RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Chine

Une guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis aura-t-elle lieu ?

Ruolin ZHENG

La guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis aura-t-elle lieu ? Apparemment oui, même si la Chine décidait de rendre coup pour coup afin de défendre ses intérêts légitimes. Car cette guerre est très probablement voulue par Donald Trump, le président américain, soutenu par son entourage, une poignée des conservateurs les plus « durs », qui, âgés souvent plus de soixante ans, avaient dirigé, et surtout gagné auparavant durant des années quatre-vingt du siècle dernier, une guerre similaire contre le Japon...

Bien que je ne puisse pas exclure totalement une autre possibilité : les deux parties font du cinéma, l’un pour gagner les élections de mi-mandat à la fin de l’année, l’autre pour faire semblant de « “résister à une attaque... bidon », un « bluff » de jeu de Poker lancé par la Maison Blanche... Mais il serait plus sérieux, me semble-il, d’envisager une guerre commerciale qui entrainera probablement un conflit total entre les Etats-Unis, un conflit entre la superpuissance en déclin (?) et son challenger potentiel, la Chine. Après les six « durs » des Américains, du secrétaire américain au Trésor Steven T. Mnuchin, le secrétaire au Commerce Wilbur Ross jusqu’au représentant au Commerce Robert Lighthizer, le conseiller économique du président Larry Kudlow et celui pour le commerce Peter Navarro, précipités par Donald Trump à Pékin pour essayer de négocier, ou plus précisément pour donner un « ultimatum » aux Chinois, cette guerre est devenue de plus en plus concrète. La Chine est prête, je crois. Comme nous disent (...) Lire la suite »

Pourquoi la Chine pense ce qu’elle pense de l’Occident

Carl Zha
Carl Zha vient de publier Le choc des civilisations et des empires en format podcast. Cette histoire illustrée a été tweetée hier, le 4 mai 2018. Nous la publions ici avec la permission de l'auteur. Moon of Alabama * * * Comment la trahison de la Chine par l'Occident à Versailles après la première guerre mondiale a conduit à la longue Révolution chinoise qui a façonné la perception que les Chinois ont aujourd'hui de l'Occident. Il y a 99 ans, le 4 mai 1919, la première manifestation étudiante de Tiananmen a éclaté. Les étudiants protestaient contre la trahison des puissances alliées à Versailles : Elles avaient donné la colonie allemande de Shangdong au Japon au lieu de la rendre à la Chine. Et ce, bien que la Chine ait envoyé 140 000 hommes sur le front occidental. L'histoire commence avec la première guerre sino-japonaise de 1894-1895. Le Japon, après être passé par un programme complet d'occidentalisation, a vaincu de façon décisive la Chine qui avait un programme de modernisation peu (...) Lire la suite »

Un parlementaire européen répond à ma lettre ouverte : discussion

André LACROIX

Début mars, je lançais une lettre ouverte critiquant une pitoyable résolution votée par le Parlement européen à propos des droits de l’homme en Chine (*). Si j’excepte un bref accusé de réception critique, un seul parlementaire européen a daigné réagir de façon argumentée, ce qui a donné lieu à un échange de courriels assez intéressant. N’ayant pas obtenu de sa part la permission de publier cette correspondance in extenso, je la reproduis ci-dessous en supprimant tout ce qui permettrait de l’identifier.

Réaction du parlementaire (14 mars 2018) Cher Monsieur, Il est de votre droit de juger pitoyable une proposition visant à protéger les défenseurs des droits de l'homme. Pour ma part, je ne vais pas cesser de les défendre. Qu'ils soient en Palestine, au Tibet ou ailleurs. La Chine est effectivement un grand pays et sa population mérite le plus grand respect. (...) j'ai eu l'occasion d'y aller à plusieurs reprises (...) je ne crois pas que l'on puisse considérer que la République populaire de Chine soit une démocratie assurant la liberté d'expression et de penser. Quelle qu'en soit la couleur, les totalitarismes doivent être combattus. Je continuerai donc. Et avec fierté. Cordialement, XX Ma réponse (15 mars 2018) Cher Monsieur, Je vous remercie pour votre réponse, mais elle me laisse sur ma faim. Ma lettre ouverte portait sur des points précis et vous répondez par des généralités : d’où mon insatisfaction. Partialité Ma lettre ouverte ne niait pas que la Chine avait encore des progrès à faire (...) Lire la suite »
11 

Les frustrations de M. Lobsang Sangay

André LACROIX

Une fois de plus (1), et cette fois sous la plume d’Arnaud Vaulerin, Libération fait preuve de complaisance envers la pensée unique en relayant, sans le moindre esprit critique, les propos de Lobsang Sangay, le chef du « gouvernement tibétain en exil ». Son interview publiée le 26 janvier 2018 est titrée en grands caractères Tibet : « Nous avons perdu notre pays à cause d’une route ».

