RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Syrie 2022 – Signes de changement

Il y a des signes de changement en Syrie. Après dix ans de guerre, des sanctions américaines renforcées et l’occupation de larges pans de son territoire par les États-Unis et la Turquie, la Syrie est restée faible et appauvrie, avec une faim généralisée et des millions de personnes déplacées à l’intérieur et à l’étranger. Les États-Unis continuent d’occuper illégalement la région productrice de pétrole et la principale zone agricole – et la Turquie détient illégalement une tranche dans le nord du pays en utilisant des mandataires terroristes.

Pourtant, la Syrie sort de son isolement diplomatique. Ses voisins, dont beaucoup s’étaient retournés contre elle pendant la guerre de changement de régime menée par les États-Unis, rétablissent des ambassades une fois de plus – un processus qui a commencé après qu’il est devenu clair qu’Assad survivrait à la guerre orchestrée par l’Occident.

Il existe désormais une réelle perspective de retour de la Syrie dans la Ligue arabe, le forum panarabe établi de longue date. Non seulement des alliés comme l’Irak et l’Algérie, mais des ennemis récents comme les Émirats arabes unis et la Jordanie appellent à réinviter la Syrie dans la Ligue arabe. L’Egypte y est également favorable. Une telle décision signalerait un réengagement majeur avec la Syrie, qui fait toujours l’objet de sanctions américaines punitives.

L’une des raisons du changement radical dans l’engagement diplomatique est que les puissances arabes réactionnaires craignent l’influence de l’Iran en Syrie et veulent la contrer. Par exemple, les Émirats arabes unis, qui ont rouvert leur ambassade à Damas en 2018 et envisagent potentiellement d’investir 250 à 400 milliards de dollars dans la reconstruction, considèrent le réengagement avec la Syrie comme une protection contre l’Iran.

La Jordanie aussi – où la CIA a formé des terroristes d’Al-Qaïda dans le cadre de son programme Timber Sycamore – a été alarmée lorsque le gouvernement syrien a repris Daraa près de sa frontière en 2018. Il craignait la proximité des milices iraniennes en Syrie. La Jordanie a également d’autres raisons de resserrer ses liens avec la Syrie : elle veut que le million de réfugiés syriens dans ses camps rentrent chez eux ; et veut rétablir son important commerce d’exportation avec la Syrie.

L’Égypte a été le premier acteur régional à reprendre contact avec le gouvernement Assad. La Syrie a longtemps été importante pour les ambitions de l’Égypte. Les deux pays ont une coopération militaire de plusieurs décennies (notamment la lutte contre Israël). Les deux gouvernements sont anti-Frères musulmans. Des relations plus étroites avec la Syrie, qui a survécu en tant qu’État nationaliste arabe laïc, pourraient renforcer la position de l’Égypte en tant que leader du monde arabe.

L’Arabie saoudite a mis plus de temps à se réengager avec la Syrie – précisément parce qu’elle craint d’être remise en cause par le nationalisme arabe laïc – mais elle bouge néanmoins, après le dégel de son proche allié de Bahreïn dans les relations avec Damas en 2018. Comme pour les autres États du Golfe, L’Arabie saoudite craint la montée en puissance de l’Iran. Le gouvernement houthi soutenu par l’Iran au Yémen est en train de gagner la guerre contre les Saoudiens là-bas et les États-Unis ne sont plus un protecteur fiable après que les Houthis ont bombardé des installations pétrolières saoudiennes en 2019 sans aucune réponse des EU. L’échec des EU en Syrie et son retrait d’Afghanistan ont ébranlé les Saoudiens, d’où les tentatives de pourparlers entre eux et l’Iran sur la réouverture de leurs ambassades respectives.

L’influence économique croissante de la Chine dans la région sous-tend ces changements diplomatiques. Son accord massif de 25 ans avec l’Iran, d’une valeur pouvant atteindre 600 milliards de dollars, servira à renforcer la légitimité de l’Iran à l’échelle internationale. La Chine a également invité cette semaine la Syrie à rejoindre son initiative "la Ceinture et la Route", défiant les sanctions étasuniennes et sa présence militaire dans l’est du pays. Comme elle l’a fait avec l’Iran – dont elle achète du pétrole au mépris des sanctions des EU – la Chine commence à atténuer les effets de l’intimidation étasunienne. Plus les EU interdisent le commerce avec la Chine, plus la Chine s’assure de nouveaux partenaires avec lesquels nouer des liens. La semaine dernière, elle a livré 4 000 tonnes de riz comme aide d’urgence à la Syrie.

Pour la Chine, la Syrie représente l’accès à la mer Méditerranée à Tartous, une route qui contourne le canal de Suez – bien que cela dépende du transit par l’Irak, qui n’est pas encore jugé suffisamment stable pour attirer des investissements dans un développement d’infrastructures aussi important.

La Chine devrait également bénéficier de relations plus étroites avec la Syrie en raison de leur lutte commune contre le terrorisme djihadiste. 5 000 djihadistes ouïghours ont été amenés via la Turquie pour combattre le gouvernement Assad. La Chine craint de retourner au Xinjiang aguerrie. Une plus grande coopération avec la Syrie pourrait l’aider à neutraliser la menace.

C’est l’intervention de la Russie qui a renversé le cours de la guerre et empêché la destruction totale de la Syrie. Aujourd’hui, la Chine joue un rôle potentiellement positif en aidant à assurer la paix. Le rapprochement croissant entre les anciens ennemis arabes et la Syrie souligne l’échec stratégique des EU – au prix énorme en termes de vies humaines et de dévastation économique. Plus tôt les États-Unis seront expulsés de Syrie et forcés de lever leurs sanctions punitives, mieux ce sera.

»» https://www.facebook.com/thesocialistcorrespondent/posts/2157141497769351
URL de cet article 37691
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Éric Laurent. Le scandale des délocalisations.
Bernard GENSANE
Ce livre remarquable est bien la preuve que, pour l’hyperbourgeoisie, la crise n’est pas le problème, c’est la solution. Éric Laurent n’appartient pas à la gauche. Il est parfois complaisant (voir ses livres sur Hassan II ou Konan Bédié). Mais dans le métier, on dit de lui qu’il est un " journaliste d’investigation " , c’est-à -dire … un journaliste. Un vrai. Sa dénonciation des délocalisations, par les patronats étatsunien et français en particulier, est puissamment documentée et offre une (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Une idée devient une force lorsqu’elle s’empare des masses.

Karl Marx

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.