RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Roumanie

Lola Lafon. La petite communiste qui ne souriait jamais

Bernard GENSANE

Auteur de plusieurs romans où, entre autres choses, elle dénonçait le capitalisme (Une fièvre impossible à dénoncer, Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce), Lola Lafon – qui a grandi en Roumanie – explore, dans cette très belle biographie fictive de Nadia Comaneci, la manipulation d’une sportive par le système communiste, mais également par le monde du marché.

Une petite remarque sur le titre de ce livre, pour ne plus y revenir : Nadia Comaneci, la plus grande gymnaste de tous les temps, souriait, même en plein effort. Pour ceux qui, comme moi, ont eu la joie ineffable de voir en direct cette petite gamine inventer une gymnastique jusqu’alors impensée, tout a commencé par cette image incroyable d’un ordinateur devenu fou parce qu’attribuant à la perfection d’Onesti la note de 1,00 (au lieu de 10,0) une note non encore paramétrée . En effet, si aux Jeux Olympiques de 1976, Nadia avait été jugée selon le barème des autres candidates au titre, elle aurait dû obtenir 12/10, ce qui n’était techniquement pas possible pour la machine et inconcevable pour ses juges. Jamais on n’avait vu associées une telle grâce et une telle puissance chez une enfant de moins de 15 ans. Le sport de haut niveau est une folie obsessionnelle, mais aussi une souffrance. La gymnastique, tout particulièrement. Citons ce moment douloureux, cette petite horreur du quotidien : « On (...) Lire la suite »

L’île reste une terre de solidarité et de compréhension

G. D. S.

Le discours anti-immigré ne prend pas chez les habitants de l’île italienne, désormais habitués aux drames quotidiens.

Envoyé spécial . Un Syrien entre chez le coiffeur. La tondeuse ne marche plus. Le coiffeur l’envoie chez un confrère. On se parle avec les mains, l’un en arabe, l’autre en italien. À Lampedusa, on ne peut pas toujours se comprendre, mais on regarde au quotidien les migrants « en face », selon l’expression de la maire (voir ci-contre). Le discours anti-immigré ne prend pas. Les migrants sont omniprésents dans les rues. Ils sont pourtant censés rester dans un « centre ouvert » dont ils ne peuvent sortir par la porte principale. Ils sortent par les grillages latéraux, troués. Les militants jouent leur rôle. Ainsi, l’association Askavusa travaille à un musée de l’immigration. « Nous avons collecté huit cents objets, trouvés sur les bateaux », raconte Giacomo Sferlazzo. Des lettres et photos sont en train d’être restaurées par la Bibliothèque de Sicile. Ces derniers jours, l’association organise l’accueil des familles de victimes chez l’habitant. L’association est aussi très politique, dénonce les lois de (...) Lire la suite »
La Roumanie et le scandale de la jument folle.

De l’âne Burger à l’Anémie Internationale Equine

Luçon Gérard

Voici donc le troisième épisode de la saga bovino-équine, commencée avec Harinordoquy puis continuée avec Bresciani.

Si nous avons pu identifier les destinataires, il nous restait à bien mesurer la méthode au plan local, et c’est ainsi que deux journalistes de France 2, Tristan et Antoine, tels Don Quichotte et Sancho Pansa décidèrent, un beau jour de février, de venir chasser en Roumanie les moulins à viande.

Pour bien comprendre le problème, ils se sont donc rendus aux fins fonds de la Transylvanie, dans un village improbable nommé NemÅŸa, pour y rencontrer les aborigènes et connaître de leurs us et coutumes. C'est ainsi qu'ils eurent confirmation de la méthode employée pour dépister les chevaux malades. Un beau jour de l'été 2008 des vétérinaires sont venus de la ville. Pour eux c'était Sibiu, mais l'opération était nationale et se déroulait simultanément dans la plupart des départements de Roumanie. Ils sont entrés chez l'un des villageois, appelons-le « Rica », et ont constaté qu'il avait deux chevaux pour une seule charrette, soit un de bonus. Dans un premier temps, ils ont découvert que l'un de ces chevaux, le plus grand et le plus beau, n'avait pas sa puce électronique et que donc on ne pouvait pas vérifier la concordance avec les mentions sur le passeport du dit cheval. Ils décident de saisir l'animal mais voilà que c'est Rica qui rue, tempête, et finit par mettre à la porte cette docte assemblée de (...) Lire la suite »

