RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Forteresse Europe - l’UE tue des réfugiés

L’image de l’UE n’est plus ce qu’elle était, et pas seulement à cause des tensions internes liées au renflouement de Covid aux pays européens les plus pauvres. Autrefois, selon les opposants au Brexit, l’UE aurait été le garant d’une politique plus progressiste que le néolibéralisme, une mise en commun volontaire de la souveraineté qui a produit un continent harmonieux, la liberté de circulation au sein de l’espace du marché unique et un partage civilisé des cultures et des langues qui empêché les guerres européennes. L’idée de l’UE en tant que paradis social-démocrate a pris son envol avec la promesse de Jacques Delors en 1988 au Congrès du Trade Unions Congress d’une « Europe sociale » offrant une protection apparente contre Thatcher à un mouvement ouvrier britannique démoralisé par la défaite des mineurs.

L’image bienveillante a été brisée lorsque la troïka – la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le FMI – a imposé l’austérité à la Grèce, contre une majorité massive de non-vote lors d’un référendum de 2015 sur l’acceptation des conditions strictes de sauvetage de l’UE. En tant que président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, l’a dit en réponse à la précédente victoire électorale de Syriza : « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens ».

La baisse incessante des salaires à travers l’Europe, ainsi que les tactiques policières brutales, parfois mortelles, pour réprimer le mouvement des gilets jaunes en France, les manifestants pour l’indépendance en Catalogne et les manifestants pour le droit à l’avortement en Pologne ont également montré la notion d’une Europe sociale plus douce. Un mirage.

Mais le signe le plus flagrant de la vraie nature de l’UE est peut-être son traitement raciste des réfugiés fuyant les guerres et la pauvreté, dans la plupart des cas, causé par les pays mêmes européens qui leur refusent désormais l’entrée.

Un article paru dans le Spiegel en 2017 décrivait le camp de Moria à Lesbos à grand renfort de détails : « L’effroyable puanteur de l’urine et des ordures accueille les visiteurs et le sol est couvert de centaines de sacs en plastique. Il pleut et de l’eau sale s’est accumulée jusqu’aux chevilles sur la route. Les migrants qui sortent du camp sont recouverts de minces capes en plastique et beaucoup d’entre eux ne portent que des tongs aux pieds lorsqu’ils marchent dans la soupe... Bienvenue sur l’un des sites les plus honteux de toute l’Europe. » L’article qualifiait le camp de Moria de « terrain zéro de l’ignominie européenne ».

Le camp, construit pour accueillir 2000 personnes, s’est retrouvé avec 13000 personnes entassées. Toutes sont parties sans abri lorsqu’un énorme incendie a complètement détruit le camp en septembre 2020.

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a présenté le nouveau pacte sur les migrations et l’asile comme un « nouveau départ ». Le but du pacte, a-t-elle précisé, est d’établir « un système prévisible et fiable de gestion des migrations ».

Pendant ce temps, la commissaire européenne aux migrations, Ylva Johansson, fait fi du véritable objectif du pacte. « Le message est : vous retournerez chez vous. » Le Pacte détruira effectivement le droit de demander l’asile, obligeant les réfugiés à retourner dans leur pays d’origine, dans de nombreux cas jusqu’à leur mort.

Le nouveau système détiendra les réfugiés pendant 5 jours dans des enclos. Ces camps de prisonniers seront sur le sol européen, mais ne seront pas officiellement comptés comme européens. Par ce tour de passe-passe, les réfugiés seront privés de tout droit de demander l’asile car ils ne seront pas réputés avoir atteint un pays étranger pour le faire. Ils seront dans un no man’s land, sans recours devant aucune cour européenne. La décision d’expulsion sera prise par les agents d’immigration.

Le pacte transformera également Frontex – l’agence de l’UE qui surveille la forteresse Europe et a déjà expulsé 15 850 réfugiés – en un service régulier en uniforme, en fait une nouvelle armée permanente de l’UE, patrouillant le long des frontières de plus en plus militarisées de l’Europe.

