Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’île reste une terre de solidarité et de compréhension

Le discours anti-immigré ne prend pas chez les habitants de l’île italienne, désormais habitués aux drames quotidiens.

Envoyé spécial . Un Syrien entre chez le coiffeur. La tondeuse ne marche plus. Le coiffeur l’envoie chez un confrère. On se parle avec les mains, l’un en arabe, l’autre en italien. À Lampedusa, on ne peut pas toujours se comprendre, mais on regarde au quotidien les migrants « en face », selon l’expression de la maire (voir ci-contre). Le discours anti-immigré ne prend pas.

Les migrants sont omniprésents dans les rues. Ils sont pourtant censés rester dans un «  centre ouvert  » dont ils ne peuvent sortir par la porte principale. Ils sortent par les grillages latéraux, troués. Les militants jouent leur rôle. Ainsi, l’association Askavusa travaille à un musée de l’immigration. «  Nous avons collecté huit cents objets, trouvés sur les bateaux  », raconte Giacomo Sferlazzo. Des lettres et photos sont en train d’être restaurées par la Bibliothèque de Sicile. Ces derniers jours, l’association organise l’accueil des familles de victimes chez l’habitant. L’association est aussi très politique, dénonce les lois de l’Europe forteresse. Pour Sferlazzo, «  Lampedusa sert de justification à une militarisation de l’espace méditerranéen  ».

Une habitante raconte certains épisodes de solidarité. Il y a deux ans, «  on était plusieurs à aller chercher l’argent envoyé par leurs familles aux migrants par mandat, plusieurs fois par jour. Les migrants recevaient leurs appels sur nos téléphones, se souvient-elle. Nous pourrions être inquiétés pour favoriser l’immigration illégale. Les lois répressives servent à éviter cette solidarité  ».

En fait, explique-t-elle, «  à Lampedusa, la question des migrants évite qu’on parle des vrais problèmes de l’île  ». La santé tout d’abord. Dans cette île de 6 000 habitants, «  pour les maladies graves, tels les cancers, il faut se rendre en Sicile pour les chimiothérapies. Cela signifie prendre l’avion, payer l’hôtel, souvent à ses propres frais  », regrette Franca Parrizi, adjointe municipale à la santé. Il en est de même pour accoucher. Seuls les enfants de migrantes naissent sur l’île, les enfants d’Italiennes naissent ailleurs en Italie. Deuxième problème : le transport. «  Ce matin, le bateau qui fait la liaison entre la Sicile et Lampedusa n’est pas arrivé, nous expliquait mercredi Ezio Billeci, adjoint à la pêche. On a deux jours de poisson dans notre bateau. Il ne peut pas partir.  » En sus de transporter les passagers, le ferry obsolète quotidien transporte l’essence, le poisson, les poubelles, et les odeurs qui les accompagnent.

Lundi soir, sur le port, outre les migrants, une soixantaine d’habitants étaient venus saluer les dépouilles une dernière fois, quand elles étaient chargées sur le navire devant les transporter en Sicile. Natalia, une Roumaine au service d’une personne âgée, fait partie des quelques étrangers de l’île. Les clandestins ne restent pas. «  C’est terrible : regardez cet enfant. En Roumanie, mon fils gagne 150 euros. C’est pour ça que, nous, les Roumains nous partons. Eux, c’est pareil. Ils fuient. Ils croient se trouver en Europe, ils sont à Lampedusa.  » Sur son scooter, Mimmo, 
vingt-quatre ans, est venu avec sa fiancée. Son père, pêcheur, fait partie de ceux qui ont sauvé les immigrés, le 3 octobre. «  Ce qu’on voit ce soir : c’est les hommes politiques dans leur splendeur. La loi Bossi-Fini, qui fait de la clandestinité un délit, n’est pas une loi. C’est un homicide.  » Les deux tourtereaux repartent, affectés.

G. D. S. le 18 Octobre 2013.

»» L’Humanite.fr
URL de cet article 22998
   
L’écologie réelle
Guillaume SUING
Des premières aires naturelles protégées (zapovedniki) en 1918 jusqu’au plus grand plan d’agroforesterie au monde en 1948, avant que Nikita Khrouchtchev ne s’aligne sur le modèle intensif américain dans les années soixante, c’est toute une écologie soviétique qui fut jadis raillée par les premiers zélateurs occidentaux de l’agriculture « chimique ». Cette « préhistoire dogmatique », pourtant riche d’enseignements pour l’époque actuelle, est aujourd’hui totalement passée sous silence, y compris dans le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le gant de velours du marché ne marchera jamais sans une main de fer derrière - McDonald ne peut prospérer sans McDonnell Douglas, le fabricant (de l’avion de guerre) F15.

Thomas L. Friedman "A Manifesto for a fast World"
New York Times Magazine, 28 Mars, 1999


Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.