RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Immigration/Migration

Immigration : plus de sérieux, moins de petits jeux

Jean-Luc MELENCHON
Un article de « Libération » fait un récit inacceptable d’une discussion du groupe parlementaire « La France insoumise » à propos d’un texte diffusé par Regards, Mediapart et Politis sur l’immigration. Cet article de « Libération » appelle plusieurs mises au point. La première pour garantir notre liberté collective. En effet notre groupe doit pouvoir continuer à discuter librement des questions qui sont posées à ses membres sans que ces discussions soient aussitôt retranscrites sous la forme de psychodrame de « division » ou de « déchirements » par un média qui écoute aux portes et prétend avoir ses « informations » de l’intérieur. Faute de quoi aucune discussion n’est plus possible et une ambiance mortifère de méfiance mutuelle rend impossible toute vie commune. C’est sans aucun doute le but recherché ici. La seconde concerne la liberté de chacun des membres du groupe. Celle-ci reste totale. Elle n’est pas mise en cause. Chacun d’entre nous reste maître de son point de vue et de son expression publique y compris (...) Lire la suite »
12 

La « crise des migrants » et le poids des structures

Bruno GUIGUE
Ce qu’il est convenu d’appeler « la crise des migrants » est un phénomène à multiples facettes, mais il est rarement étudié en profondeur. Le commentaire dominant décrit les flux de population et les dilemmes qu’ils entraînent, mais on se garde bien d’indiquer la puissance des mécanismes qui les produisent. On préfère commenter la conjoncture plutôt qu’analyser les structures. Comme s’il fallait enfouir sa tête dans le sable, le rapport de causalité entre pauvreté et migration est le parent pauvre d’une couverture médiatique de la crise qui privilégie les querelles franco-françaises entre « mondialistes » et « populistes ». Si l’on prend la peine de s’y attarder, pourtant, on voit que cette crise résulte d’un état du monde dont les pays riches sont bénéficiaires, qu’elle est l’effet visible de l’échange inégal et qu’on n’y comprend rien si l’on ignore le poids des structures. Pour commencer l’analyse, on peut partir d’un paradoxe : curieusement, ceux qui s’indignent de « l’invasion migratoire » sur le sol français ne (...) Lire la suite »

Immigration : parlons obscur - « migrations » ou « nomadisme migratoire » - Réponse à Jacques Julliard

Fabrice AUBERT

Préambule : Ecrit en 4 jours et quelques moments nocturnes, j’espère que ce papier sera utile aux lecteurs de LGS et d’ailleurs pour que les militants dans les échanges rugueux que nous allons avoir dans les semaines qui viennent, puissent argumenter, non sur les valeurs humaines que nous partageons, mais sur des données incontestables. Ce papier n’est pas un pamphlet, mais une réponse argumentée, à l’idéologue de service qui a allumé la première mèche d’un baril de poudre dénommé : Europe du marché libre.

Introduction : Dans le N° 1122 de Marianne, Jacques Julliard, éditorialiste se fend d’un article intitulé : « Immigration : parler clair ». Cet article est une ignominie sans nom, tellement les assertions affichées sur le rapport étroit entre « immigration et vote populiste d’extrême droite » ne sont là que pour chercher à ramener les brebis égarées dans le troupeau de « l’Europe bêlante », celle du « marché libre et non faussé » et ainsi empêcher toute réflexion citoyenne. De mon côté, tout ce qui est avancé est argumenté. Pourquoi je parle d’Europe alors que Julliard parle d’immigration ? S’agit-il d’un procès d’intention politicien, ou tout simplement l’annonce au lecteur de suivre attentivement le cheminement de l’article jusqu’au bout, pour ne pas perdre le fil, car finalement « quand tout s’obscurcit, c’est le fil d’Ariane qui nous fait trouver la sortie et nous sauve… de la « clarté obscurantiste » des apparences ». L’immigration problème N°1 ? La première thèse développée par l’auteur serait que l’immigration (...) Lire la suite »
La Hongrie désobéissante : De l’Union Soviétique à l’Union Européenne

Changement de régime à Budapest ?

