RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
17 
Dans de nombreux pays (y compris les Etats-unis) des intellectuels mondialement connus et reconnus dénoncent l’infaux. Aucun n’est Français

La CIA a inventé le mythe du « génocide ouïghour »

Quand les mensonges atteignent leur but et se pétrifient en statues difficilement démontables, la vérité, qui n’a jamais cessé d’avancer, finit par arriver.
Et donc, si le livre de Maxime Vivas (https://www.legrandsoir.info/qui-est-maxime-vivas-ce-francais-qui-deno...) a pu faire (mars 2024) la démonstration que la campagne sur les Ouïghours est une création de la CIA, il ne pouvait intégrer le document suivant, publié en avril, et qui apporte bien des détails qui corroborent (et plutôt dix fois qu’une) ce qu’il a écrit et qui lui a tellement été reproché par la classe politico-médiatique française.

LGS

Le 14 mars, Reuters a publié un rapport qui fait l’effet d’une bombe (bombshell report : en 2019, la Maison Blanche de Donald Trump a lancé une campagne d’influence clandestine de la CIA pour salir la réputation internationale de la Chine.

(Article publié dans AFRIQUE Asie par Patrick Macfarlane*)

Selon trois anciens responsables américains ayant une connaissance directe, « la CIA a créé une petite équipe d’agents qui ont utilisé de fausses identités sur Internet pour diffuser des récits négatifs sur le gouvernement de Xi Jinping tout en divulguant des renseignements désobligeants à des organes de presse étrangers. » Les informations diffusées « ciblaient l’opinion publique » tant au niveau international qu’en Chine même. En plus d’influencer l’opinion publique, la campagne a cherché à « attiser la paranoïa chez les hauts dirigeants [chinois] » qui tentaient de retracer les informations divulguées.

Le rapport précise que les agents de la CIA ont « encouragé les allégations [de corruption] » contre des responsables du gouvernement chinois et « dénoncé la corruption et le gaspillage de l’initiative chinoise de la ceinture et de la route« . Bien que ces efforts spécifiques aient été identifiés, les anciens responsables américains ont refusé de nommer d’autres récits qui ont été avancés.

Reuters n’a pas confirmé que la campagne s’est poursuivie sous la présidence de Joe Biden, mais deux « historiens du renseignement anonymes » ont déclaré à Reuters que de telles « conclusions présidentielles » restent souvent en place d’une administration à l’autre.

L’existence de cette campagne d’influence de la CIA est probable compte tenu du contexte historique plus large.

L’administration Trump a marqué l’accélération extrême de la nouvelle guerre froide des États-Unis contre la Chine. Cela a commencé lorsque le Pentagone a publié sa stratégie de défense nationale de 2018, qui a déclaré un recentrage du « contre-terrorisme » au Moyen-Orient vers la « concurrence des grandes puissances » avec la Russie et la Chine.

Par la suite, 2019 a été une année record pour l’escalade occidentale contre Pékin. En octobre 2019, le ministère de la Défense a créé un nouveau bureau axé uniquement sur la confrontation avec la Chine, appelé « secrétaire adjoint à la défense pour la Chine« . En décembre 2019, l’OTAN a désigné la Chine comme un « défi » émergent. En 2019 et 2020, l’administration Trump a doublé les transits navals américains dans le détroit de Taïwan par rapport aux années précédentes et a effectué environ 1 000 vols de reconnaissance au-dessus de la mer de Chine méridionale. Bien entendu, lorsque la pandémie de COVID-19 est arrivée en 2020, elle a été immédiatement imputée à la Chine.

En dépit des efforts susmentionnés, la nouvelle guerre froide menée par les États-Unis contre la Chine était principalement axée sur l’information. Les États-Unis ont cherché à isoler la Chine sur la scène mondiale en ternissant sa réputation internationale, en justifiant les sanctions et en entravant les échanges commerciaux. Cela était clair avant même les nouvelles révélations de la CIA.

Outre le fait de rendre ce pays responsable du COVID-19, le récit du « génocide ouïghour » a été le principal moyen d’atteindre cet objectif. Mais quelle importance, le cas échéant, la révélation de la CIA apporte-t-elle aux faits de ce récit tels que nous les connaissons déjà ?

La CIA était présente à chaque étape du processus.

2019 est l’année où une ONG appelée « Tribunal chinois » a commencé à adresser une pétition au Conseil des droits de l’homme de l’ONU, accusant le Parti communiste chinois de mener une opération industrielle de prélèvement d’organes dont les dissidents chinois et les musulmans ouïghours étaient les victimes.

