RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Cuba/Etats-Unis : nouvelles mesures Obamiennes

Treize jours avant la séance de l’Assemblée générale des Nations Unies consacrée au vote de la résolution cubaine demandant la levée du blocus économique, commercial et financier des USA, Washington (serait-ce coïncidence ? et certains Cubains le croient…) annonce quelques mesures discrètes (qui les arrangent, au fond) qui ne modifient en rien l’essentiel et l’essence du blocus.

Cela est si vrai que, même si l’administration Obama a annoncé en mars dernier que Cuba pourrait désormais utiliser le dollar dans ses transactions financières internationales, aucune instance cubaine n’a pu le faire à ce jour (14 octobre) parce que les banques étasuniennes et d’ailleurs refusent toujours la moindre opération avec Cuba de peur de se voir infliger des amendes se montant parfois à des milliards de dollars… Il faudrait que l’administration fasse l’effort de préciser que les transactions avec Cuba ne sont plus punissables, mais apparemment elle ne l’a pas encore fait, sans doute parce qu’elle estime qu’elle a d’autres chats à fouetter et surtout parce que, comme l’a reconnu ouvertement Obama, le blocus, donc les sanctions contre Cuba, sont « un moyen de pression » pour obtenir les « changements » qu’elle souhaite voir s’opérer à Cuba. Sur ce point, Obama maintient sa ligne de conduite.

Donc les nouvelles mesures concernent la coopération scientifique dans le domaine médical entre les deux pays, l’octroi de bourses d’études (dont on a vu tout récemment avec l’affaire Learning World qu’elles ne sont en rien innocentes…) et les produits que les visiteurs inscrits dans les douze catégories autorisées à ce jour (le tourisme à proprement parler restant interdit, son autorisation dépendant du Congrès depuis la signature par Clinton en 1996 de la Loi Helms-Burton) pourront rapporter aux Etats-Unis…

Ainsi donc, les médicaments produits à Cuba pourront obtenir l’approbation de l’Administration des aliments et médicaments (FDA) et être vendus aux USA, et ce à compter du 17 octobre. Les bourses concerneront la recherche scientifique et les activités religieuses (sic).

Susan Rice, conseillère d’Obama à la sécurité nationale, a eu ce matin un dialogue depuis le Wilson Center sur « les effets et l’avenir de la politique du président vis-à-vis de Cuba ».

J-F Bonaldi

Le communiqué du Département du Trésor apparaît sur :

https://s3.amazonaws.com/public-inspection.federalregister.gov/2016-25032.pdf

SUMMARY : The Department of the Treasury’s Office of Foreign Assets Control (OFAC) is amending the Cuban Assets Control Regulations to further implement elements of the policy announced by the President on December 17, 2014, to engage and empower the Cuban people. Among other things, these amendments authorize certain transactions related to Cuban-origin pharmaceuticals and joint medical research ; add, expand, and clarify authorizations relating to trade and commerce ; authorize certain civil aviation safety-related services ; further facilitate authorized travel to Cuba ; and expand the authorizations for grants and humanitarian-related services designed to directly benefit the Cuban people. These amendments also implement certain technical and conforming changes. OFAC is making these amendments in support of the process of normalizing bilateral relations with Cuba.

URL de cet article 31020
  

Même Auteur
CUBA OU L’INTELLIGENCE POLITIQUE - Réponses à un président des États-Unis (Livre format PDF)
Jacques-François BONALDI
365 JOURS APRÈS Aujourd’hui 22 mars 2017, voilà un an jour pour jour que Barack Obama entrait de son pas caractéristique sur la scène du Grand Théâtre de La Havane pour une première : un président étasunien s’adressant en direct et en personne au peuple cubain. Trois cent soixante-cinq jours après, que reste-t-il de ce qui était le clou de sa visite de deux jours et demi à La Havane ? Pas grand-chose, je le crains… Les événements se déroulent maintenant si vite et tant de choses se sont passées depuis – (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Je n’en dors pas la nuit de voir comment, au cours des 11 dernières années, nous, journalistes, activistes, intellectuels, n’avons pas été capables d’arrêter ce monde à l’envers dans lequel de courageux dénonciateurs et éditeurs vont en prison tandis que des criminels de guerre et des tortionnaires dorment paisiblement dans leur lit."

Stefania Maurizi
28 octobre 2021, au cours du procès d’appel en extradition de Julian Assange

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.