RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les prisonniers politiques à Cuba (Cubainformación)

Sur la liste de 93 "prisonniers politiques" de Cuba, il y a non seulement des ravisseurs et des assassins, mais aussi des gens qui partent en voyage… aux Etats-Unis !

La presse internationale nous parle de l’existence de 93 “prisonniers politiques” à Cuba, avalisant -sans la moindre vérification – une liste présentée par celui qui est connu comme un “dissident” Elizardo Sánchez.

Maintenant, faisons le travail que ces médias n’ont pas fait : la lire.

Nous avons trouvé que sur ces 93 personnes, 11 ne sont même pas détenues. Ces gens sont sortis de prison en 2010, après un accord entre Cuba, l’Espagne et l’Église Catholique, et on leur a alors appliqué une “licence extra pénale”. Ils vivent tranquillement dans leurs maisons, et 10 sur les 11 ont déjà voyagé hors du pays, pour participer à des actions contre le Gouvernement cubain et pour réaliser un "lobby" politique en faveur des sanctions contre l’Île. De curieux “prisonniers politiques”.

Analysons les 82 personnes qui – selon la liste – seraient en prison : sept ont été condamnées exclusivement pour des délits du genre “droit commun”, comme vol, vente illégale ou refus de payer des amendes. D’étranges “délits politiques”, sans aucun doute.

Cinq autres ont été condamnées pour espionnage et révélation de secrets d’état. Dans aucun pays du monde ils ne seraient considérés comme des “prisonniers politiques”.

61 autres personnes sont en prison pour usage de la violence à différents degrés, quelques unes avec de nombreuses morts sur la conscience. Séquestration d’embarcations ou d’avions, rébellion et infiltration armée depuis les EU, sabotage, mutinerie militaire, attentats, menaces, possession d’armes, désordres publics et dommages, sont quelques uns des délits. Ce qui a peu à voir, de toute évidence, avec l’activité « d’opposants pacifiques condamnés (...) pour leur attitude ou leurs activités contestataires”, comme nous pouvons le lire dans plus d’un média de presse.

De toute la liste des 93, il ne reste que 9 personnes accusées d’un « délit d’outrage », la plupart n’ayant pour l’instant pas encore été jugées, sur lesquelles nous n’avons pas d’information fiable permettant d’en tirer une quelconque conclusion.

En résumé : la liste présentée par les grands médias comme la preuve que le président Raúl Castro a menti, le 21 mars dernier, en niant l’existence de prisonniers politiques à Cuba, est une farce totale.

Revoyons maintenant quelques concepts basiques, comme ceux de “prisonniers politiques” et “prisonniers de conscience”. Il n’existe pas une définition unique et claire, c’est pourquoi nous ne prendrons que celle d’Amnesty International.

Une personne “prisonnière de conscience” est – selon cette organisation – un prisonnier ou une prisonnière ayant une motivation politique et qui “n’a pas eu recours à la violence ni favorisé son usage”.

Cependant, cette organisation reconnaît comme “prisonniers politiques” ou “prisonniers à motivation politique” toutes les personnes “dont le dossier contiendrait un élément politique significatif”, qu’ils aient ou non utilisé la violence. Si nous prenons cette définition, que ce soit aux États-Unis ou dans l’État espagnol, il y aurait plus de 500 prisonniers politiques, avec des origines idéologiques différentes, voire opposées. Par contraste, à Cuba, il y en aurait moins de 60.

Les grands médias, cependant, transmettent un message bien différent : ils nient l’existence de “prisonniers politiques” en Espagne ou aux USA, mais ils assurent sans broncher qu’ils existent à Cuba, en faisant d’eux, qui plus est, des « prisonniers de conscience », c’est-à-dire à des personnes détenues uniquement à cause de leurs opinions ou de leur action politique.

Le Centre Olof Palme de Stockholm a été une des premières organisations internationales à rejeter – à cause de leur manque de rigueur et de sérieux – les informations et les listes du “dissident” Elizardo Sánchez et de sa Commission Cubaine de Droits Humains et de Réconciliation Nationale, une organisation – c’est avéré - financée par le Gouvernement des EU, ainsi qu’on peut le lire sur un câble de 2008 révélé par Wikileaks.

Malgré tout, cette organisation continue à être la principale source informative employée par les grands médias internationaux quand il s’agit de parler de la situation des Droits de l’Homme à Cuba.

C’est pourquoi il ne faut pas s’étonner de ce que, comme c’est arrivé avec la liste de l’année 2011 –bourrée de faux noms, les médias citent le nom de footballeurs boliviens, de joueuses de volley du Pérou ou de peintres espagnols du XVIII° siècle qu’ils transforment en “prisonniers politiques” cubains.

Ou comme c’est le cas maintenant, que des « prisonniers » prennent même l’avion pour les EU !

Source originale : Cubainformación
Traduction : Annie Arroyo


Notes :
[1] NdT : Dans l’État espagnol ces “prisonniers de conscience” peuvent être entre 500 et 600, sachant que les prisonniers politiques basques sont déjà 500. Aux EU, il y a des listes diverses, mais cela peut aussi être plus ou moins.
À Cuba, [les 60] sont ceux pour lesquels, sur la liste des 93, on pourrait admettre un quelconque rapport d’origine "politique" basé sur une méthode violente (contre-révolution, pas un délinquant de droit commun ni un preneur d’otage cherchant à émigrer).

[2] NdT : Pour exemple, Dionisio Alcalà Galiano, peintre originaire de Cordoue (Espagne), né en 1760, supposé victime de la répression policière à Cuba...

En photo : Elizardo Sánchez

»» http://www.francecuba.org/prisonniers-politiques/
URL de cet article 30328
  

Même Thème
Double Morale. Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme
Salim LAMRANI
En juin 2003, sous l’impulsion de l’ancien Premier ministre espagnol, José Marà­a Aznar, l’Union européenne décide d’imposer des sanctions politiques et diplomatiques à Cuba. Cette décision se justifie, officiellement, en raison de la « situation des droits de l’homme » et suite à l’arrestation de 75 personnes considérées comme des « agents au service d’une puissance étrangère » par la justice cubaine et comme des « dissidents » par Bruxelles. Le seul pays du continent américain condamné par l’Union européenne (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je n’accepte plus ce que je ne peux pas changer. Je change ce que je ne peux pas accepter.

Angela Davis

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.