Une nostalgie d’Ancien Régime « Nous avons perdu notre pays » : telle était aussi la déploration des émigrés français (nobles, riches bourgeois et prélats) ayant fui la Révolution de 1789. Pour ces quelque 140 000 privilégiés de l’Ancien Régime, la France était leur chose que le petit peuple était juste bon à entretenir à leur profit. Ils étaient incapables d’imaginer que, pour les 27 autres millions d’habitants que comptait alors la France, ce « nous » des émigrés ne représentait pas grand-chose. Et pour la masse des Tibétains du Tibet, que représentent les quelque 150 ou 160 000 exilés sinon les descendants des nantis et de leurs domestiques qui ont fui leur pays à partir de 1959 ? Qui, parmi le 2,8 millions de Tibétains de la Région autonome du Tibet (RAT), oserait affirmer sans mentir : « nous avons perdu notre pays », alors que leurs conditions d’existence en amélioration constante sont sans commune mesure avec la misère qui a été le lot de leurs grands-parents ? Là s’arrête la comparaison entre la (...) Lire la suite »
18 
USA, Chine...

Les deux écoles de relations internationales -” Moi contre Nous”

George KOO

De récents sommets mondiaux, des messages contrastés des dirigeants de la Chine et des Etats-Unis définissent clairement les deux écoles de relations internationales – ’’moi d’abord’’ contre ’’nous en premier’’.

L'école ''moi d'abord'' se compose d'une majorité d'une seule voix, à savoir les Etats-Unis d'Amérique. Le président Donald Trump résume le principe de cette école simplement par l'Amérique d'abord. Dans le monde du ''moi d'abord'', les Etats-Unis établissent les règles et les autres suivent. S'il y a des exceptions aux règles, seuls les Etats-Unis peuvent se les appliquer et les décider. Tous les disciples doivent se contenter de jouer les seconds rôles. Un exemple sans équivoque, face auquel on reste sidéré, est la déclaration de Trump : "Nous allons construire le mur et vous, (le Mexique) vous allez le payer." De nombreuses nations trouvent que ''Nous d'abord'' est une option raisonnable . La Chine s'est fait entendre en faisant la promotion de l'école de relations internationales ''Nous les premiers '', mais elle n'est pas la seule voix. Les dirigeants de nombreux autres pays trouvent que l'idée du ''nous d'abord'' est sensée et ils se sont joints à l'appui de ses principes. ''Nous (...) Lire la suite »

« Xi le Dictateur » : un mythe né de l’ignorance et des préjugés (Counterpunch)

Thomas HON WING POLIN
Le buzz dans les médias occidentaux a commencé il y a des années. Il a récemment atteint un crescendo avec le XIXe Congrès du Parti communiste chinois qui a confié un second mandat à Xi Jinping en tant que dirigeant national. On a beaucoup glosé sur le fait que Xi serait maintenant le leader chinois le plus puissant depuis Mao et Deng, et même Mao lui-même. Il l'aurait emporté dans les luttes de pouvoir habituelles, et aurait supplanté ses rivaux, dit-on. Le nouveau néologisme à la mode est « Xiconomics », qui laisse entendre qu'il aurait aussi pris le contrôle de l'économie Chinoise. Tout cela assorti des éternelles allusions aux dangers de la dictature, de l’hyper-concentration des pouvoirs, de l'abus d'autorité, de la répression, etc. Cette vision occidentale ne fait que démontrer, une fois de plus, l'ignorance et les préjugés dont ceux qui la colportent font preuve depuis longtemps à l'égard de la Chine. Pour comprendre la position de Xi Jinping, il faut étudier de plus près la nature de la (...) Lire la suite »
La Chine s’est éveillée pendant que nos médias anesthésiaient la France

Onze prouesses scientifiques et techniques de la Chine en 2017

Valet MATTI

Bien au-delà des préjugés attardés d’une Chine seulement capable de copier les techniques occidentales voici quelques exemples des réalisations de la Chine dans les domaines scientifiques et techniques qui témoignent de ses progrès remarquables.

Le 18 janvier, le premier satellite expérimental de science quantique du monde « Mo Zi » (Micius) a été officiellement livrée à son unité utilisatrice. Quelques mois plus tard, le 16 juin, une importante réalisation scientifique a été annoncée : des scientifiques chinois sont arrivés au premier plan sur la scène internationale en réussissant à envoyer des particules quantiques aléatoires intriquées d'un satellite à des stations au sol séparées par 1 200 kilomètres et de façon bidirectionnelle. Peu de temps après, « Mo Zi » a publié des résultats de téléportation stellaire quantique expérimentale. Pour la première fois dans le monde, « Mozi » a réussi la distribution de clés quantiques à haute vitesse du satellite vers le sol, posant ainsi les bases solides pour l'établissement d'un réseau de communication quantique mondial le plus sûr et le plus sécurisé qui soit. C'est aussi l'une des expériences les plus difficiles à laquelle a procédé le satellite, qui rappelle souvent la transmission dans l'espace-temps que l'on (...) Lire la suite »
33 
En 25 ans, la Chine a sorti de la pauvreté extrême 635 millions de personnes – soit le total de la population africaine