La revue Urzica : humour et lutte de classe durant les premières années du socialisme roumain

Jose Luis Forneo
Urzica (ortie en français) fut une revue graphique d'humour et de critique politique apparue en Roumanie en 1948 sous la direction d'Aurel Baranga, poète communiste. La revue parue bimensuellement durant la période 1949-1975 avec l'objectif d'illustrer la lutte des classes et mensuellement depuis 1975. Comme la plante du même nom, la revue Urzica avait deux fonctions : la première illustrer au moyen de dessins et d'humour la lutte du peuple roumain pour la construction du socialisme et les constantes agression de la classe capitaliste contre les travailleurs et des pays impérialistes contres les peuples ; la seconde d'alimenter la classe ouvrière avec l'exercice de l'humour et de la critique politique (parce que l'ortie en Roumanie est fameuse pour son utilisation dans de délicieuses soupes de printemps). Voyons quelques exemples de l'humour et de la lutte de classe menée par la revue Urzica durant les premier temps de la République Populaire Roumaine. Dans le numéro que nous allons (...) Lire la suite »

Roumanie : Début de contestation sociale sur fond de malaise populaire

Philippe ALCOY
Le 12 janvier ont débuté en Roumanie les premières manifestations de l'année contre le gouvernement et « l'austérité ». L'élément déclencheur, ou plutôt la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, a été la réforme (et la privatisation à terme) du système de santé. Opposé au président roumain, Traian Basescu, le sous-secrétaire d'État au ministère de la Santé, Raed Arafat, a démissionné. Il s'opposait en effet publiquement à la privatisation du SMURD, le service des urgences médicales (l'équivalent du SAMU en France), que la nouvelle loi rendait possible. Deux jours plus tard, ce sont des centaines de manifestants qui sont descendus dans les rues du pays pour manifester leur solidarité avec Arafat. Le lendemain, le gouvernement retirait le projet de loi, sans pour autant réussir à faire cesser les manifestations. En effet, derrière « le soutien à Raed Arafat » se cachait le mécontentement contre le gouvernement, en particulier contre le président Basescu, et toute sa politique d'ajustements, dictée par l'Union (...) Lire la suite »

La main d’oeuvre qui va un jour vous étrangler

Jose Luis FORNEO
A Bucarest cette année il n'y a eu aucune grande manifestation pour célébrer le jour des travailleurs comme c'est habituel ces dernières années, sauf celle du Parti Social Démocrate pour des raisons purement électoraliste et sans aucune intention de défendre les travailleurs (ce serait la même chose que si le PSOE sortait célébrer le jour des travailleurs tandis qu'il applique les coupes sociales les plus brutales contre les droits des travailleurs depuis le franquisme). Cependant ont eu lieu certaines actions inédites, comme celle d'un manifeste qui rempli les murs du centre de la ville. Le Manifeste "Main d'oeuvre" (on pourrait dire aussi "force de travail") est une critique directe et radicale du capitalisme, de la démocratie oligarchique qui pille le richesse et le travail du peuple pour remplir ses poches et obtenir plus de bénéfices pour ses entreprises tandis qu'ils supprime les droits des travailleurs, réduise la qualité de l'enseignement, élimine les hôpitaux et et le font en plus en (...) Lire la suite »

L’évolution du nombre de salariés et de retraités depuis 1990 : un panorama du désastre capitaliste en Roumanie

