RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Facebook

Facebook supprime le compte Sayed Hasan et toutes ses pages

Sayed Hasan

Encore une source importante qui disparaît... Un des rares sites à nous fournir des opinions en provenance du Moyen-Orient autres que celles des attachés de presse d’Israël... - LGS

Au mois de janvier, Facebook a procédé à la suppression de ma page Resistance News Unfiltered (plus de 6000 abonnés), qui diffusait mes contenus anti-sionistes et anti-impérialistes traduits en anglais (discours de Hassan Nasrallah, Bachar al-Assad, Vladimir Poutine, Ali Khamenei, articles de Norman Finkelstein ou Jonathan Cook, etc.). Ce jour, le 18 mai 2019, Facebook a supprimé ma page Le Cri des peuples (plus de 9000 abonnés, encore visible en cache) qui les diffusait en français et ma page en anglais que je venais de recréer. Mon compte personnel lui-même a été supprimé, sans qu’il n’en reste aucune trace (même mes amis ne peuvent plus me retrouver dans leur liste de contacts). Et tout cela a sans la moindre notification ou explication, ni même aucun avertissement préalable. La boucle est bouclée : après avoir été déclaré persona non grata sur Youtube (suppression de ma chaîne de près de 10 000 abonnés et plus de 6 millions de vues en décembre 2017), Hassan Nasrallah est donc définitivement banni de (...) Lire la suite »

Les États-Unis ont l´intention de répandre leur propagande à Cuba par Facebook

Prensa Latina
Washington, 24 août (Prensa Latina) En citant des documents existants à ce sujet, le journal Miami New Times a révélé que les États-Unis ont des plans pour utiliser Facebook pour répandre leur propagande et promouvoir la dissidence clandestine à Cuba. Dans sa version digitale, l´hebdomadaire a expliqué qu´au centre de ces plans se trouvent l´Office de Transmissions vers Cuba (OCB), actuellement dirigée par l´ancien maire de Miami Thomas Regalado, et qui est en charge de Radio Marti, TV Marti et Marti Noticias (3 médias opposés au gouvernement cubain). Selon ce média, les buts de ces opérations sont détaillés dans les documents budgétaires pour les années fiscales 2018 et 2019 du Comité de Gouverneurs de Radiodiffusion des États-Unis. Alors qu´il existe dans ce pays une suspicion de prétendue interférence russe lors des élections de 2016, ce média nous informe qu´il y a des plans pour utiliser des comptes cubains de Facebook, "natifs" et "sans étiquettes", pour diffuser le contenu créé par le gouvernement (...) Lire la suite »

Un site d’actualités vénézuéliennes réputé est la dernière victime de Facebook

Venezuelanalysis

Facebook a encore supprimé la page d’un média. Cette fois, il ne s’agit pas d’un réseau d’extrême droite comme Infowars, mais de "la seule plateforme médiatique indépendante vénézuélienne de gauche en anglais", le site d’information Venezuela Analysis, noté sur Twitter.

Les administrateurs du site d’information ont été informés par Facebook, jeudi, que leur page avait été "dépubliée" en raison d'une "activité récente" qui "n’est pas conforme aux règles des pages Facebook". Lorsqu'une page Facebook n'est pas publiée, elle n'est plus consultable par le public, seulement par les administrateurs. Venezuela Analysis aura la possibilité de faire appel de la décision. On ne sait pas exactement quelle activité spécifique a motivé la décision de FB. Le site a réagi en disant : c’est une "tentative évidente de bloquer notre couverture locale de la situation sur le terrain au Venezuela. Avez-vous besoin de plus de preuves que [Facebook] est le bras armé des [médias grand public] pour censurer les voix alternatives ?" Le site a également indiqué que sa page a été dépubliée après qu’il a posté un "article brillant qui démolissait la couverture lamentable des [médias grand public] sur la tentative d'assassinat contre le [président vénézuélien Nicolas Maduro", samedi. L'organe (...) Lire la suite »
12 

La manipulation mentale ou comment récolter les données de Facebook, laver le cerveau des électeurs et faire basculer les élections (Counterpunch)

Roberto J. González
Dans les jours et les semaines qui ont suivi les élections présidentielles de 2016, des rapports ont fait surface sur la façon dont une petite société de conseil politique britannique, Cambridge Analytica, aurait pu jouer un rôle central dans la victoire surprise de Donald Trump. La société s’est vantée d’avoir créé des algorithmes dans le but d’influencer les électeurs américains en utilisant des publicités politiques ciblées individuellement. La firme aurait ainsi établi les profils de personnalité de millions de citoyens en collectant jusqu'à 5000 données par personne. Cambridge Analytica a ensuite utilisé ces outils 'psychographiques' pour envoyer aux électeurs des messages en ligne soigneusement élaborés sur des candidats ou des questions politiques brûlantes. Bien que les consultants politiques utilisent depuis longtemps des techniques de 'micro-ciblage' pour cibler des groupes ethniques ou religieux ou des groupes d'âge ou de revenu, l'approche de Cambridge Analytica est inhabituelle : l'entreprise (...) Lire la suite »