En janvier 2021, l’administration Trump a utilisé cette affirmation à des fins militaires lorsque le secrétaire d’État Mike Pompeo [1], fraîchement débarqué de son poste de directeur de la CIA, a officiellement accusé la Chine de commettre un génocide contre les musulmans ouïghours dans sa région autonome la plus à l’ouest, le Xinjiang. Pour étayer cette affirmation, Pompeo s’est référé aux conclusions d’un rapport de 2020 rédigé par un sociologue allemand du nom d’Adrian Zenz. Ce rapport s’intitule « Setilizations, IUDs, and Mandatory Birth Control :The CCP’s Campaign to Suppress Uyghur Birthrates in Xinjiang« . En mars 2021, Zenz a publié un rapport supplémentaire intitulé « The Uyghur Genocide :An Examination of China’s Breaches of the 1948 Convention« .

Les médias du monde entier ont déclaré que ces rapports étaient rédigés par des « tiers indépendants ». Rien n’aurait pu être plus éloigné de la vérité.

Le Tribunal chinois a des liens directs avec le groupe religieux marginal Falun Gong, une secte spiritualiste chinoise qui dirige The Epoch Times et New Tang Dynasty. En outre, les rapports de Zenz ont été publiés par des groupes de réflexion néoconservateurs, notamment la Fondation Jamestown, le Newlines Institute et le Centre Wallenberg pour les droits de l’homme. La Fondation Jamestown a été fondée par feu William Casey, directeur de la CIA. Le Newlines Institute est dirigé, entre autres, par d’anciens employés de la société d’espionnage privée Stratfor, la « CIA de l’ombre ».

Moi-même et d’autres personnes, dont Max Blumenthal, Gareth Porter et Ajit Singh, avons démontré que chaque rapport contenait d’importantes erreurs statistiques, des problèmes de crédibilité, des traductions erronées des documents sources et des déclarations propagandistes erronées. Ces analyses sont disponibles ailleurs.

Chacun des rapports de Zenz s’appuie en partie sur des « documents du gouvernement de la RPC ayant fait l’objet d’une fuite » pour étayer ses conclusions. Ces documents sont cités par Zenz comme la « liste Karakax« , la « liste Aksu » et les « câbles chinois« .

La liste Karakax indiquerait les raisons pour lesquelles 311 personnes ouïghoures ont été internées dans des « camps de rééducation » au Xinjiang.

Les « câbles chinois » seraient constitués d’un « manuel d’opérations pour la gestion de camps de détention de masse », de quatre « informations secrètes » provenant d’un système de collecte massive de données sur les Ouïghours et d’un document de condamnation d’un tribunal régional dans lequel un Ouïghour a été condamné à dix ans d’emprisonnement pour avoir dit à ses collègues de pratiquer le « halal ».

Selon Zenz, la liste Karakax a été divulguée par la même source que celle qui a divulgué les « Câbles de la Chine« . Le Consortium international des journalistes d’investigation, l’organisation qui a publié les « Câbles de la Chine« , affirme avoir reçu les fuites « par l’intermédiaire d’une chaîne d’exilés ouïghours« , mais a confirmé l’authenticité du document auprès de plusieurs experts de premier plan, dont James Mulvenon, vice-président de Defense Group Inc, Zenz, et plusieurs sources de renseignement qui ne peuvent être identifiées.

En 2019, l’auteur de la fuite s’est identifié comme étant Mme Asiye Abdulaheb, une Ouïghoure en exil vivant aux Pays-Bas. Mme Abdulaheb a déclaré aux journaux néerlandais qu’elle avait quitté la Chine en 2009, bien que les documents qu’elle a divulgués soient datés de 2017. Elle n’a pas révélé comment elle avait obtenu ces documents.

Quant à la liste Aksu, Human Rights Watch admet qu’elle lui a été communiquée par Radio Free Asia, une antenne de la CIA datant de l’époque de la guerre froide et créée pour diffuser la propagande américaine sur tout le continent.

– Le candidat républicain à la présidence et ancien président des États-Unis Donald Trump organise un rassemblement de campagne au Forum River Center à Rome, en Géorgie, aux États-Unis, le 9 mars 2024. L’administration Trump a marqué l’accélération extrême de la nouvelle guerre froide des États-Unis contre la Chine. Cela a commencé lorsque le Pentagone a publié sa stratégie de défense nationale de 2018, qui a déclaré un recentrage du « contre-terrorisme » au Moyen-Orient vers la « concurrence des grandes puissances » avec la Russie et la Chine. REUTERS/Alyssa Pointer/File Photo Achat de droits de licence

En juillet 2022, Zenz a publié une fuite conjointement avec la Victims of Communism Memorial Foundation, un autre projet anticommuniste de la guerre froide cofondé par le conseiller à la sécurité nationale du président Jimmy Carter, Zbiegniew Brzezinski. Zenz lui a donné le titre inquiétant de « The Xinjiang Police Files » (les dossiers de la police du Xinjiang).