Le remplacement du camp de Moria brûlé est un nouveau campement à Kara Tepe, un ancien champ de tir à Lesbos. Ici, 8 000 personnes, pour la plupart de jeunes familles, vivent dans des tentes qui ont déjà été inondées trois fois lors des récentes averses. Le camp n’a pas de douches, presque pas d’eau courante ou d’égouts, et des services de santé inadéquats. La nourriture est rare et de mauvaise qualité, selon Oxfam. Des enfants sont vaccinés contre le tétanos à cause de morsures de rats. Les journalistes se voient refuser l’accès, tout comme les avocats. Les détenus ne sont pas autorisés à partir. L’accès à la mer près du camp est bouclé par des barbelés.

Les nouveaux camps filtreront tous les réfugiés et expulseront toute personne venant d’un pays où l’émigration économique est élevée, quelle que soit la situation individuelle.
Un aspect tout aussi honteux du Pacte sur l’asile et la migration est le nouveau « partenariat d’expulsion ». Des pays plus intransigeants comme la Pologne, la Hongrie et l’Autriche, qui refusent d’accueillir un quota de réfugiés de Grèce et d’Italie alloué par l’UE, pourront payer pour que ces personnes soient expulsées vers leur pays d’origine. « Ceux qui ne sont pas prêts à contribuer à la relocalisation [des migrants des pays de l’UE les plus durement touchés comme la Grèce et l’Italie] assumeraient au nom de l’Union européenne l’obligation d’organiser et de procéder aux retours », selon Margarítis Schinas, vice-présidente de la Commission européenne. Un « coordinateur européen pour les rapatriements » doit être nommé.

Plus de 20 000 réfugiés sont morts en tentant de traverser la Méditerranée, mais les pays de l’UE ont retiré leurs missions de recherche et de sauvetage. Dans un cas, des avions militaires français du porte-avions Charles De Gaulle ont fait sonner un bateau de réfugiés à la dérive mais n’ont rien fait pour l’aider. 61 personnes à bord sont mortes de soif, de faim et de froid. Cette année, les garde-côtes grecs ont percuté des bateaux surpeuplés en détresse et tiré sur eux pour les renvoyer dans les eaux turques.

La pandémie de Covid n’a fait que renforcer la forteresse de l’UE. L’Italie et Malte ont fermé leurs ports pour sauver les bateaux. En France, Macron a détruit des camps de migrants et resserré les lois sur l’asile, accélérant ainsi les expulsions. Les mêmes politiques de droite dure ont été adoptées dans toute l’UE.

Le dirigeant autoritaire hongrois Orbán a déclaré en 2016 : « Les positions qui étaient autrefois condamnées, méprisées et traitées avec mépris deviennent des positions communes. » C’est la véritable Union européenne : une hégémonie brutale, dont les États membres ne montrent aucune solidarité, ni envers les gens désespérés, ni les uns envers les autres.

Non pas que la Grande-Bretagne puisse garder la tête haute. Son gouvernement envisage la construction de ce qui est en fait un camp de concentration sur l’île de l’Ascension dans l’Atlantique Sud pour accueillir des réfugiés.

Pendant ce temps, les garde-côtes britanniques ont été occupés à repousser les dériveurs de migrants dans les eaux dangereuses de la Manche, à la demande du Daily Mail, de Nigel Farage et de la secrétaire d’État à l’Intérieur Priti Patel. L’ancien officier de marine Dan O’Mahoney, le nouveau responsable de la lutte contre les traversées clandestines de la Manche, utilisera des filets pour « rendre inopérationnels » les embarcations de migrants. Les tragédies de noyade dans la Manche, comme celle d’octobre qui a tué quatre migrants dont deux enfants, ne dissuaderont pas la Grande-Bretagne de faire preuve de sa brutalité habituelle.

»» https://www.facebook.com/thesocialistcorrespondent/posts/1808676099282561
URL de cet article 36792
  

George Corm. Le nouveau gouvernement du monde. Idéologies, structures, contre-pouvoirs.
Bernard GENSANE
La démarche de Georges Corm ne laisse pas d’étonner. Son analyse des structures et des superstructures qui, ces dernières décennies, ont sous-tendu le capitalisme financier tout en étant produites ou profondément modifiées par lui, est très fouillée et radicale. Mais il s’inscrit dans une perspective pragmatique, non socialiste et certainement pas marxiste. Pour lui, le capitalisme est, par essence, performant, mais il ne procède plus du tout à une répartition équitable des profits. Cet ouvrage est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Malheur aux pays qui ont besoin de héros.

Bertolt Brecht

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.