Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Vallini : l’embarras de l’équipe Hollande s’accentue

Un contribuable devrait porter plainte contre le monsieur justice de François Hollande, André Vallini, qui a déjà des ennuis judiciaires.

André Vallini commence à plomber sérieusement la campagne de François Hollande. Le monsieur justice du candidat socialiste, que les observateurs voyaient déjà comme garde des sceaux, pourrait être mis en cause dans une nouvelle affaire judiciaire.
En effet, les méthodes d’employeur d’André Vallini sont dénoncées de toutes parts, si bien qu’une ancienne collaboratrice a finalement eu le courage de porter plainte contre lui, pour harcèlement moral. A l’Assemblée Nationale comme dans son département, Vallini est connu pour abuser de ses fonctions. Il avait même engagé une attachée de presse ancienne Miss et âgée de 25 ans…

Aujourd’hui, c’est une énième affaire d’abus de pouvoir qui devrait couter cher à Vallini. Selon Europe 1, un contribuable isérois est sur le point de porter plainte contre le sénateur et président du Conseil général de l’Isère car ce dernier aurait « accordé illégalement un poste au sein du Conseil Général à son ancienne attachée parlementaire lorsqu’il a quitté l’Assemblée Nationale pour le Sénat. »

Par ailleurs, le syndicat des attachées parlementaires s’est violemment exprimé contre les agissements d’André Vallini, dénonçant ses « procédés managériaux »

Au parti socialiste, faites ce que je dis, pas ce que je fais. Alors que les dirigeants du PS passent leur temps à dénoncer les comportements des troupes sarkozistes, ils se comportent finalement exactement de la même manière. Entre Julien Dray, Dominique Strauss Kahn et maintenant André Vallini, il faut être bien naïf pour constater la moindre différence entre les magouilles socialistes et celles de la droite.

En plus des projets politiques libéraux qui sont indifférenciés de ceux de Sarkozy, François Hollande et le Parti socialiste ont exactement les mêmes moeurs monarchistes que le président Bling Bling.

URL de cet article 15824
   
Histoire du fascisme aux États-Unis
Larry Lee Portis
Deux tendances contradictoires se côtoient dans l’évolution politique du pays : la préservation des “ libertés fondamentales” et la tentative de bafouer celles-ci dès que la “ nation” semble menacée. Entre mythe et réalité, les États-Unis se désignent comme les champions de la « démocratie » alors que la conformité et la répression dominent la culture politique. Depuis la création des États-Unis et son idéologie nationaliste jusqu’à George W. Bush et la droite chrétienne, en passant par les milices privées, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Depuis 1974 en France, à l’époque du serpent monétaire européen, l’État - et c’est pareil dans les autres pays européens - s’est interdit à lui-même d’emprunter auprès de sa banque centrale et il s’est donc lui-même privé de la création monétaire. Donc, l’État (c’est-à -dire nous tous !) s’oblige à emprunter auprès d’acteurs privés, à qui il doit donc payer des intérêts, et cela rend évidemment tout beaucoup plus cher.

On ne l’a dit pas clairement : on a dit qu’il y avait désormais interdiction d’emprunter à la Banque centrale, ce qui n’est pas honnête, pas clair, et ne permet pas aux gens de comprendre. Si l’article 104, disait « Les États ne peuvent plus créer la monnaie, maintenant ils doivent l’emprunter auprès des acteurs privés en leur payant un intérêt ruineux qui rend tous les investissements publics hors de prix mais qui fait aussi le grand bonheur des riches rentiers », il y aurait eu une révolution.

Ce hold-up scandaleux coûte à la France environ 80 milliards par an et nous ruine année après année. Ce sujet devrait être au coeur de tout. Au lieu de cela, personne n’en parle.

Etienne Chouard


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.