VGE et de la Marine nationale.

L’Hôtel de la Marine héberge l’administration de la Marine nationale depuis la Révolution. Cette situation ne durera pas puisque Nicolas Sarkozy a lancé le projet d’un "pentagone à la française", un centre unifié des armées situé à Balard, dans le 15e arrondissement parisien, et qui devrait être prêt en 2014.

Lorsque Nicolas Sarkozy a annoncé qu’il allait lancer un appel à projet pour dessiner le destin de l’Hôtel de la Marine, les militaires de la Marine nationale et un certain nombre d’intellectuels ont lancé un mouvement (suivi d’une pétition) pour faire barrage à toute gestion privée de ce monument.

Dans un contexte de popularité faible, à un an des élections présidentielles, Nicolas Sarkozy n’a pas souhaité faire de vagues et a décidé de former une commission pour évoquer l’avenir du célèbre monument... une commission rapidement surnommée "commission de fossoyeurs" par les médias. Et étrangement, c’est Valéry Giscard d’Estaing, très attaché à la Marine nationale, qui a été nommé président de cette commission.

Parallèlement, en mars dernier, le Canard enchaîné sortait un article dénonçant le train de vie de Valéry Giscard d’Estaing. Selon le journal, du personnel était « gracieusement mis à disposition » de l’ancien président et « corvéable à merci ». Le tout aux frais de la Marine nationale...

Pire, le comportement esclavagiste de Giscard envers ses employés aurait provoqué une mini crise étouffée par la Marine de manière incroyable.Voici l’extrait de l’article qui explique cet épisode :

"Ils ont fini par craquer. Et ils ont osé protester, par la voie hiérarchique, auprès de l’état-major de la Marine, dénonçant des conditions de travail d’un autre âge. [...] Aujourd’hui, ils sont donc quatre marins mis à la disposition de l’État sur le budget des armées. En période de réduction d’effectifs, cela agace".

Au lieu de priver Giscard d’un privilège d’une autre époque suite à des comportements odieux, la Marine nationale a donc doublé les effectifs présents chez lui !

Au regard de cette anecdote, on comprend mieux pourquoi l’ancien président ne peut rien refuser à une institution si compréhensive envers ses "besoins".

En effet, beaucoup de voix se lèvent contre les conflits d’intérêts autour d’un Giscard chargé de prendre une décision importante aux yeux de l’organisme qui paye ses factures... Ainsi, ce sont les marins qui recevaient (en grande pompe) les réunions de la commission dans leurs locaux ! Comme si le juge logeait chez les parents de l’accusé lors d’un procès d’assises...

Enfin, le propre directeur de cabinet de Giscard, Olivier Revol, est lui-même commissaire de la marine. Comme si le juge était le cousin de l’accusé lors d’un procès d’assises...

D’ailleurs, sans discrétion aucune, l’association des Amis de l’Hôtel de la Marine faisait part, lors de la nomination de Giscard à la tête de la commission de son "immense satisfaction et de son grand espoir". [...] "En choisissant Valéry Giscard d’Estaing, il est évident que c’est pour permettre que cette maison soit conservée dans le giron de l’Etat" expliqué ainsi sans complexe Olivier de Rohan Chabot, président de cette association. Il faut être courageux pour avouer aussi clairement l’asservissement de Giscard envers la Marine nationale...

Les observateurs ont donc été surpris (choqués) par la manière dont le dossier a été traité. Et comme par hasard, les conclusions de la commission publiées hier dans de curieuses conditions (un bloggeur très proche de la marine et farouchement opposé à tout projet pour l’Hôtel de la Marine a d’abord annoncé les résultats de la commission avant qu’ils ne sortent officiellement...) correspondent exactement aux positions de la Marine nationale sur ces sujets. De quoi se poser des questions...

Le coup était-il prémédité ? Giscard s’est-il arrangé pour être en charge du dossier et pouvoir ainsi "renvoyer l’ascenseur" à ses amis marins ? Nul ne le sait. Ce qui est sûr c’est qu’une fois à la tête de la commission, et après les multiples services qu’a rendu (et que rend d’ailleurs toujours) la Marine nationale à l’ancien président, il va de soit que ce dernier n’avait pas d’autre choix que de rejeter tout projet de reconversion du monument.

URL de cet article 13612
  

Même Thème
Les caisses noires du patronat
Gérard FILOCHE
A quoi servent les 600 millions d’euros des caisses noires du patronat, et où vont les 2 millions d’euros distribués chaque année en liquide par l’UIMM et le Medef ? Gérard Filoche dénonce ce scandale du siècle au coeur du patronat français. Il soulève toutes les questions posées par ce trafic d’argent liquide qui circule depuis si longtemps au Medef et montre comment le patronat se servait de cette caisse anti-grève pour briser la fameuse concurrence libre et non faussée. Denis Gautier-Sauvagnac, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si vous vous trouvez nuls, souvenez-vous qu’il a fallu 20 ans, des milliers de milliards de dollars et 4 présidents US pour remplacer les Talibans par des Talibans

Norman Finkelstein

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.