Jose Luis FORNEO
Selon des données de l'Institut d'Investigation de la Qualité de Vie de l'Académie Roumaine (ICCV) en 1989 il existait 8 millions de salariés en Roumanie et 2,8 millions de retraités. Depuis le coup d'état de décembre 1989 la situation a beaucoup changé, jusqu'à la situation de 2010 où les salarié était 4,3 millions (en 2011 il est encore plus bas à 4,095 millions) et les retraités 5,7 millions. Pourquoi cela est il arrivé ? Sur le graphique suivant on peut voir l'évolution des deux groupes, la drastique diminution des travailleurs et l'énorme augmentation des retraités. En vert, salariés, en bleu, retraités La première courbe représente le nombre de salariés, c'est une illustration de ce qu'a réellement impliqué l'instauration d'un régime capitaliste en Roumanie. Nous voyons que de 1990 jusqu'à 2004 la destruction de l'emploi est brutale, arrivant à un nombre de salariés de 4,5 millions. Il a ensuite augmenté légèrement jusqu'à 5 millions en 2008 pour recommencer alors une descente jusqu'à venir aux 4,3 (...) Lire la suite »

57% des adolescents roumains pensent qu’on vit aujourd’hui pire que durant le Socialisme

Jose Luis FORNEO
Plus de la moitié des adolescents roumains, nées après le coups d'état capitaliste de décembre 1989 pensent aujourd'hui qu'on vit aujourd'hui pire que durant le Socialisme selon une étude de la Fondation Soros sur "l'implication civique et politique des adolescents" et que parmi d'autres points d'intérêt figure l'enseignement de l'histoire du Socialisme roumains dans l'éducation actuelle. Selon les résultats de l'enquête, 57% des jeunes roumains déclarent que la situation est aujourd'hui, sans aucun doute, bien pire que durant la période communiste, tandis que la moitié pensent la même chose pour le système éducatif. Au sujet du système de santé publique 38% des adolescents pensent qu'il était meilleur avant 1990 tandis que 33% pense qu'il était pire. Le principal motif de mécontentement des adolescents est la corruption politique et économique, le manque d'application de la loi, à ce sujet 72% de ceux qui se déclarent mécontent de la situation actuelle pensent que les résultats du Socialisme furent (...) Lire la suite »

Dans la Roumanie capitaliste 41% des foyers n’ont pas de salle de bain

Jose Luis FORNEO
Dans la Roumanie socialiste furent construits 160 000 logements par an, incluant tout le confort moderne. Si ce rythme avait été suivit depuis 1990 aujourd'hui en Roumanie il ne resterait pratiquement aucun logements sans sanitaires basiques (bain, douche, lavabo) mais la réalité est que c'est le pays qui après 20 ans de pillage capitaliste a la plus grande proportion de foyers insalubres : 41%, face aux 18,2% du second de la liste la Lettonie. Pourcentage de foyers sans sanitaires dans l'Union Européenne Selon le dernier rapport d'Eurostat la Roumanie est très loin de la moyenne de niveau de vie de l'UE, bien en dessous des pays alentours comme la Lettonie, la Lituanie ou la Bulgarie. Par exemple 41,2% des roumains n'ont pas de salle de bain, pourcentage qui est de 4,1% en Hongrie, 5,6% en Pologne et de 0,5% en Tchéquie, la moyenne de l'UE étant de 3,1% Pour ce qui est de la surpopulation des logements la Roumanie est seconde avec 55,3% tandis que la Lettonie est première avec 57,7% (...) Lire la suite »

Roumanie : Le Nombre de salariés est aujourd’hui la moitié de celui de 1990

Jose Luis FORNEO
Le nombre de salariés, c'est à dire, de roumains avec un contrat de travail légal, est aujourd'hui en Roumanie de 4,095 millions selon des données du Ministère du Travail de la fin du mois de janvier précédent. C'est le plus petit des 50 dernières années. En janvier 2010 il y avait 4,33 millions de travailleurs avec un contrat tandis qu'en janvier 2008 le chiffre était de 4,76 millions. En 1990 depuis le coup d'état qui a débuté la destruction de la quasi totalité de la capacité productive roumaine, il y avait 8,1 millions de salariés, c'est à dire le double d'aujourd'hui, ce qui suppose que 4 millions de roumains ont fuit le pays pour pouvoir survivre (le nombre d'émigrants est autour de 3 millions) ou sont au chômage (500 000 soit un indice de chômage de 6,58%), ou travaillent sans contrat ou tout simplement ne travaillent pas. La population active roumaine actuelle est, selon les statistiques, de 9 millions de personnes mais seulement un peu plus de 4 millions ont un contrat de travail. la (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10