Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Y a-t-il un rapport entre les 12 000 soldats étasuniens et les 500 000 réfugiés africains en Italie ? (Counterpunch)

Pourquoi nous faut-il répondre à cette question ? Parce que les Italiens n’en sont pas capables. L’Euro-scepticisme est florissant en Italie. Mais on ne voit fleurir l’Otan-scepticisme ni l’Etats-Unis-scepticisme. Trump, en tant que personne, déconcerte sûrement les Italiens, mais la présence de l’armée des Etats-Unis sur la péninsule italienne est un sujet tabou.

La machine de guerre étasunienne se développe en Italie au même rythme que le nombre de réfugiés - ces réfugiés qui exaspèrent Rome. Cependant, en Italie, il n’est pas pensable de faire le lien entre l’une et l’autre.

D’ailleurs, nulle part en l’Europe, on ne fait jamais le lien entre les bases militaires étasuniennes et les réfugiés. L’aveuglement volontaire est, semble-t-il, la réponse favorite de l’Europe officielle à la crise des réfugiés. De fait, l’hostilité populaire, qui se manifeste à l’égard des migrants nord-africains et moyen-orientaux en Europe, contraste avec le sacrosaint silence qui entoure la présence de l’armée des EU.

C’est comme si la crise des réfugiés était un mystère métaphysique - comme si elle n’avait aucune cause. On pourrait penser que les guerres qui ont provoqué les mouvements de population vers l’Europe pousseraient les Européens à remettre en question les tenants et aboutissants de ces guerres. Mais c’est sans doute trop rationnel pour les Européens d’aujourd’hui. L’Europe préfère remettre en question la bonne foi des victimes de la guerre, plutôt que les intentions belliqueuses des États-Unis.

Le dernier fiasco politique en Italie en est un exemple frappant. Les dernières élections générales en Italie (mars) ont finalement donné, en mai/juin, un gouvernement dominé par le mouvement anti-establishment Cinq étoiles. Cependant, l’esprit de rébellion contre le statu quo italien qui les avait portés au pouvoir s’est transformée immédiatement en diatribe raciste.

La Ligue du Nord, partenaire de la coalition du Mouvement des cinq étoiles, a été le fer de lance de ce débat. Le leader de la "Ligue" - Matteo Salvini - est le dernier dur de dur italien. En tant que nouveau ministre de l’Intérieur italien, il peut s’en prendre à qui il veut. Et, sans un mot de protestation du Mouvement Cinq étoiles, Salvini s’en est pris aux personnes les plus faibles du monde - les réfugiés africains naviguant sur des bateaux de fortune à travers la Méditerranée - en direction de l’Italie.

En juin, un bateau appelé Aquarius - affrété par une ONG française - avait 630 réfugiés africains à son bord et voulait s’amarrer dans un port italien. Salvini a dit non. Et le reste de l’Italie a opiné. L’Italie a officiellement tourné le dos aux réfugiés de guerre africains.

Le plus désolant, cependant, c’est que l’Italie continue à embrasser la machine de guerre étasunienne qui engendre les réfugiés de guerre africains. Malgré le nouveau leadership "rebelle" de l’Italie et sa nouvelle image de "dure à cuire", l’Italie continue d’être un membre de troisième classe de l’Empire américain et lui est entièrement soumise. En d’autres termes, l’Italie d’aujourd’hui est capable de se montrer "dure" en Méditerranée avec les réfugiés africains. Mais, face à la machine de guerre méditerranéenne des Etats-Unis, l’Italie se conduit en lâche.

Les chiffres le prouvent. Un blog de 2007 recensait 113 bases militaires étasuniennes en Italie. Il y a de tout dans ses bases, des sous-marins aux bombardiers, des radars à l’infanterie. Et en 2017, le Pew Research Center a publié les chiffres (de 2016) du personnel militaire étasunien en service actif à l’étranger. L’Italie avait le quatrième nombre de soldats étasunien présents sur son sol : 12 088. Seuls le Japon (38 818), l’Allemagne (34 602) et la Corée du Sud (24 189) avaient une présence militaire américaine plus importante à l’intérieur de leurs frontières. Ces trois derniers pays, cependant, se trouvent sur la ligne de front de la guerre froide depuis des décennies. L’Italie, non.

Comment se fait-il que l’Italie abrite la quatrième garnison étasunienne au monde ? Pourquoi l’Italie abrite-t-elle une si grande partie du matériel militaire étasunien et du personnel étasunien nécessaires à la force de frappe étasunienne sur son sol ? Comment se fait-il que la présence étasunienne sur le sol de l’Italie soit plus grande qu’en Afghanistan, en Irak, en Grande-Bretagne ou au Qatar ? Et pourquoi n’y a-t-il que très peu de gens qui en parlent ?

Le sous-titre d’un article de TomDispatch.com de 2013 explique tout. "Comment le Pentagone utilise l’argent des contribuables pour faire de l’Italie une rampe de lancement pour les guerres d’aujourd’hui et de demain". L’auteur de cet article, David Vine, montre ce que signifie pour l’Italie la "guerre contre le terrorisme" étasunienne et le "Pivot vers l’Afrique" des Etats-Unis. (Vine ne compte que 59 bases étasuniennes en Italie).

