Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


La main d’oeuvre qui va un jour vous étrangler

A Bucarest cette année il n’y a eu aucune grande manifestation pour célébrer le jour des travailleurs comme c’est habituel ces dernières années, sauf celle du Parti Social Démocrate pour des raisons purement électoraliste et sans aucune intention de défendre les travailleurs (ce serait la même chose que si le PSOE sortait célébrer le jour des travailleurs tandis qu’il applique les coupes sociales les plus brutales contre les droits des travailleurs depuis le franquisme). Cependant ont eu lieu certaines actions inédites, comme celle d’un manifeste qui rempli les murs du centre de la ville.

Le Manifeste "Main d’oeuvre" (on pourrait dire aussi "force de travail") est une critique directe et radicale du capitalisme, de la démocratie oligarchique qui pille le richesse et le travail du peuple pour remplir ses poches et obtenir plus de bénéfices pour ses entreprises tandis qu’ils supprime les droits des travailleurs, réduise la qualité de l’enseignement, élimine les hôpitaux et et le font en plus en accusant le peuple d’être coupable de la situation.
Malheureusement ce n’est pas un appel à l’organisation des travailleurs pour passer à la contre-offensive de classe, mais au moins il dit les choses clairement et termine par un appel à la lutte. On ne sait pas qui est ou qui sont les organisateurs ou organisations qui ont effectué cette action bien que sur l’affiche on voit quelques références au passé comme la moitié du symbole communiste, la marteau sans la faucille, des rayons de soleil comme celui des armoiries de la République Socialiste ou la forme d’écrire "mâna" (avant le coup d’état de décembre 89 le â s’écrivait î, c’était un phonème provenant du slave dont on a tenter d’effacer la grande influence depuis la restauration capitaliste avec pour objectif de revendiquer le caractère latin de la langue roumaine).

Il est certain que la majorité des travailleurs roumains, atomisés et désorganisés par les médias de propagande du capitalisme, n’ont en général pas fait cas de l’action. Probablement qu’il étaient plus préoccupé par le résultat des 11 minet de merde qui anime le terrain de foot, par les ennuyeux et chers actes de la noce des parasites royaux anglais ou par la béatification de l’ex directeur exécutifs de Vatican S.A. le pape Wojtyla.

Même ainsi la seule imagination de la main d’oeuvre (force de travail) des producteurs étranglant le capitalisme et des pantins ne peut rien de plus que donner courage pour que, malgré l’inaction généralisée, un autre monde meilleur et plus juste, égalitaire, l’exploitation de quelques parasites sur le force de travail de la majorité éradiquée, soit possible un jour.

Le Manifeste qui couvrit les murs de Bucarest dit ceci :

Nous sommes quelques individus encore pauvres, bons
qui sourirent humble quand on vint et qu’on nous accusa
du fait que nous ne travaillons pas
que nous buvons
que nous avons trop d’enfants
et recevons beaucoup d’aide sociale
que nous sommes des gitans, des putes ou seulement des pauvres
que nous perdons notre temps en allant à des hôpitaux dont nous n’avons pas besoin
que nous n’avons pas besoin de collège dans les village
que ne ne nécessitons pas de retraites, ni de vacances
que nous n’épargnons pas
que nous ne lisons pas les 300 pages avec lesquelles
nous trompes les banquiers qui sont vos complices
que nous ne comprenons pas comment fonctionne le capitalisme
que nous ne comprenons pas des choses élémentaires comme par exemple :
que le gouvernement fasse alliance avec l’opposition, avec les multinationales
avec tous ceux qui ont de l’argent et se mettent d’accord entre eux
que le pays a une grande richesse qui se nomme : Main d’oeuvre
Et le peuple-main d’oeuvre n’est pas bien si :
Il est éduqué
A des droits
N’est pas soumis
Vous faites du négoce avec nos vies
Un jour la main d’oeuvre va vous étrangler.

Voir les photos des tracts dans Bucarest : Un Vallekano en Romania

URL de cet article 13614
   
Maurice Tournier. Les mots de mai 68.
Bernard GENSANE
« Les révolutionnaires de Mai ont pris la parole comme on a pris la Bastille en 1789 » (Michel de Certeau). A la base, la génération de mai 68 est peut-être la première génération qui, en masse, a pris conscience du pouvoir des mots, a senti que les mots n’étaient jamais neutres, qu’ils n’avaient pas forcément le même sens selon l’endroit géographique, social ou métaphorique où ils étaient prononcés, que nommer c’était tenir le monde dans sa main. Une chanson d’amour des Beatles, en fin de compte très (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le journalisme véritablement objectif non seulement rapporte correctement les faits, mais en tire leur véritable signification. Il résiste à l’épreuve du temps. Il est validé non seulement par des "sources sûres", mais aussi par le déroulement de l’Histoire. C’est un journalisme qui, dix, vingt ou cinquante ans après les faits, tient encore la route et donne un compte-rendu honnête et intelligent des évènements.

T.D. Allman (dans un hommage à Wilfred Burchett)


CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.