La fin de l’Internet ouvert et le retour à l’âge des ténèbres (Counterpunch)

Jonathan COOK

Peut-on encore douter que l’accès à un internet relativement libre et ouvert s’achève rapidement en Occident ? En Chine et dans d’autres régimes autocratiques, les dirigeants ont tout simplement détourné l’Internet à leur guise, censurant les contenus qui menacent leur pouvoir. Mais dans l’Occident "démocratique", les chose se passent différemment. L’État n’a pas besoin d’intervenir directement - il sous-traite son sale boulot aux entreprises privées.

Dès le mois prochain, le net pourrait devenir le jouet exclusif des plus grandes sociétés, décidées à tirer le plus de profit possible de la bande passante. Pendant ce temps, les outils pour nous aider à développer une pensée critique, la dissidence et la mobilisation sociale disparaîtront au fur et à mesure que « neutralité du net » deviendra un souvenir, une étape transitoire dans la « maturation » du réseau. En décembre, la Federal Communications Commission (FCC) américaine prévoit d'abroger les règlements déjà compromis qui sont en place pour maintenir un semblant de « neutralité du Web ». Son président, Ajit Pai, et les entreprises qui sont des fournisseurs de services Internet veulent faire disparaître ces règles, à l'instar du secteur bancaire qui s'était débarrassé de la réglementation financière pour pouvoir transformer nos économies en de gigantesques bulles spéculatives. Cela pourrait constituer le coup de grâce à la gauche et à sa capacité de faire entendre sa voix sur la place publique. Ce sont des (...) Lire la suite »
11 

De Big Brother à Big Data

Pierre VERHAS

Le nouveau jeu à la mode : « Pokemon go ». Il s’agit via un smartphone de trouver et d’éliminer un maximum de « pokemon », c’est-à-dire de petits personnages fictifs qui peuvent se trouver virtuellement en n’importe quel endroit réel. Par une belle opération de marketing, les promoteurs de ce jeu entraînent des milliers d’usagers à se livrer à une sorte de chasse en se déplaçant avec leur smartphone dans tous les endroits possibles et imaginables où parfois au péril de leur vie, ils échappent à tout contact avec le monde tangible. On peut trouver des « pokemon » jusque dans le site du camp d’Auschwitz, ce qui prouve que pour les transnationales du Big Data il n’y a ni frontière ni valeur morale, seule la valeur financière compte.

Cela inquiète à juste titre les autorités qui ignorent comment lutter contre ce phénomène. Mais leur inquiétude porte sur la sécurité des usagers et non sur les nuisances provoquées par la conception de ce jeu. Dans un Etat digne de ce nom, « Pokemon go » serait purement et simplement interdit. Mais « Pokemon go » rapporte gros à ses promoteurs, les puissantes entreprises transnationales de l’informatique. Et – c’est le plus dangereux – l’application « Pokemon go » met ses usagers en condition pour l’avenir que nous préparent ces entreprises, c’est-à-dire une vie dans un monde où l’on ne pourra plus séparer l’illusion virtuelle du monde tangible. On vivra désormais dans une caverne de Platon high tech. Comment cela ? C’est expliqué dans un ouvrage récent intitulé L’homme nu, la dictature invisible du numérique par le romancier et ancien chef d’entreprise Marc Dugain et le journaliste spécialiste de l’informatique à l’hebdomadaire Le Point, Christophe Labbé. Cette dictature du numérique s’appelle le Big Data. (...) Lire la suite »

Devenir patriote avec facebook

Chien Guevara
Après les lâches attentats parisiens que nous venons de vivre, il est évident que je suis attristé ; et toutes mes pensées vont vers les familles des victimes et blessés. Il est clair aussi que je ne suis pas vraiment surpris par ce qui s'est passé : à force de bombarder ailleurs, il est normal d'être attaqué chez soi ; la guerre à sens unique ne peut durer qu'un certain temps. Les dirigeants occidentaux "rétablisseurs de démocratie" dans les pays qui ne leur ont rien demandé, sont en grande partie responsables des attentats que leurs citoyens subissent... Mais, bon, là n'est pas le sujet de cet article.Tous les médias se chargent d'en parler, tous les partis politiques essayent d'en tirer profit, et je ne suis ni journaliste, ni politicien. En fait, comme dans tout évènement très émotionnel, il y a des mouvements Browniens de solidarité nationale qui naissent spontanément (ou presque...). En janvier, ce fut le fameux "Je Suis Charlie". Du jour au lendemain, tout le monde était Charlie, même ceux qui (...) Lire la suite »