Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Vous êtes en train de tuer le traité international des plantes

Message des réseaux de semences paysannes aux gouvernements membres du Comité directeur du Traité international des plantes (TIRPAA) réunis à Rome du 5 au 9 octobre 2015 Par ce message, nous venons vous dire que vous êtes en train de tuer le Traité. Celui-ci organise désormais le vol de nos semences et de nos connaissances. Nous ne pouvons plus dans ces conditions continuer à les donner aux chercheurs et autres prospecteurs qui viennent les collecter dans nos champs pour les remettre aux banques de gènes du Traité. Tant que vous n'aurez pas interdit tous les brevets biopirates, tant que les agriculteurs n’auront pas le droit de conserver, d'utiliser, d'échanger et de vendre les semences issues de leurs récoltes nous refuserons toute collaboration avec la recherche et les banques de gène qui se mettent au service des multinationales semencières.

Les graines qui sont conservées dans les banques de ressources génétiques du système multilatéral du Traité des plantes (TIRPAA) sont nos semences : héritage de nombreux siècles de sélections paysannes, elles ont été collectées dans nos champs.

Cependant l’accès aux semences de ces variétés paysannes nous est souvent refusé parce que nous ne sommes pas des chercheurs. Nous obtenons parfois quelques graines à condition de ne pas les utiliser pour nos productions agricoles : elles devraient uniquement être réservées pour la recherche. Nous constatons alors que leur état de conservation dans les chambres froides n’est pas bon et qu’elles nécessitent plusieurs années de nouvelle sélection avant de donner des récoltes dans les conditions de culture actuelles. Mais ceux d’entre nous qui font ce travail de sauvetage des ressources génétiques se voient interdire de les échanger ou de les vendre à d’autres paysans par les lois semencières de la plupart des pays membres du Traité .

Le Traité nous a promis un partage équitable des bénéfices réalisés par l’industrie qui utilise nos semences pour ses propres sélections. Après 10 ans nous n’avons rien vu venir, sinon un partage des avantages à l’envers. Les paysans ont donné les semences à l’industrie, l’industrie n’a rien payé et le peu d’argent donné par quelques gouvernements n’a pas été versé à des organisations paysannes, mais a servi à consolider les programmes des centres de recherche internationaux utiles à l’industrie.

Nous avons donné nos semences gratuitement aux banques de gènes et accepté que l’industrie s’en serve pour qu’elle sélectionne des variétés utiles. Mais lorsque nous utilisons ces variétés, les lois de la plupart de pays membres du Traité nous contraignent de payer des royalties ou nous interdisent d’utiliser les semences issues de nos propres récoltes en prétendant qu’elles sont la propriété de l’industrie.

Nous avons reçu nos semences de nos parents, nous les avons soignées avec attention, sélectionnées et conservées pour les remettre en bon état aux générations futures. Nous les avons données au Traité avec nos connaissances sur leurs caractères parce que nous avons toujours partagé le fruit de notre travail avec fierté. Nous pensions être protégés contre leur appropriation par les droits de propriété industrielle comme les droits d’obtention végétale et les brevets. Mais vous nous annoncez aujourd’hui que vous allez lancer le programme Divseek, afin de décortiquer les séquences génétiques des ressources contenues dans les banques de gènes pour les publier sur des bases de donnée électronique. Ce programme n’est pas fait pour nous, nous ne cultivons pas des séquences génétiques, ni des « bits » électroniques, et n’avons pas besoin de ces informations. Mais l’industrie, elle, a déjà programmé des moteurs de recherche et des logiciels pour repérer dans ces bases de données toutes les « informations génétiques » qu’elle pourra breveter par la suite en leur associant un caractère quelconque intéressant l’agriculture ou la transformation industrielle des récoltes. Ces brevets sur les « unités fonctionnelles d’hérédité » sont déjà autorisés dans plusieurs pays et permettront de nous interdire de continuer à cultiver nos semences, ces semences que nous avons données gratuitement aux banques de gènes du Traité.

Nous avons eu avec le Traité une période de dialogue. Mais malgré les décisions de l’Organe directeur à Bali en 2011 et à Oman en 2013, les espaces de dialogue se sont refermés, nous empêchant de participer d’une manière efficace et formalisée aux groupes de travail, aux consultations d’expert, dans la respect de notre autonomie organisationnelle. Les organisations paysannes qui sont au travail dans leurs champs pour mettre en œuvre concrètement l’article 5 et 6 du Traité sur la conservation in situ et l’utilisation durable des semences et faire avancer la lutte pour la mise en œuvre de l’article 9 sur les droits des agriculteurs, sont toujours considérées comme des « observateurs » au même titre qu’un universitaire ou un journaliste, alors que ce sont les premiers acteurs de la gestion des ressources génétiques des plantes cultivées défendue par le Traité ! L’industrie est par contre largement courtisée et impose peu à peu ses solutions.

Tant que le Traité ne voudra pas se réformer pour appliquer intégralement ses articles 5, 6 et 9, nous continuerons à construire notre propre système multilatéral d’échange entre paysans. Nous adressons un appel aux gouvernements de soutenir notre mouvement fondement de la souveraineté alimentaire.

Les signataires, 25 septembre 2015.

