RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Cuba-Etats-Unis : remises de peine et prisonniers politiques (La Pupila Insomne)

Les journaux du monde entier ont publié l’information : avant la visite du pape dans l’île, le gouvernement cubain a libéré 3 522 détenus.

Le pape visite aussi les États-Unis. Voici quelques jours, à Washington, plus de soixante organisations sociales, réunies sous la houlette de Pasteurs pour la paix, demandaient au président Obama d’imiter le geste de Cuba. Une revendication passée sous silence par la presse internationale.

Si l’on applique une règle de trois - la population carcérale étant de 57 000 détenus à Cuba et celle des États-Unis de 2,3 millions (record mondial) – la Maison blanche devrait libérer 141 000 détenus pour imiter le geste du gouvernement cubain.

Plutôt que de saluer la mesure humanitaire de l’île, la presse internationale a souligné le fait que les personnes amnistiées ne figuraient pas sur la liste des supposés « prisonniers politiques ».

Devant les micros des agences et télévisions du monde entier, Elizardo Sanchez Santacruz a exigé la liberté de 60 détenus « pour des raisons politiques »..

Une fois de plus, le message délivré à l’opinion publique internationale, est celui-ci : il existe toujours 60 prisonniers politiques ; Par conséquent, l’Union Européenne et les États-Unis doivent continuer à faire pression sur La Havane.

Qui sont ces « prisonniers politiques » ?

Sur la liste, figurent par exemple les mercenaires salvadoriens qui, en 1997, ont placé des bombes dans des hôtels de la Havane, causant la mort d’un touriste ; un individu qui a tué quatre gardiens pour voler un bateau et émigrer aux USA ; quatre ex militaires qui, en 2007 ont assassiné deux otages pour tenter de s’emparer d’un avion ; Et enfin, des dizaines de mercenaires de l’extrême-droite, venus de Miami et responsables de nombreux attentats dans l’île.

Amnesty International définit comme prisonnier politique « toute personne dont le dossier contient un élément politique significatif ». Si nous acceptons cette définition, quelques uns de ces détenus pourraient figurer sur cette liste. Selon le même raisonnement, pour quelle raison les mêmes médias refusent-ils de considérer comme « prisonniers politiques » les plus de 500 membres d’organisations armées qui sont derrière les barreaux en Espagne ?

Pour quelle raison les mêmes médias refusent-ils de considérer comme « prisonniers politiques » ou « de conscience » les dizaines d’indépendantistes basques arrêtés non pour leurs actions violentes mais pour le seul fait de militer dans des partis interdits ? C’est le cas du dirigeant Arnaldo Otegi : sa mise en liberté réclamée par trois ex présidents latino-américains et trois Nobels de la paix est passée sous silence.

Revenons à la visite du pape et à seconde escale aux États-Unis : L’Arkansas, l’un des 31 États où la peine de mort existe mais qui ne l’a pas utilisée depuis dix ans – va exécuter cinq détenus dans les semaines à venir. Cuba qui maintient la peine de mort dans son code pénal ne l’a pas appliquée depuis douze ans. Encore une information que les grands médias passent sous silence.

José Manzaneda

traduction Maïté Pinero

»» https://lapupilainsomne.wordpress.com/2015/09/21/cuba-eeuu-hablemos-de...
URL de cet article 29302
  

Même Thème
CUBA OU L’INTELLIGENCE POLITIQUE - Réponses à un président des États-Unis (Livre format PDF)
Jacques-François BONALDI
365 JOURS APRÈS Aujourd’hui 22 mars 2017, voilà un an jour pour jour que Barack Obama entrait de son pas caractéristique sur la scène du Grand Théâtre de La Havane pour une première : un président étasunien s’adressant en direct et en personne au peuple cubain. Trois cent soixante-cinq jours après, que reste-t-il de ce qui était le clou de sa visite de deux jours et demi à La Havane ? Pas grand-chose, je le crains… Les événements se déroulent maintenant si vite et tant de choses se sont passées depuis – (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il est difficile d’intéresser ceux qui ont tout à ceux qui n’ont rien.

Helen Keller

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.