RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Villepin fait don du travail aux employeurs, par Paule Masson.


L’ Humanité, 14 décembre 2005.


Le contrat de transition professionnelle n’a de sécurité professionnelle que le nom. Les employeurs pourront utiliser des chômeurs, rémunérés par les ASSEDIC.


Sécuriser les parcours professionnels, l’idée a de quoi séduire en ces temps d’insécurités sociales particulièrement développées. Dominique de Villepin en a donc fait son nouveau « dada idéologique », contraint de trouver une réponse à la journée d’action interprofessionnelle du 4 octobre.

Alors que plus d’un million de salariés défilaient dans la rue, après la baffe prise lors du référendum sur la constitution européenne, le premier ministre avait promis aux partenaires sociaux de les recevoir pour ouvrir le chantier de la Sécurité sociale professionnelle. Ce fut fait lundi. Rue de Grenelle, pour le symbole. Mais derrière l’affichage, le gouvernement s’apprête bel et bien à « renforcer la soumission des salariés à l’entreprise », comme l’a décrypté Maryse Dumas, secrétaire confédérale de la CGT, à sa sortie du ministère de l’Emploi.


Idée de gauche, contenu à droite.

Le contenu de l’ensemble des mesures annoncées n’a pas été détaillé. Pour l’essentiel, des commissions de travail vont maintenant plancher sur leur réalisation. Mais qu’il s’agisse du pouvoir d’achat ou de l’emploi, une cohérence se dégage, explicitée par le premier ministre lui-même : offrir une « meilleure récompense de l’effort ». Qui mérite, c’est-à -dire qui accepte de se rendre « employable » en fonction des besoins de main-d’oeuvre immédiats, sera soi-disant récompensé. Insidieusement, sous couvert de prendre en compte le risque de perte d’emploi dans un marché du travail fragilisé par la mondialisation libérale, le gouvernement avance sur le terrain d’une plus grande mise en concurrence des salariés et des chômeurs entre eux. Dominique de Villepin détourne une revendication syndicale et une idée de gauche au profit d’un contenu bien à droite.


Travail quasi gratuit pour les patrons.

Au coeur du dispositif annoncé, le « parcours professionnel sécurisé » dont la mesure phare est la création d’un « contrat de transition professionnelle » (CTP) pour les entreprises de moins de 300 salariés, expérimentés dans six sites pilotes : Saint-Dié, Vitré, Morlaix, Valenciennes, Toulon, Charleville-Mézières. La mesure en elle-même constitue un savant mélange entre le dispositif existant de reclassement des salariés victimes de licenciements économiques et la reprise d’idées piochées dans le rapport Yazid Sabeg dont les conclusions ont été rendues en février dernier.

En cas de licenciement, le salarié sera « invité » à signer un contrat dans son bassin d’emploi, d’une durée encore non déterminée, pendant lequel il pourra bénéficier d’une formation, dont les conditions ne sont pas non plus précisées, et être appelé à offrir ses services dans une entreprise privée ou organisme public qui a besoin d’ajuster sa main-d’oeuvre aux diktats du marché. C’est de l’intérim, en pire. Une entreprise va pouvoir « demander » un salarié en fonction d’un besoin, le faire travailler et être quasiment exonérée du salaire qu’elle doit verser en reconnaissance du travail fourni.

Les chômeurs, eux, devraient préserver « la quasi-totalité de leur ancien salaire », a promis Jean-Louis Borloo, ministre de l’Emploi, sans que le pourcentage ne soit encore déterminé. Dans le contrat de reclassement personnalisé, en vigueur depuis juin 2005, le signataire d’une convention intègre le statut de « stagiaire de la formation professionnelle », touche 80 % du salaire de référence les trois premiers mois et 70 % les cinq suivants. Ce que tait le ministre, par contre, se trouve niché dans le rapport Sabeg. En échange d’une certaine « générosité » des allocations, les chômeurs n’ont pas le droit de refuser trop de propositions de reclassement. Or, c’est là que le bât blesse. Les offres de reclassement, quand elles existent, tombent presque toutes dans l’escarcelle de la précarité. La vraie motivation du dispositif est de parvenir à combler les emplois dans ce que Dominique de Villepin nomme les « secteurs en tension » : le bâtiment, la restauration ou les services, des métiers durs, sous-payés, parmi les plus déréglementés, donc peu demandés.


L’UNEDIC finance, le patron exploite.

Et l’entourloupe va plus loin encore. Le premier ministre l’a asséné : Le CTP sera financé par les ASSEDIC qui verseront à un organisme public l’indemnisation chômage qu’aurait dû percevoir le salarié licencié, soit avec les règles de calcul en vigueur 57 % de l’ancien salaire. L’employeur licencieur, lui, est juste chargé de verser les indemnités de préavis, soit un à deux mois de salaire selon l’ancienneté dans l’entreprise. Et pour l’employeur utilisateur d’un chômeur signataire du CPT, c’est le jackpot : il n’a plus qu’à s’acquitter des quelque 25 à 30 % restants.

La recette n’est pas nouvelle. Elle est même une constante de ce gouvernement. Une fois de plus l’État se substitue aux obligations sociales des entreprises en matière de salaire. Comme pour la prime pour l’emploi de 1 000 euros versée par l’État au quatrième mois de reprise d’un travail. Comme pour les seniors qui peuvent cumuler travail et retraite, la pension versée par la Sécurité sociale représentant en moyenne 70 % du salaire. Reste à charge pour l’employeur qui n’a pas le droit de payer plus que l’ancien revenu, quelque 30 %. Aux salariés de financer leur propre salaire, en somme.

Paule Masson

- Source : L’ Humanité www.humanite.presse.fr


Offres d’emploi non pourvues : une manipulation pour faire culpabiliser les chômeurs, par Fanny Doumayrou.


Les attaques contre le Code du Travail au coeur de l’offensive du patronat et du gouvernement contre les salarié·e·s, par Denis Seillat et Gérard Villa.

Le " forfait jour" pour tous, par Gérard Filoche.


Les intégristes libéraux, le « contrat nouvelle embauche » et l’explosion qui vient, par Gérard Filoche.

"Vous devez être ceux qui menacent, pas ceux qui sont menacés. Vos dents doivent rayer le parquet."<BR>
M. André Daguin, patron ultra réactionnaire de l’hôtellerie.



URL de cet article 3030
  

Même Thème
Michel Boujut : Le jour où Gary Cooper est mort.
Bernard GENSANE
Le jour de la mort de Gary Cooper, Michel Boujut est entré en insoumission comme il est entré dans les films, en devenant un cinéphile authentique, juste avant que naisse sa vocation de critique de cinéma. Chez qui d’autre que lui ces deux états ont-ils pu à ce point s’interpénétrer, se modeler de concert ? Cinéma et dissidence furent, dès lors, à jamais inséparables pour lui. Il s’abreuva d’images « libératrices », alors qu’on sait bien qu’aujourd’hui les images auraient plutôt tendance à nous « cerner ». (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je crois, juridiquement parlant, qu’il y aurait des motifs sérieux pour inculper chaque président des Etats-Unis depuis la seconde guerre mondiale. Il ont tous été soit de véritables criminels de guerre, soit impliqués dans de graves crimes de guerre.

Noam Chomsky, in "What Uncle Sam Really Wants"

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.