RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les terroristes de Miami sont des "activistes" qui reçoivent des fonds d’un nazi "dissident"

Une vidéo de Cubainformación :

Terroristas de Miami son "activistas" y quien recibe fondos de un nazi, "disidente"

Le terme terroriste est un substantif très répété dans les grands médias internationaux et est appliqué en général à ceux qui emploient la violence en dehors de l’état pour poursuivre une fin politique. Mais pour les grandes entreprises informatives avoir confessé publiquement l’explosion d’un avion en pleine vol avec 73 victimes, n’est pas suffisant pour appliquer à ses auteurs la catégorie de terroristes (1). C’est le cas des citoyens d’origine cubaine Luis Posada Carriles et du récemment décédé Orlando Bosch dont les grands médias, quasi sans exception, préfèrent dénommé comme "miliciens" (2), "opposants" (3), "exilés" (4), "militants ou activistes anticastristes" (5) (6) ou même "dissidents" (7).

Dans les médias de Miami ces euphémismes passent directement à une apologie ouverte de son histoire terroriste. Après la mort d’Orlando Bosch le journal El Nuevo Herald, actuel propriété du journal espagnol El Paà­s, dédia un grand espace à l’exaltation du terroriste sous le titre de : "Les Exilés montrent leur regrets pour la mort de Bosch" (8). Dans le texte le président de la Fondation nationale Cubano-américaine le qualifia comme "lutteur pour la démocratie" ; le directeur du dénommé Institut de la Mémoire Historique Cubaine contre le Totalitarisme qui commémorait le "demi siècle de lutte armé contre Castro" affirma qu’avec le décédé "l’unira (pour toujours) l’amour de la patrie" ; Pedro Roig, de l’Université de Miami, qualifia Bosch come un "grand patriote" et la présidente du Comité des Relations Extérieure du Congrès des Etats-Unis, Ileana Ros-Lehtinen, lui écrivit une émotive lettre d’adieux où elle le qualifiait de "combattant".

Le double standard à l’heure d’étiqueter ou non comme terroriste ceux qui pratique la violence politique en dehors de l’état est applicable à d’autres figures de la contre-révolution cubaine. Parmi les dernier prisonniers qu’a libéré le gouvernement cubain et qui sont arrivés en territoire espagnol au moins 7 purgeaient des peines pour sabotages, attentats ou piraterie (9). C’est le cas d’Efraà­n Rivas qui mitrailla en 1996 un hôtel de la chaîne Sol Meliá à Varadero. Les agences et médias, loin de l’étiqueter comme terroriste le dénommèrent "prisonnier qui participa à un infiltration armée anticastriste" (10).

Une autre cas curieux est celui de Néstor Rodrà­guez Lobaina qui quelques jours après être arrivé en territoire espagnol dénonçait les autorités espagnols et la Croix Rouge pour la lenteur dans le paiement de son aide économique mensuelle (11)ainsi que pour le fait d’avoir été transporté en autobus jusqu’à sa destination finale de Malaga (12). Il accusa aussi le gouvernement et les médias espagnols de "le silencier". Les activités à Cuba de ce bruyant "dissident" étaient financées depuis Miami entre autre par Humberto Illa, coordinateur de la dénommée Convention Internationale Anticommuniste (13) (14). Illa est un fanatique paramilitaire, membre du groupe terroriste Alpha 66, qui s’autodéfinit comme nazi et à travers de Facebook fait des appels constant à l’assassinat de tous ceux qu’il considère comme "communiste" (15). Sur sa page Facebook on peut lire comment il déclare ouvertement qu’il envoya de l’argent à Nestor Rodrà­guez Robaina et à d’autres membres de la dénommé "opposition" cubaine (16).

Les mêmes médias qui un instant étiquettent comme terroriste ceux qui exercent la violence depuis certaines position idéologiques préfèrent les euphémismes complices quand ils doivent informe sur des criminels d’origine cubaine avec qui ils partagent leur inimité contre le gouvernement de l’île.

Sur les liens de supposé "ex-prisonniers de conscience" cubain avec les terroristes et nazis de Miami ils préfèrent ne rien dire.

José Manzaneda,

coordinateur de Cubainformación.

(1) http://newsgroups.derkeiler.com/Archive/Soc/soc.culture.cuba/2006-08/m...

(2) http://www.panoramadigital.com.do/fallece-en-miami-exiliado-cubano-orl...

(3) http://www.bbc.co.uk/mundo/noticias/2011/04/110424_eeuu_orlando_bosch_...

(4) http://www.chron.com/disp/story.mpl/sp/nws/7540392.html

(5) http://www.europapress.es/latam/politica/noticia-cuba-muere-miami-mili...

(6) http://www.noticias24.com/actualidad/noticia/245295/murio-orlando-bosc...

(7) http://www.informador.com.mx/internacional/2011/288366/6/muere-orlando...

(8) http://www.elnuevoherald.com/2011/04/27/930359/exiliados-muestran-pesa...

(9) http://www.larazon.es/noticia/2895-cuba-cuela-a-espana-7-exiliados-que...

(10) http://www.que.es/ultimas-noticias/espana/201104222328-liberado-antica...

(11) http://www.europapress.es/latam/cuba/noticia-cuba-disidente-rodriguez-...

(12) http://www.finanzas.com/noticias/cuba/2011-04-12/463939_expreso-cubano...

(13) http://www.convencion-internacional-anticomunista.com/

(14) http://bloguerosrevolucion.ning.com/profiles/blogs/los-democratas-para-quienes

(15) http://es-la.facebook.com/people/Humberto-Illa/100000234874132

(16) Écrit par l’auteur sur sa page Facebook (le 10 avril 2011 à 19h12) "[...] sans compter avec l’argent que j’ai envoyé à l’opposition interne, qui est un secret, mais seulement en 18 jour pour un seul opposant (Nestror Rodrà­guez Lobaina, d’Oriente) m’a coûté 450, à un seul parce que j’en envois à beaucoup".


URL de cet article 13613
  

Même Thème
LES CHEMINS DE LA VICTOIRE
Fidel CASTRO
« En ce qui me concerne, à cette étape de ma vie, je suis en mesure d’offrir un témoignage qui, si cela a une certaine valeur pour les générations nouvelles, est le fruit d’un travail acharné. » "• Fidel Castro Dans ce premier tome de son autobiographie, Fidel Castro révèle de façon inédite les coulisses de la révolution cubaine. Il fait part de sa défiance pour l’impérialisme des États-Unis qui asservissait les Cubains par l’entremise de Batista, et interdisait à l’île tout développement. Il raconte le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Bon, j’imagine que vous ne pouvez tout de même pas tuer vos subordonnés"

seule réponse fournie par les élèves d’une école de commerce de Philadelphie
lorsque le professeur demanda à ses élèves de lui donner un exemple de
comportement repréhensible dans une entreprise.

Cité par Serge Halimi, dans le Monde Diplomatique de février 2005, page 2

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.