RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

De la disparition dans le sang de la Yougoslavie, par Catherine Samary.

Inprecor, juillet/août 2006.



I. Refus des approches binaires globalement fausses.



Slobodan Milosevic était de façon dominante présenté notamment par la Procureure menant son procès au Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) de La Haye comme le « boucher des Balkans », responsable central des conflits, guerres et nettoyages ethniques qui ont marqué la décomposition de l’ex-Yougoslavie : une politique de « Grande Serbie ethniquement pure » prônée par Milosevic serait au coeur de ces violences tout au long de la décennie 1990, cause de pratiques génocidaires.

Refusant ces thèses comme calomniatrices, les défenseurs de Slobodan Milosevic ont présenté celui-ci comme résistant à l’ordre mondial impérialiste et à la désintégration de la Yougoslavie voulue par les autres nationalismes, anticommunistes, armés et instrumentalisés par les grandes puissances voulant détruire la Yougoslavie socialiste. Les campagnes mensongères de diabolisation du « serbo-communisme » ont, selon eux, préparé une intervention armée planifiée de l’OTAN contre la Yougoslavie (Serbie-Monténégro) et l’inculpation de Milosevic devant le TPIY, instrument juridique de ces campagnes, notamment, des États-Unis.

Ces deux approches incorporent toutes deux des vérités sans lesquelles elles n’auraient pas eu d’impact. Mais elles sont globalement fausses au sens où l’une comme l’autre occulte des éléments fondamentaux de ce que fut la politique du dirigeant de Belgrade et des grandes puissances. La non prise en compte de ces éléments rend inintelligible le fiasco du procès Milosevic. Fiasco de la thèse que la Procureure aurait voulu illustrer, d’une politique de Grande Serbie supposée prônée par Milosevic qui aurait propagé des nettoyages ethniques du Kosovo à la Bosnie tout au long de la décennie. Mais fiasco également pour les défenseurs de Milosevic, incapables de faire de son procès une quelconque tribune de résistance au capitalisme, anti-impérialiste et « yougoslave » au sens d’internationaliste réelle parce que telle n’était pas l’orientation de Milosevic.

Pour comprendre le rôle de ce dernier dans les conflits majeurs de la crise yougoslave (Kosovo, conflits serbo-croates et surtout guerre de nettoyage ethnique de la Bosnie) il faut intégrer à l’analyse des éléments que négligent les deux thèses mentionnées.

- Lire la suite sur Inprecor www.inprecor.org




Slobodan Milosevic : la justice des vainqueurs par Tommaso Di Francesco, Gabriele Zolo.

L’ancien commandant de l’OTAN parle du Kosovo.


[Pour illustrer ce qui est erroné dans la tendance dominante, commençons par le slogan « ni-ni » : maintenant que Milosevic est à La Haye, les Talibans et Saddam Hussein renversés, les partisans de ce slogan peuvent-ils expliquer comment ils comptent se débarrasser de l’autre partie du « ni », Bush ou l’OTAN ? ]
L’espoir change-t-il de camp ?, par Jean Bricmont




URL de cet article 4044
  

Enjeux politiques de l’histoire coloniale
Catherine COQUERY-VIDROVITCH
Notre patrimoine historique « national » doit-il inclure l’histoire de la colonisation et de l’esclavage colonial ? La réponse positive, de bon sens, ne fait pas l’unanimité : soit parce que parler sans tabou du domaine colonial serait « faire repentance », soit parce que l’ignorance ou la négligence entretenues depuis plusieurs générations font qu’il ne vient même pas à l’esprit de beaucoup de nos concitoyens que notre culture nationale héritée n’est pas seulement hexagonale. La culture française (que (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je l’ai invitée lors d’un prochain séjour à venir jouer avec l’orchestre de Paris et l’Ensemble orchestral de Paris.

Bertrand Delanoe
maire socialiste de Paris, Fév. 2005, en parlant de Condoleezza Rice

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.