RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Voix pour la Liberté des 9500 Prisonniers Politiques colombiens

Durant le mois de mars 2015 s’est tenu à Bogotá, la Rencontre Nationale et Internationale pour la Liberté des Prisonniers Politiques colombiens : « Larga Vida a las Mariposas ». Cette très importante Rencontre a réuni plus de 70 organisations, ainsi que des ex prisonniers politiques colombiens et d’autres pays. Les prisonniers politiques ont aussi participé, en envoyant des messages depuis les prisons. C’est pourquoi nous recommandons vivement la lecture et diffusion des déclarations politiques qui sont issues de cette Rencontre (1).

Les participants ont réclamé la liberté des plus de 9’500 prisonnières et prisonniers politiques colombiens ; ont réclamé contre la torture et contre l’extradition, et demandé l’ouverture d’un ample débat sur le thème de la prison politique, entre autres thèmes.

« Nous réitérons aux Dialogues de la Havane, la nécessité de reconnaître la condition de Victimes des prisonniers et prisonnières politiques. Ceux-ci subissent, de plus, des tortures, des traitements cruels et dégradants dans les prisons de l´État colombien. (…)

Nous refusons le qualificatif de ‘crise’ pour se référer à la grave situation de vulnération des Droits Humains dans les prisons du pays, et nous dénonçons l’existence d’une politique d’État qui va à l’encontre des Droits Humains. »

L’existence de plus de 9500 prisonniers politiques témoigne de l’absolu manque de libertés politiques en Colombie. L’État colombien nie les conditions de participation politique sans être passible d’incarcération, disparition forcée, ou exil forcé. L’intolérance étatique contre toute revendication sociale est la garantie d’une situation de saccage contre les majorités au bénéfice du grand capital. Parmi les prisonniers politiques se trouvent tant des civils emprisonnés à cause de leur pensée et activité politique (prisonniers politiques), que des intégrants des guérillas (prisonniers politiques de guerre). Des milliers de syndicalistes, étudiants, défenseurs de l’environnement, enseignants, dirigeants paysans… sont derrière les barreaux de l’État colombien.

La torture que pratique l’État colombien contre les prisonnières et prisonniers politiques les pousse à la mort par les coups, la nourriture empoisonnée ou contenant des bris de verre, ou encore la négation de l’assistance médicale. La torture psychologique est aussi constante : les prisonniers politiques sont éloignés des milliers de kilomètres de leurs familles ; ils sont placés en danger de mort, car l’État inclut des paramilitaires dans les enceintes où ils se trouvent ; leurs familles et visites sont soumises à des traitements dénigrants, etc. Les prisonnières politiques subissent aussi un chantage où il est question de leurs enfants. Il a même des cas de familiers de prisonniers politiques assassinés par l’État colombien, afin de torturer les prisonniers à l’extrême.

De plus les prisonniers politiques colombiens sont incarcérés dans des conditions d’entassement, fréquemment sans accès à l’eau, en dangereuse insalubrité.

L’agression permanente de l’État colombien se traduit en extermination politique : c’est dans ces conditions que se maintient le capitalisme en Colombie. La Paix véritable que clame le peuple colombien est un paix avec Justice Sociale et sans Terrorisme d’État. Une paix où la liberté des prisonniers politiques est une question fondamentale.

Cecilia Zamudio
(1) www.traspasalosmuros.net/node/1789

URL de cet article 28446
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Tais toi et respire ! Torture, prison et bras d’honneur
Hernando CALVO OSPINA
Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Équateur, 1985. Le président Febres Cordero mène une politique de répression inédite contre tous les opposants. En Colombie, le pays voisin, les mêmes méthodes font régner la terreur depuis des décennies. Quelques Colombiennes et Colombiens se regroupent à Quito pour faire connaître la violence et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il y a une idée sur laquelle chacun semble d’accord. « Vaincre Daesh », comme l’a exprimé le secrétaire d’Etat Tillerson. Laissez-moi poser juste une question : Pourquoi ? Il est temps pour Trump d’être Trump : extrêmement cynique et imprévisible. Il lui faut vaincre Daesh en Irak. Mais pourquoi en Syrie ? En Syrie, il devrait laisser Daesh être le cauchemar d’Assad, de l’Iran, de la Russie et du Hezbollah. Exactement comme nous avons encouragé les moudjahidines à saigner la Russie en Afghanistan. »

Thomas Friedman, « In Defense of ISIS », New York Times, 14 avril 2017.

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.