RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Voilà comment les Etats-Unis « observent » les droits de l’homme à Cuba (Cuba Informacion)

Pour nous parler des droits de l’homme à Cuba, les agences et médias en espagnol utilisent habituellement comme source l’Observatoire cubain de droits de l’homme, installé à Madrid (1) (2) (3) (4).

Mais il est un détail essentiel que les médias se gardent bien de révéler au sujet de cette prétendue ONG : depuis sa création en 2009, elle est appuyée financièrement par le gouvernement étasunien (5).

Le Fonds national pour la démocratie (NED en anglais) lui a alloué, rien que l’an dernier, 200 000 dollars (6), une partie de cet argent finançant à La Havane son alter ego, la Commission cubaine des droits de l’homme, dirigée par un « dissident » bien connu, Elizardo Sánchez (7).

Cette information a été révélée par le journaliste étasunien Tracey Eaton (8), car l’Observatoire en question ne rend jamais publique la moindre source de financement (9).

Il est curieux qu’une prétendue « ONG des droits de l’homme » appuie la ligne dure de l’extrême droite. En compagnie de la Fondation FAES de José María Aznar, elle exerce des pressions sur l’Union européenne pour que celle-ci maintienne le régime de sanctions contre l’île contenu dans la Position commune (10). Et elle a protesté rageusement devant la décision récente de la Commission européenne de l’éliminer (11).

Il s’agit là d’un cas semblable à l’Observatoire syrien des droits de l’homme, financé par l’Union européenne et le gouvernement britannique, source de référence sur la Syrie pour des agences et médias occidentaux (12). L’objectif de ceux qui le financent est clair : tourner l’opinion publique, par des témoignages de cette prétendue « organisation civile », contre le gouvernement de Damas et légitimer ainsi la politique d’intervention occidentale dans le conflit syrien (13).

Mais rappelons ce qu’est le Fonds national pour la démocratie (NED) qui finance l’Observatoire cubain des droits de l’homme : il se présente comme une organisation à but non lucratif dotée d’un budget stable par loi du Congrès ; il a été créé en 1983 par l’administration Reagan pour réaliser d’une manière plus transparente et plus contrôlable certaines activités confiées avant aux services de renseignement (14). Carl Gershman, son premier président, expliquait que le NED avait été fondé parce qu’ « il serait terrible pour les groupes démocratiques du monde de se présenter comme financés par la CIA » (15) (16).

Aujourd’hui, le NED finance plus de mille projets dans quatre-vingt-dix pays du monde, censément pour promouvoir la démocratie, dans un but essentiel : financer et « autonomiser » des partis politiques, des syndicats, des ONG et des médias qui défendent les intérêts des USA et de l’Occident face à des gouvernements opposants, comme le Venezuela, l’Iran, l’Équateur, la Syrie, la Russie ou Cuba (17) (18).

Le NED alloue quatre millions de dollars par an à des groupes qui combattent le gouvernement cubain. Le reste, à hauteur des trente millions qu’alloue à ces fins le Congrès des États-Unis, est canalisé par l’US/AID (Agence des États-Unis pour le développement international) et le département d’État lui-même.

Ces fonds, rappelons-le, sont une obligation contenue dans les lois Helms-Burton (1996) et Torrichelli (1992) (20).

Voilà comment Washington soutient et finance les groupes de la soi-disant « dissidence » intérieure cubaine, les organisations d’extrême droite de Miami, et les fondations et groupes qui, depuis Madrid, Prague, Lima ou Varsovie, agissent pour légitimer sur le terrain de l’information les campagnes médiatiques contre le gouvernement cubain (21).

Même si les médias dominants internationaux n’en disent… mi-mot…

José Manzaneda

Traduction par JF Bonaldi, La Havane

»» http://www.cubainformacion.tv/index.php/en-portada/71141-observatorios...

(1) http://www.univision.com/noticias/obama-en-cuba/estos-son-algunos-de-l...

(2) http://www.abc.es/internacional/abci-mas-80-por-ciento-cubanos-no-camb...

(3) http://www.expansion.com/agencia/europa_press/2016/09/13/20160913210254.html

(4) http://www.elmundo.es/internacional/2016/06/09/57594c9622601dae1b8b45b9.html

(5) http://www.cubadebate.cu/noticias/2016/09/29/revelan-proyectos-financi...

(6) http://www.ned.org/region/latin-america-and-caribbean/cuba-2015/

(7) http://observacuba.org/quienes-somos/

(8) http://alongthemalecon.blogspot.com.es/2016/09/neds-cuba-projects.html

(9) http://observacuba.org/

(10) http://www.elmundo.es/espana/2016/03/13/56e5786446163f9a2c8b4636.html

(11) http://www.eldiario.es/politica/Observatorio-Cubano-DDHH-UE-Habana_0_5...

(12) http://www.rebelion.org/noticia.php?id=166758

(13) http://www.lavanguardia.com/internacional/20161004/41781938596/siguen-...

(14) http://www.rebelion.org/noticia.php?id=53874

(15) http://www.rebelion.org/noticia.php?id=213177

(16) http://www.telesurtv.net/analisis/NED-Democracia-o-desestabilizacion-2...

(17) http://www.rebelion.org/noticia.php?id=179140

(18) http://www.rebelion.org/noticia.php?id=213177

(19) https://islamiacu.blogspot.com.es/2016/09/los-fondos-de-la-ned-contra-...

(20) http://www.cubainformacion.tv/index.php/contrarrevolucion/63210-aument...

(21) http://www.cubainformacion.tv/index.php/lecciones-de-manipulacion/6971...


URL de cet article 31021
  

Même Thème
Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’histoire de toute société jusqu’à nos jours n’a été que l’histoire de luttes de classes.

Karl Marx

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.