Diana JOHNSTONE
CNN a récemment découvert un paradoxe. Comment était-il possible, se demandait la chaîne, qu'en 1989, Viktor Orban, alors leader de l'opposition libérale acclamé par l'Occident, appelait les troupes soviétiques à quitter la Hongrie, et maintenant qu'il est Premier ministre, il se rapproche de Vladimir Poutine ? Pour la même raison, imbécile. Orban voulait que son pays soit indépendant à l'époque, et il veut qu'il le soit maintenant. En 1989, la Hongrie était un satellite de l'Union soviétique. Peu importe ce que les Hongrois voulaient, ils devaient suivre les directives de Moscou et adhérer à l'idéologie communiste soviétique. Aujourd'hui, la Hongrie doit suivre les directives de Bruxelles et adhérer à l'idéologie de l'UE, c'est-à-dire à "nos valeurs communes". Mais quelles sont exactement ces "valeurs communes" ? Il n'y a pas si longtemps, "l'Occident", c'est-à-dire les États-Unis et l'Europe, revendiquaient une dévotion aux "valeurs chrétiennes". Ces valeurs étaient évoquées dans la condamnation (...) Lire la suite »

Y a-t-il un rapport entre les 12 000 soldats étasuniens et les 500 000 réfugiés africains en Italie ? (Counterpunch)

Aidan O’BRIEN
Pourquoi nous faut-il répondre à cette question ? Parce que les Italiens n’en sont pas capables. L'Euro-scepticisme est florissant en Italie. Mais on ne voit fleurir l’Otan-scepticisme ni l’Etats-Unis-scepticisme. Trump, en tant que personne, déconcerte sûrement les Italiens, mais la présence de l'armée des Etats-Unis sur la péninsule italienne est un sujet tabou. La machine de guerre étasunienne se développe en Italie au même rythme que le nombre de réfugiés - ces réfugiés qui exaspèrent Rome. Cependant, en Italie, il n’est pas pensable de faire le lien entre l'une et l'autre. D’ailleurs, nulle part en l'Europe, on ne fait jamais le lien entre les bases militaires étasuniennes et les réfugiés. L’aveuglement volontaire est, semble-t-il, la réponse favorite de l'Europe officielle à la crise des réfugiés. De fait, l'hostilité populaire, qui se manifeste à l'égard des migrants nord-africains et moyen-orientaux en Europe, contraste avec le sacrosaint silence qui entoure la présence de l'armée des EU. C'est (...) Lire la suite »

Néocolonialisme et “crise des migrants” (Il Manifesto)

Manlio DINUCCI
Des États-Unis à l’Europe, la “crise des migrants” suscite de vives polémiques intérieures et internationales sur les politiques à adopter à propos des flux migratoires. Partout cependant ceux-ci sont représentés selon un cliché qui inverse la réalité : celui des “pays riches” obligés de subir la croissante pression migratoire des “pays pauvres”. On dissimule ainsi la cause de fond : le système économique qui dans le monde permet à une minorité restreinte d’accumuler de la richesse aux dépens de la majorité croissante, en l’appauvrissant et en provoquant ainsi l’émigration forcée. Concernant les flux migratoires vers les États-Unis, le cas du Mexique est emblématique. Sa production agricole s’est écroulée quand, avec le NAFTA (l’accord nord-américain de “libre” commerce), les EU et le Canada ont inondé le marché mexicain avec des produits agricoles à bas prix grâce à leurs propres subventions publiques. Des millions de paysans se sont retrouvés sans travail, venant grossir le bassin de main d’oeuvre recrutée dans les (...) Lire la suite »

Salvini, la gauche et la décence (Sinistrainrete)

PIOTR

Malgré toutes les choses dont on peut accuser Salvini, pour le moment, au point de vue de la décence, il a gagné contre la France, contre l'Espagne et contre la gauche. Trois à zéro.

