RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Droits des animaux

Macron, privilèges et ... chasse à courre : l’Ancien Régime s’accroche !

Claire VÉRILHAC

Inutile de rappeler la longue liste des privilèges accordés par l'actuel monarque aux riches, aux puissants, aux courtisans. Inutile également de rappeler son mépris affiché pour les manants, sommés d'enrichir toujours plus la caste des profiteurs. Jamais, depuis que le roi est « élu », l'Ancien Régime ne s'était affiché avec autant de morgue. Et parmi les prérogatives des seigneurs : la chasse !

Le "président" Macron a d'ores et déjà annoncé son soutien à la chasse sous toutes ses formes : diminution de moitié du coût du permis de chasse, retour des "chasses présidentielles" à Rambouillet, abandonnées par ses prédécesseurs, et bien sûr maintien de la pratique barbare de la chasse à courre ! PROPOSITION DE LOI relative à l'interdiction de la chasse à courre, rédigée et déposée par Bastien Lachaud, député France Insoumise présentée par Mesdames et Messieurs Bastien LACHAUD, Mathilde PANOT, Jean-Luc MÉLENCHON, Adrien QUATENNENS, Michel LARIVE, Alexis CORBIÈRE, Éric COQUEREL, Ugo BERNALICIS, Caroline FIAT, Loïc PRUD’HOMME, Émilie GUEREL, Éric STRAUMANN, Jean-Paul LECOQ, Marie-George BUFFET, Sébastien JUMEL, Florence GRANJUS, Maud PETIT, Erwan BALANANT, Patricia GALLERNEAU, députés. EXPOSÉ DES MOTIFS Mesdames, Messieurs, La chasse à courre, à cor et à cri est une pratique nobiliaire, oligarchique et barbare, digne d’un autre âge. Elle doit être interdite dans notre pays, comme la Grande Révolution de 1789 (...) Lire la suite »

Changer le statut de l’animal dans le code civil ? Pourquoi faire ? On n’est pas en Russie !

Jérôme HENRIQUES

Dans une interview accordée à La France Agricole, publiée ce 21 février (1), veille de l’ouverture du Salon de l’Agriculture à Paris, François Hollande a caressé les agriculteurs dans le sens du poil.

Il s'est ainsi engagé à : 1) Laisser tranquille les exploitants : "un régime plus simple pour accélérer les décisions de modernisation de certaines d'exploitations" ... "relever d'une procédure d'enregistrement et non plus d'un mécanisme d'autorisation". 2) Conserver le statut de "bien meublé" des animaux dans le code civil : "beaucoup d'efforts ont été réalisés pour le bien-être animal sans qu'il soit nécessaire de le traduire par une loi. Dans le code rural notamment, l'animal est déjà considéré comme un être sensible. Pourquoi ajouter d'autres considérations ?" Il semble ainsi que le président ait voulu s'inscrire dans une démarche républicaine et modérée puisqu'il ne faut pas oublier que : 1) Staline voulait tout réglementer 2) Hitler voulait protéger les animaux et que, d'après mon voisin "tout ça, on voit bien ce que ça a donné". On peut quand même lui reprocher de ne pas avoir tenu ses promesses électorales. Ainsi, dans une lettre de réponse à l'association de défense des animaux L214 (2), ses (...) Lire la suite »