Mise à jour le 25-09-2015 (voir la liste mise à jour ici) :

Pour signer ou soutenir ce message merci de renvoyer le nom de votre organisation à :

Mauro Conti : secrétariat, International Planning Committee for Food Sovereignty : ipc-cip(at)foodsovereignty.org

Émilie Lapprand : Réseau Semences Paysannes français : emilie(at)semencespaysannes.org

1) Signataires , organisations paysannes ou jardinières

  • African Centre for Biodiversity, Afrique du Sud et Tanzanie
  • AJAC LUKAAL, l’Association des Jeunes Agriculteurs de Casamance "Plantons", Sénégal
  • ANAFAE, Asociación Nacional de Fomento a la Agricultura Ecológica, Honduras
  • ANAMURI, Asociación Nacional l de Mujeres Rurales e Indígenas, Chili
  • ANMI, Asamblea Nacional de Mapuches de Izquierda, Chili
  • Association des Producteurs de Semences Paysannes, Sénégal
  • BEDE ( Biodiversité : Echanges et Diffusion d’Expériences ), France
  • Bio Burkina Faso, Burkina Faso.
  • Biowatch South Africa.
  • Campaña Semillas de Identidad, Colombie.
  • CCPA, Cadre de Concertation des Producteurs d’Arachides du Sénégal.
  • COASP, Comité ouest africain des Semences Paysannes et l’ensemble de ses membres.
  • Commons for EcoJustice, Malawi
  • CONAPROCH, Confederación Nacional de Pequeños Productores, Chili
  • CENESTA,Centre for Sustainable Development and Environment, Iran
  • Confédération Paysanne, France
  • COPACO-PRP, Confédération Paysanne du Congo, République Démocratique du Congo
  • Copagen, Coalition Ouest Africaine pour les Semences paysannes, Sénégal
  • Crocevia, Italie
  • ECVC, Coordination européenne Via Campesina
  • Fahamu Africa et le mouvement des femmes “ Nous sommes la solution”, Afrique de l’Ouest
  • Farmworker Association of Florida, USA.
  • Ferme école Agroécologique Benkadibugu, Mali
  • FOOL AVOINE, pour une biodiversité sans OGM ni brevet, France
  • GIPA (Groupement Inter villageois des Producteurs d’Arachides des Communes de Thiomby/Gandiaye), membre CCPA, Sénégal
  • Grupo Semillas, Colombie
  • Landworkers’ Alliance , Royaume-Uni
  • La Via Campesina
  • MAELA, Mouvement agroécologique de l’Amérique latine et les Caraïbes
  • MABD, Mouvement de l’Agriculture Biodynamique, France
  • MPA, Movimento dos pequenos agricultores, Brésil
  • Ranquil, Confederación Nacional Campesina y de Pueblos originarios, Chili
  • Red de Semillas Campesinas, Argentina
  • Rede de Agrobiodiversidade do Semiárido Mineiro, Brésil
  • Redes de semillas campesinas (RSC), Columbia
  • Red de Semillas Libres, Colombia
  • Red de Semillas "Resembrando e Intercambiando", Espagne
  • RESACIFROAT, Réseau d’Appui à la Citoyenneté des Femmes Rurales d’Afrique de l’Ouest et du Tchad
  • Réseau Semences Paysannes (RSP), France
  • Rete Semi Rurali, Italie
  • Stop OGM Pacifique, Nouvelle Calédonie
  • Union Paysanne, Canada.
  • Zimbabwe Smallholder Organic Farmers Forum, Zimbabwe.

2) Soutiens

  • AHCC, Alianza Hondureña de Cambio Climático, Honduras
  • Alkhalachofa, grupo de consumo responsable, Alcala de Henares, Espagne
  • Australian Food Sovereignty, Australie
  • Burkinature, Burkina Faso
  • CEHPRODEC, Centro Hondureño de Promoción al Desarrollo Comunitario, Honduras
  • Chile Sustentable, Chili
  • Community Alliance for Global Justice, Seattle WA USA
  • CONROA, Coalición nacional de Redes y organizaciones Ambientales, Honduras
  • Doman chalosse vivante, France.
  • Enda Pronat, Sénéga
  • FIAN, Colombie
  • Foro Ambiental Santiagueño, Argentine
  • IRPAD/Afrique, Institut de Recherche et de Promotion des Alternatives en Développement, siège Mali.
  • JINUKUN : Réseau national pour une gestion durable des ressources génétiques , Point focal de la COPAGEN, Bénin
  • Laura Gutiérrez Escobar, Red de Semillas Libres de Colombia et FIAN, Colombie
  • MADGE, Australia
  • Myriam del Carmen Salazar Villarreal Doctora en Agroecología, Colombie
  • Terra Nuova ONLUS, Italie
  • Vía Orgánica, Mexique
»» http://viacampesina.org/fr/index.php/les-grands-ths-mainmenu-27/biodiv...
URL de cet article 29378
   
« Arabesque américaine » : Printemps Arabe ou révolutions colorées fomentées par les USA ?
Ahmed BENSAADA
Souvent évoqué, parfois décrié, mais rarement analysé, le rôle des États Unis dans les révoltes de la rue arabe fait enfin l’objet d’un travail sérieux, rigoureux et fort bien documenté. Arabesque américaine* est l’ouvrage d’Ahmed Bensâada, un chercheur algérien établi à Montréal. Dès les premières lignes, l’auteur annonce la couleur « une chose est évidente : le mode opératoire de ces révoltes a toutes les caractéristiques des révolutions colorées qui ont secoué les pays de l’Est dans les années 2000. Comme il (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les Occidentaux ont pour système de soutenir et de porter aux nues à l’Est des gens qu’ils s’empresseraient de jeter en prison chez eux.

Slobodan Despot

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
50 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où il s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
40 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.