Depuis l’an 2000, les Etats-Unis ont transformé la péninsule italienne en poignard pointé vers la Méditerranée en général, et l’Afrique en particulier. Africom et les guerres contre l’Islam ont changé les relations de l’Amérique avec l’Italie. En 2005, la marinedes EU a déménagé son quartier général européen de Londres à Naples. En 2008, l’armée étasunienne en Afrique (USARAF) s’est installée près de Venise (Vicenza). Et la Sicile (la base de Sigonella, près de Catane) est devenue un centre majeur de drones étasuniens et d’autres avions d’attaque et de surveillance qui ciblent l’Afrique.

Comme la menace soviétique a disparu dans les années 1990 en l’Europe, il a fallu trouver de nouveaux ennemis dans les années 2000. Il fallait inventer de nouvelles guerres. Les Etats-Unis ne pouvaient pas laisser l’Europe retrouver sa liberté. C’est parce que la situation géographique de l’Italie est stratégiquement unique (ce qui est pour elle à la fois une bénédiction et une malédiction), que l’armée étasunienne s’y est incrustée, à la manière d’un parasite. L’Italie est devenue l’Okinawa de l’Europe.

On pourrait dire que tout cela était écrit dans le ciel étoilé (dans les Cinq Étoiles ?). En tout cas, les Etats-Unis font partie de l’ADN de l’Italie contemporaine. C’est l’infâme étasunien Allen Dulles, lui-même, qui a présidé à la naissance de l’Italie d’après-guerre et l’a modelée à son gré. Dulles, qui courait autour du lac de Côme, dans le nord de l’Italie - en 1945 –, pour arracher les nazis des mains des partisans, résume à lui tout seul cette naissance (lire L’échiquier du diable de David Talbot). Et depuis, la situation n’a cessé de se détériorer.

Soixante-six gouvernements italiens plus tard - un individu qui veut que les réfugiés de guerre africains se noient dans la Méditerranée dirige la manœuvre. Alors que l’idée même que des Africains désespérés puissent entrer en Italie horrifie Matteo Salvini – cela ne semble nullement le déranger qu’une armée étrangère "en guerre avec l’Afrique" soit basée en Italie. Il y a quelque chose qui ne va pas.

Il n’est pas logique d’attaquer le symptôme (les réfugiés) et d’ignorer la cause (la guerre). A moins, bien sûr, que la cause ne soit partie intégrante de tout le processus. Il est alors logique de protéger la cause - sinon tout s’effondre. Voilà la situation absurde dans laquelle se trouve l’Italie aujourd’hui. La souveraineté qu’elle prétend défendre englobe la présence d’une puissance étrangère nuisible au plus profond de la structure du pays.

Le slogan de Salvini "les Italiens d’abord" signifie en réalité "l’armée étasunienne d’abord", "les Italiens en second" et "les réfugiés africains en dernier". Voilà la structure de l’Italie d’aujourd’hui. Et le Mouvement Cinq Étoiles et la Ligue de Salvini font partie de la structure. Ces nouveaux partis politiques ne sont pas rebelles, mais structurels. Ils ne représentent pas une menace pour l’’Italie’ qu’Allen Dulles a créée. Et ils ne représentent pas une menace pour le monde créé par Allen Dulles.

Coincés dans une structure militarisée sur laquelle il est écrit partout "Made in the US Empire" - à l’encre invisible, parce que les bases étasuniennes sont protégées par les médias du pays – les Italiens, dans leur colère et leur désarroi, s’en prennent aujourd’hui aux mauvaises personnes.

Et comme il s’agit d’un problème structurel profond, la solution n’est pas une fausse rébellion mais une véritable révolution. La révolution serait de voir les réfugiés africains comme des alliés politiques plutôt que comme des problèmes sociaux. Elle serait déclenchée par "la classe laborieuse" au profit de la "classe laborieuse".

Aidan O’Brian

Traduction : Dominique Muselet

»» https://www.counterpunch.org/2018/08/10/in-italy-there-are-12000-ameri...
URL de cet article 33677
   


Vous avez une minute ?

La raison ou le chaos
André Prone
Extrait de la préface d’André Tosel, Philosophe, Professeur émérite Avec La raison ou le chaos André Prone dresse un ultime tableau de sa vaste fresque théorique intitulée « Capitalisme et Révolution », consacrée à une critique des divers aspects du capitalisme mondialisé et à la proposition de ce qu’il nomme un écomunisme combinant l’apport du mouvement communiste d’inspiration marxienne et l’écologisme. Nourri d’une culture fondée sur une connaissance effective des sciences de la nature, attentif à la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le succès ou l’échec d’une révolution peut toujours être mesuré par l’ampleur avec lequel le statut de la femme a rapidement évolué dans un sens progressiste.

Angela Davis


Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.