RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Venezuela : Les USA accusés de vouloir renverser Chavez avec des fonds secrets

- Des millions de dollars distribués à l’opposition, selon les critiques.
- Les détails de certains groupes bénéficiaires sont cachés.

The Guardian, 30 Aout 2006.

Le gouvernement des Etats-Unis a été accuse de tenter de déstabiliser le gouvernement Chavez au Venezuela par le financement de groupes anonymes par le biais de sa principale agence d’aide internationale.

Des millions de dollars ont été attribués à un "programme pro démocratie" qui, selon les partisans de Chavez, est une tentative de financer l’opposition pour renverser le gouvernement.

L’argent est fourni par l’Agence US pour le Développement International (USAID) à travers son bureau " Office of Transition Initiatives" (Bureau des Transitions - tout un poème. Ndt). La controverse a surgi après l’annonce récente que les Etats-Unis avaient mis 80 millions de dollars à disposition des groupes cherchant à provoquer un changement à Cuba dont le dirigeant, Fidel Castro, est un proche allié de Chavez.

Les informations sur ces dons ont été obtenues grâce à la loi de Liberté d’Accès à l’Information (Freedom of Information Act) et par l’agence Associated Press (Voir ci-dessous). USAID a publié des copies de 132 contrats mais a occulté les noms et d’autres détails permettant d’identifier près de la moitié des organisation bénéficiaires.

Le Bureau des Transitions, qui travaille aussi dans des pays "à priorité" tels que l’Irak, l’Afghanistan, la Bolivie et Haïti, a effectué depuis 2002 plus de 26 millions de dollars de dons à des groupes au Venezuela.

Parmi les dons mentionnés on trouve : 47.459 dollars pour une "campagne pour un leadership démocratique" ; 37.614 dollars pour des réunions de citoyens afin d’aborder leur "vision commune" de la société, et 56.124 dollars pour analyser la nouvelle constitution Vénézuelienne.

"Ceci indique qu’il y a beaucoup d’argent, et une grande volonté à renverser ou neutraliser Chavez," a déclaré Larry Birns, directeur du Conseil des Affaires Hémisphériques (Council on Hemispheric Affairs COHA) hier à Washington. "Les Etats-Unis livrent une guerre diplomatique contre le Venezuela."

Alors que les Etats-Unis accusent M. Chavez de déstabiliser des pays en Amérique latine, a-t-il dit, le terme de "déstabilisation" s’appliquerait plutôt aux actions des Etats-Unis contre M. Chavez.

"Ils veulent provoquer un changement de régime," a déclaré à l’agence AP Eva Golinger, avocate américano-venezuelienne et auteur du livre "Code Chavez : révélations sur l’intervention des Etats-Unis au Venezuela" (traduction du titre anglais - ndt). "Il n’y a aucun doute là -dessus. Je crois que le gouvernement US tente de le cacher en présentant (son action) comme une noble mission."

Elle ajouta : "Tout ce secret qui entoure (cette action) est trop louche". [Note du traducteur : ouais, c’est comme pour le financement de RSF par la NED et compagnie... trop flou pour être honnête.]

Le Président Chavez a aussi accusé des groupes de recevoir de l’argent des Etats-Unis et a prédit que les Etats-Unis tenteraient d’user de leur influence lors des élections de décembre au Venezuela.

Les officiels d’USAID nient tout caractère politique à ces financements et affirment que les identités de certains groupes ont été cachées par crainte d’éventuels harcèlements.

"Le but du programme est de renforcer la démocratie, selon le programme du Président Bush (Freedom Agenda)," a déclaré hier un officiel d’USAID. "Une société civile forte est indispensable à toute démocratie digne de ce nom, aux Etats-Unis comme en Angleterre ou n’importe où dans le monde."

L’officiel a déclaré que l’argent était affecté au financement "d’un large éventail de séminaires, de programmes éducatifs et même de spots publicitaires sur les chaînes privées destinés à promouvoir le dialogue entre les partisans et les adversaires de Chavez. D’autres projets consistent à organiser des ateliers sur la résolution de conflits, la promotion des droits de l’homme, et la formation pour un engagement constructif des citoyens au sein de leurs communautés." (note du traducteur : j’ai longtemps hésité à traduire cette dernière phrase par un laconique "bla, bla, bla..." )

Il a dit par ailleurs que l’USAID finançait aussi des programmes tels que des centres de soins pour les pauvres, la rénovation d’écoles, les équipes sportifs juniors, et des maisons de l’enfance ("children’s homes" - ? ndt) et ajouta que les sommes dépensées au Venezuela étaient bien plus petites que celles allouées ailleurs en Amérique latine, avec un budget de 3,8 millions de dollars affectés au Venezuela comparés aux 85 millions de dollars en Bolivie ou 85,1 millions de dollars au Pérou.

La controverse surgit au moment où la Chine vient de conner son accord pour des investissements de 5 milliards de dollars au Venezuela, dont la construction de 13 puits et 18 pétroliers. La semaine dernière M. Chavez a annoncé que la Chine soutenait la candidature du Venezuela comme représentant de l’Amérique latine au Conseil de Sécurité, candidature à laquelle s’opposent fortement les Etats-Unis. Les accords commerciaux avec Pékin sont considérés comme formant partie d’un plan du gouvernement Chavez visant à créer de nouvelles relations afin de diminuer la dépendance des son pays vis-à vis du marché états-unien.

Comme symbole de l’amitié qui lie Chavez au maire de Londres, Ken Livingstone, un festival de musique latino-américaine se tiendra à Trafalgar Square à Londres ce vendredi soir, avec un thème centré sur Caracas. Les deux hommes s’étaient rencontrés cet été lors d’un événement organisé par la maire.

Duncan Campbell

- Results of AP’s Freedom of Information Act request :
Le document obtenu par Associated Press dans le cadre du Freedom Of Information Act

- Attention : il s’agit d’un document de type "tableau excel". Si vous n’avez pas Excel installé sur votre ordinateur, une version convertie au format PDF est disponible ci-dessous.

- Source : The Guardian www.guardian.co.uk

- Traduction : CSP
Diffusion autorisée et même encouragée.
Merci de mentionner les sources.

L’assassinat d’Hugo Chávez, par Greg Palast.

La menace étasunienne plane sur le Venezuela, par Salim Lamrani.

Les USA financent Reporters Sans Frontières, par Diana Barahona.

Est-ce que Washington pourra tolérer une alliance pétrolière entre le Venezuela et la Chine ? par Seth R.DeLong.

- Photo vu ici : www.antiescualidos.com


Documents joints
PDF 119.2 ko
URL de cet article 4045
  

Même Thème
Ainsi parle Chávez
Hugo Chávez, figure du Venezuela et de l’Amérique latine contemporaine, si critiqué et diffamé dans la plupart des médias, était indéniablement le président métisse, issu d’une famille pauvre, avec lequel les classes populaires pouvaient s’identifier. Pendant 13 ans, chaque dimanche, il s’est adressé à son peuple dans une émission appelée « Allô président », fréquemment enregistrée sur le terrain et en public. Ce livre recueille certaines de ses allocutions. Tour à tour professeur, historien, blagueur, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Une petite fille dans la rue, en robe jaune, qui allait souvent chercher des bonbons et autres auprès des soldats américains. Un jour un char passe et pour une raison inexplicable, un tireur sort du char américain et abat la petite fille. Il y a tellement d’incidents de ce genre"

Julian Assange - Wikileaks
interviewé sur Democracy Now, donnant un exemple des crimes commis en Irak et révélés par Wikileaks

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.