Zenz affirme que les documents sont des « preuves sans précédent » qui « prouvent la nature carcérale des camps de rééducation [et] montrent l’implication directe des principaux dirigeants chinois dans la campagne d’internement de masse« . La publication comprend plus de 2 800 images de détenus, plus de 300 000 dossiers personnels, plus de 23 000 dossiers de détenus et plus de 10 instructions de la police des camps. Selon Zenz, les documents ont été obtenus grâce au piratage d’un « tiers » qui s’est introduit dans les systèmes informatiques de fonctionnaires locaux du gouvernement chinois.

Lorsque les documents ont été mis à la disposition du public, certaines anomalies ont été détectées.

Par exemple, certaines métadonnées des documents indiquaient qu’ils avaient été édités par Zenz et un contractant de la sécurité nationale nommé Ilshat Kokbore. Il s’avère que Kokbore était également le président de l’American Uyghur Association et le directeur des affaires chinoises du World Uyghur Congress, une ONG basée à Washington qui reçoit des fonds de la National Endowment for Democracy (NED). La NED a été qualifiée de « deuxième CIA » par l’un de ses fondateurs, Allen Weinstein, parce qu’elle effectue ouvertement le travail que la CIA faisait secrètement.

D’autres se sont interrogés sur les anomalies visuelles des images de détenus, qui suggèrent qu’elles ont pu être générées par ordinateur.

Zenz a utilisé les fuites comme pièce maîtresse de ses rapports accusant la Chine sur la scène internationale. Ils ont été cités par tous les grands médias, par le département d’État américain et même par le Haut Commissaire des Nations unies pour les droits de l’homme.

Les rapports de Zenz ont été vendus au niveau international comme étant « impartiaux » et « indépendants« , mais les révélations de Reuters placent les agents de la CIA en Chine dans une situation de « fuite de renseignements » dans le but avoué de détruire la réputation internationale de la Chine. Cette opération s’est déroulée pendant les premières années des allégations de génocide des Ouïghours.

On ne saurait trop insister sur le poids de cette révélation.

Patrick MACFARLANE

*Patrick MacFarlane est Justin Raimondo Fellow au Libertarian Institute, où il prône une politique étrangère non interventionniste. Il est avocat dans le Wisconsin et exerce en cabinet privé. Il est l’animateur de Vital Dissent sur www.vitaldissent.com, où il cherche à s’opposer à l’escalade calamiteuse de la politique étrangère américaine en dénonçant les récits de l’establishment à l’aide de documentaires bien documentés et d’interviews d’invités perspicaces. Son travail a été publié sur antiwar.com, GlobalResearch.ca et Zerohedge. Il peut être contacté à l’adresse suivante : patrick.macfarlane@libertyweekly.net

Antiwar.com

Traduit par Brahim Madaci

https://www.legrandsoir.info/qui-est-maxime-vivas-ce-francais-qui-deno...

NOTE DU GRAND SOIR
Extrait du livre de Maxime Vivas, une très courte vidéo où Pompeo, hilare, explique à des étudiants secoués par le rire que, quand il était directeur de la CIA, ils ont menti, volé, triché : "C’est comme si on avait été programmé pour cela".

»» https://www.afrique-asie.fr/la-cia-a-invente-le-mythe-du-genocide-ouighour/
URL de cet article 39512
  

Même Thème
Les Chinois sont des hommes comme les autres
Maxime VIVAS
Zheng Ruolin (Ruolin est le prénom) publie chez Denoël un livre délicieux et malicieux : « Les Chinois sont des hommes comme les autres ». L’auteur vit en France depuis une vingtaine d’années. Son père, récemment décédé, était un intellectuel Chinois célèbre dans son pays et un traducteur d’auteurs français (dont Balzac). Il avait subi la rigueur de la terrible époque de la Révolution culturelle à l’époque de Mao. Voici ce que dit le quatrième de couverture du livre de ZhengRuolin : « La Chine se (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le cynisme particulier des États-Unis est que durant toute l’existence de Cuba révolutionnaire, ils ont délibérément cherché une stratégie pour étrangler le pays, discriminer son peuple et détruire l’économie.

Maria Zarajova
porte-parole du Ministère des Affaires Étrangères de Russie

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.