Quatre choses à savoir sur la Chine dans le cadre du XIXème congrès du Parti communiste

Marc VANDEPITTE

La communication médiatique occidentale sur le XIXème congrès du Parti communiste chinois a été affligeante. L’attention a presque exclusivement porté sur les “marionnettes du spectacle”, sur un seul homme et les spéculations à propos de l’hypothétique étendue de son pouvoir. Toutefois ce congrès ne portait pas sur la personne de Xi Jinping mais sur les changements et les défis fondamentaux du plus grand pays au monde. Mais nous n’avons pas appris grand chose à ce sujet, sinon quelques clichés éculés.

1. L’économie Au cœur du congrès : le fait que la Chine se trouve dans une nouvelle ère de développement. L’expression “ère nouvelle” figurait 36 fois dans le discours du président Xi. L’ère ancienne s’est caractérisée par le développement rapide de l’économie et de la technologie, parallèlement à l’inégalité sociale et aux problèmes environnementaux. L’ère nouvelle œuvre pour une croissance durable et équilibrée, une meilleure qualité de vie pour la population, davantage de participation et un rôle plus prépondérant sur la scène mondiale (1) Nous donnons ci-après quelques informations contextuelles sur un certain nombre de domaines dans la société chinoise en pleine mutation, en plein “développement”, dans l’espoir de pouvoir étayer plus solidement les connaissances et ou les critiques. Des chiffres qui donnent le tournis Ces 35 dernières années la croissance a été tout bonnement phénoménale. Le PNB par habitant a été multiplié par 17, oui vous lisez bien, par 17. En comparaison, celui de l’Inde a quadruplé pendant (...) Lire la suite »
61 

Libé : porte-voix de Dharamsala ?

André LACROIX

Sous le titre "Le monde devrait s’inquiéter des atteintes à l’environnement au Tibet", on a pu lire sur le site de Libé du 29/11/2017 une interview par Laurence Defranoux de Dolma Tsering, députée du « Parlement tibétain en exil ». C’est le droit, bien sûr, d’un organe de presse d’interviewer n’importe qui ; mais ne serait-ce pas aussi son devoir de faire preuve d’un minimum d’esprit critique ?

Rien que le bandeau de présentation donne un aperçu des préjugés de la journaliste. Elle nous dit que « Dolma Tsering (...) est née au Tibet en 1959, neuf ans après l’invasion du pays himalayen par l’armée de la Chine communiste. » Invasion ? En fait, la Chine n’a fait que récupérer une province traditionnelle ayant échappé pour un temps (de 1911 à 1950) à son contrôle à cause des problèmes de la jeune république (seigneurs de la guerre, rivalité entre communistes et Guomindang, agression japonaise). Il est assez lamentable qu’un journal au bon nom de Libération taxe d’« invasion » l’arrivée au Tibet de l’APL (Armée populaire de Libération) qui a effectivement libéré la population d’un pouvoir théocratique millénaire. Pour rappel, les paysans tibétains étaient astreints aux corvées ; ils pouvaient être vendus comme du bétail ; les esclaves fugitifs pouvaient subir l’arrachage des yeux (énucléation), l’arrachage de la langue, la section des tendons, l’amputation de bras, de jambes, ou être écorchés vifs. Première (...) Lire la suite »

Des Forces Spéciales d’Elite chinoises arrivent en Syrie.

Fars News

Le Centre de Réconcilation pour la Syrie a annoncé ce mercredi que des Forces spéciales Chinoises vont incessamment arriver en Syrie pour participer au combat contre les groupes terroristes. Le Centre russe déclare que les Forces chinoises vont se rendre rapidement en Syrie afin d'intensifier les actions contre le Parti islamique « Al-Turkistan » qui ont été ciblées par les troupes de l'Armée syrienne.

Des Forces Spéciales d'Elite chinoises arrivent en Syrie pour se joindre à la lutte antiterroriste. Teheran (FNA). Le Centre cite des sources du Ministère de la Défense Chinois déclarant que les « Night Tigers » et les Sibérian Tigers » spécialisés dans les actions anti-terroristes allaient arriver rapidement en Syrie pour s'attaquer au « Mouvement Islamique Oriental » dans la Province de Damas. « Al-Watan online », dans son édition en arabe, rapportait ce lundi que des membres du Parti Islamique Al-Turkistan s'étaient affrontés avec le groupe terroriste rival « Ansar Turkistan » dans la base aérienne d'Abu ai-Dhonhour dans le Sud-Est pour la première fois. « Al-Watan » rapportait de sources proches des deux côtés combattants disant que des différents concernant la menée des opérations contre l'Armée régulière avaient causé des incidents entre les deux parties. Il ajoutait que les troupes régulières, (De l'AAS), s'étaient déployées à quelques 17 kilomètres de la base aérienne dans la direction de l'Est. « (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 170