J'ai publié le 12 juin 2018 un article critique à l'égard de la politique sécuritaire de Salvini. J'y soutenais deux choses : la première, c'est que cette politique ne résoudra pas le "problème migrants", la deuxième, c'est qu'on ne peut s'opposer à cette même politique qu'à partir d'une opposition que j'appelais "de classe" faute d'un autre mot hélas pas encore en vue. Car qu'il puisse y avoir une opposition "de gauche", ce n'est qu'une déplorable illusion. La gauche des bons sentiments et la Ligue des mauvais sentiments, expliquais-je, sont comme belle-mère et belle-fille. Je soulignais en particulier, dans cet article, que ce que je considère aujourd'hui comme effrayant, ce n'est pas tant que Salvini accomplisse des actes "inhumains" à l'encontre des migrants – comme nous le verrons, ceux qui le critiquent l'ont fait et le font – qu'un dangereux empoisonnement culturel qui pourrait finir par banaliser la méfiance et le dégoût envers l'Autre. Une fois cette accusation énoncée, le problème qui (...) Lire la suite »
22 

L’Aide publique au développement détournée pour durcir les politiques migratoires

Jérôme DUVAL
L’Aide publique au développement doit en principe financer des projets dans les pays du Sud pour lutter contre la pauvreté et appuyer leur essor économique. De plus en plus, les budgets alloués sont en fait utilisés pour des politiques de contrôle migratoire. L’augmentation de façade de cette aide s’explique ainsi en partie par son détournement pour stopper les personnes migrantes aux portes de l’Europe. Un nouvel exemple en est le « Fonds fiduciaire d’urgence » de l’Union européenne [1]. Explications de Jérôme Duval, du Comité pour l’abolition des dettes illégitimes (CADTM) L’aide publique au développement (APD) est l’ensemble des dons et prêts à conditions normalement favorables accordés par des organismes publics de pays parmi les plus riches de la planète à des pays parmi les plus pauvres [2] Cette aide a atteint 146,6 milliards de dollars en 2017. La France fait partie des cinq premiers pays donateurs (avec les États-Unis, l’Allemagne, le Royaume-Uni et le Japon). Mais à quoi cette aide est-telle (...) Lire la suite »
Récit imaginaire forcément en deçà des épreuves de la Vie

Faut-il encore qu’ils nous humilient ?

PERSONNE
J’ai quitté mon Sénégal natal un peu contrainte par le destin. Depuis la disparition de Ansoumane, mon grand frère, le devenir de ma famille repose en partie sur mes épaules. Du haut de mes 21 ans, je suis réputée pour n’avoir pas froid aux yeux. Même si je n’ai guère quitté la côte qui m’a vue grandir, je suis prête à assumer la mission, non pas que j’aie le goût du risque, mais parce que je n’ai pas la crainte de l’adversité. Rapidement toute la famille jusqu’aux cousins les plus éloignés, chacun a apporté sa contribution afin de financer le projet : traverser le nord-ouest du continent et se risquer au franchissement de la mer ; mettre son destin et celui des siens entre les mains des Éléments, de la Providence, de la miséricorde divine, diront certains. Comme dit Fatoumata, ma mère : « mieux vaut mourir debout que s’étioler assise ». Il a fallu des jours, des semaines pour atteindre les côtes libyennes, de taxi-brousse en camion surchargé. Chaque heure passée dans la chaleur, chaque kilomètre parcouru (...) Lire la suite »

Une nouvelle crapulerie de Libération

Vladimir MARCIAC

Gros titre de Libération, 22 novembre 2017 : « Quattenens (LFI) pour la régularisation de tous les sans-papiers présents sur le territoire français ».

Perdues dans le corps de l’article, deux lignes citent le député de la FI et contredisent le titre : « Faut-il tous les régulariser ? « En tout cas ceux qui travaillent sur le territoire français, évidemment, ça ne se discute pas ». » Bien entendu, c’est le titre, surplombant en gros caractères l’article, qui sera le plus lu et Libération le sait. Adrien Quatennens (un t et 2 n, SVP) avait été interrogé (titillé) au micro de RTL sur l’immigration.Voir la vidéo jusqu’à 4 mn 38. Sa réponse précise sur la régularisation des sans-papiers est à 2 mn 56. Il dit qu’il faut régulariser ceux qui travaillent sur le territoire français. Il le dit deux fois. Adrien Quatennens a réagi au titre mensonger de Libération : « Non, Laurent Joffrin de Libération. Je n’ai pas parlé de « tous les sans papiers présents sur le territoire français » mais de « tous les sans papiers qui travaillent sur le territoire français ». Merci de corriger ». Que croyez-vous qu'il arriva ? Libération a corrigé, en catimini. La faute n’existe pas (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80