Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


La main d’oeuvre qui va un jour vous étrangler

A Bucarest cette année il n’y a eu aucune grande manifestation pour célébrer le jour des travailleurs comme c’est habituel ces dernières années, sauf celle du Parti Social Démocrate pour des raisons purement électoraliste et sans aucune intention de défendre les travailleurs (ce serait la même chose que si le PSOE sortait célébrer le jour des travailleurs tandis qu’il applique les coupes sociales les plus brutales contre les droits des travailleurs depuis le franquisme). Cependant ont eu lieu certaines actions inédites, comme celle d’un manifeste qui rempli les murs du centre de la ville.

Le Manifeste "Main d’oeuvre" (on pourrait dire aussi "force de travail") est une critique directe et radicale du capitalisme, de la démocratie oligarchique qui pille le richesse et le travail du peuple pour remplir ses poches et obtenir plus de bénéfices pour ses entreprises tandis qu’ils supprime les droits des travailleurs, réduise la qualité de l’enseignement, élimine les hôpitaux et et le font en plus en accusant le peuple d’être coupable de la situation.
Malheureusement ce n’est pas un appel à l’organisation des travailleurs pour passer à la contre-offensive de classe, mais au moins il dit les choses clairement et termine par un appel à la lutte. On ne sait pas qui est ou qui sont les organisateurs ou organisations qui ont effectué cette action bien que sur l’affiche on voit quelques références au passé comme la moitié du symbole communiste, la marteau sans la faucille, des rayons de soleil comme celui des armoiries de la République Socialiste ou la forme d’écrire "mâna" (avant le coup d’état de décembre 89 le â s’écrivait î, c’était un phonème provenant du slave dont on a tenter d’effacer la grande influence depuis la restauration capitaliste avec pour objectif de revendiquer le caractère latin de la langue roumaine).

Il est certain que la majorité des travailleurs roumains, atomisés et désorganisés par les médias de propagande du capitalisme, n’ont en général pas fait cas de l’action. Probablement qu’il étaient plus préoccupé par le résultat des 11 minet de merde qui anime le terrain de foot, par les ennuyeux et chers actes de la noce des parasites royaux anglais ou par la béatification de l’ex directeur exécutifs de Vatican S.A. le pape Wojtyla.

Même ainsi la seule imagination de la main d’oeuvre (force de travail) des producteurs étranglant le capitalisme et des pantins ne peut rien de plus que donner courage pour que, malgré l’inaction généralisée, un autre monde meilleur et plus juste, égalitaire, l’exploitation de quelques parasites sur le force de travail de la majorité éradiquée, soit possible un jour.

Le Manifeste qui couvrit les murs de Bucarest dit ceci :

Nous sommes quelques individus encore pauvres, bons
qui sourirent humble quand on vint et qu’on nous accusa
du fait que nous ne travaillons pas
que nous buvons
que nous avons trop d’enfants
et recevons beaucoup d’aide sociale
que nous sommes des gitans, des putes ou seulement des pauvres
que nous perdons notre temps en allant à des hôpitaux dont nous n’avons pas besoin
que nous n’avons pas besoin de collège dans les village
que ne ne nécessitons pas de retraites, ni de vacances
que nous n’épargnons pas
que nous ne lisons pas les 300 pages avec lesquelles
nous trompes les banquiers qui sont vos complices
que nous ne comprenons pas comment fonctionne le capitalisme
que nous ne comprenons pas des choses élémentaires comme par exemple :
que le gouvernement fasse alliance avec l’opposition, avec les multinationales
avec tous ceux qui ont de l’argent et se mettent d’accord entre eux
que le pays a une grande richesse qui se nomme : Main d’oeuvre
Et le peuple-main d’oeuvre n’est pas bien si :
Il est éduqué
A des droits
N’est pas soumis
Vous faites du négoce avec nos vies
Un jour la main d’oeuvre va vous étrangler.

Voir les photos des tracts dans Bucarest : Un Vallekano en Romania

URL de cet article 13614
   

Le « populisme du FN » un dangereux contresens, d’Annie Collovald et Guerre aux chômeurs ou guerre au chômage, d’Emmanuel Pierru
DIVERS
Récemment apparues, les éditions du Croquant, issues d’une dissidence des héritiers de Pierre Bourdieu, publient des ouvrages riches, au coeur des problèmes sociaux actuels et offrant un regard juste et pertinent. Deux d’entre eux ont particulièrement retenu notre attention : Le « populisme du FN » un dangereux contresens A travers cet ouvrage, Annie Collovald a voulu déconstruire et remettre en cause le terme de « populisme » qui sert aujourd’hui d’explication au succès électoral du Front national. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il n’y a pas de moyen plus violent de coercition des employeurs et des gouvernements contre les salariés que le chômage. Aucune répression physique, aucune troupe qui matraque, qui lance des grenades lacrymogènes ou ce que vous voulez. Rien n’est aussi puissant comme moyen contre la volonté tout simplement d’affirmer une dignité, d’affirmer la possibilité d’être considéré comme un être humain. C’est ça la réalité des choses.

Henri Krazucki
ancien secrétaire général de la CGT
Extrait sonore du documentaire de Gilles Balbastre "Le chômage a une histoire",

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.