RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’UE renforce les ambitions militaires

L’UE « éprise de paix » a l’ambition de devenir un bloc militaire puissant, tandis que les contradictions entre ses États membres soulèvent la perspective, une fois de plus, de futurs conflits au sein de l’Europe.

En 2006, l’UE a remporté le prix Nobel de la paix pour « six décennies de promotion de la paix et de la réconciliation » en Europe. C’était l’un des arguments centraux de Remainer que, compte tenu de l’histoire de l’Europe, l’UE était une force pour la paix.
Mais si cela est vrai, alors pourquoi l’UE dépense-t-elle 27,5 milliards d’euros en armes au cours des 6 prochaines années, dans ce que la Campagne contre le commerce des armes décrit comme une accélération sans précédent de la militarisation de l’UE ?

Militarisatioin de l’UE

En plus de cette accumulation d’armes, l’UE déploie deux autres projets militaires. La première, la Facilité européenne de paix de 5 milliards d’euros, permet pour la première fois à l’UE en tant qu’entité d’exporter des armes et des formations vers d’autres pays. Cette initiative s’adresse principalement à l’Afrique, où les anciennes puissances coloniales européennes reviennent en force, dans une dynamique de recolonisation. Le nouveau projet permettra à l’UE de contourner l’Union africaine et d’intervenir directement dans les pays africains.

La deuxième nouvelle initiative est le Fonds européen de la défense, d’une valeur de 40 milliards d’euros sur 10 ans. Cela créera un complexe militaro-industriel européen intégré, spécialisé dans la technologie des drones et une nouvelle génération d’armes de combat terrestres, aériennes et navales, dans le but de donner à l’UE une autonomie stratégique par rapport aux États-Unis.

L’une des nouvelles armes est le nouveau chasseur à réaction européen, le Future Combat Air System, construit par l’allemand Airbus, les français Dassault et Thales et l’espagnol Indra. Les coûts estimés s’élèvent à 500 milliards d’euros, selon le Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Le chasseur à réaction est présenté par Macron comme donnant à l’UE sa propre puissance militaire. La ministre des Armées de Macron, Florence Parly, a récemment tweeté : « La France, l’Allemagne et l’Espagne construisent l’un des outils les plus importants pour leur souveraineté et celle de l’Europe au XXIe siècle.

Les voix pour la paix perdent du terrain

D’autres faucons de l’UE, tels que l’ex-députée européenne belge, Hilde Vautmans, justifient les dépenses militaires de l’UE au motif que « Parfois, vous avez besoin de moyens militaires pour établir la paix ».

Les opposants à la campagne de militarisation, tels que l’eurodéputé allemand Ozlem Demirel, affirment que les nouveaux plans violent les propres traités fondateurs de l’UE, qui interdisent l’utilisation du budget du bloc pour « des opérations ayant des implications militaires ou de défense ».

Les voix pour la paix perdent du terrain. Dans la campagne électorale allemande, les trois principaux candidats à la chancelière – de la CDU, du SPD et des Verts – appellent tous à une politique étrangère Allemagne/UE plus autonome et agressive, et à des dépenses d’armement plus élevées.

Pour Annalena Baerbock, des Verts, l’UE doit intensifier ses efforts et devenir "capable de la politique mondiale... avec toutes les conséquences... sur un pied d’égalité avec les Américains". Elle appelle également à armer l’Ukraine contre la Russie, une manœuvre dangereuse à laquelle Merkel a résisté.

Réarmement et rivalité franco-allemande

Même le Parti de gauche appelle à un « engagement allemand plus fort dans les missions de maintien de la paix de l’ONU ». Le prétexte du maintien de la paix légitimera les interventions allemandes au Mali et au Moyen-Orient, tout comme il a permis à l’Allemagne de prendre un pied permanent au Kosovo, où sont stationnés environ 2 500 soldats allemands. Le Parti de gauche a également déclaré son soutien à l’OTAN et fait pression pour que l’Ukraine rejoigne l’alliance.

C’est le réarmement allemand en action. Déjà l’Allemagne dépense plus que la France en armes, et elle entend le maintenir.

La rivalité franco-allemande de longue date, que l’UE était censée réprimer, a pris le devant de la scène sur l’orientation de la militarisation de l’UE.

Macron veut utiliser la prééminence militaire française au sein de l’UE (la France est la seule puissance nucléaire et possède les forces armées les plus puissantes) pour contrôler l’Allemagne. Ses ambitions néo-gaullistes pour l’expansion française le mettent en contradiction avec la domination militaire étasunienne en Europe. Il veut que l’UE soit "souveraine à l’égard de notre défense".

Pendant ce temps, la ministre allemande de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer, a déclaré que l’Europe devrait rester alliée aux États-Unis et à l’OTAN pour les décennies à venir, dans l’espoir d’utiliser les États-Unis pour restreindre le style de la France pendant que l’Allemagne rattrape la France militairement.

L’UE n’est pas une force de paix

L’UE n’est clairement pas une force pour la paix. C’est l’Allemagne qui a déclenché la guerre de Yougoslavie, par sa reconnaissance précoce de la Croatie et de la Slovénie. Les tentatives de l’UE d’attirer l’Ukraine dans son orbite et de l’éloigner de la Russie ont provoqué la fragmentation du pays et la plongée dans la guerre civile. La France et la Grande-Bretagne ont mené la dévastation de la Libye, et toutes deux ont été profondément impliquées dans la destruction de la Syrie et du Liban. La France inflige une violence coloniale brutale au Sahel, en particulier au Mali. Toute l’Europe est en guerre contre les migrants non européens, prête à les noyer dans la Méditerranée plutôt que de les laisser entrer dans la forteresse Europe.

L’UE « éprise de paix » a l’ambition de devenir un bloc militaire puissant, alors que les contradictions entre ses membres soulèvent la perspective, une fois de plus, de futurs conflits au sein de l’Europe.

»» https://www.facebook.com/thesocialistcorrespondent/posts/1988334074650095
URL de cet article 37170
   

Philippe Bordas. Forcenés. Paris, Fayard 2008.
Bernard GENSANE
Ce très beau livre, qui montre à quel point le cyclisme relève du génie populaire et comment il a pu devenir une « province naturelle de la littérature française », me donne l’occasion d’évoquer des ouvrages qui m’ont, ces dernières années, aidé à réfléchir sur la pratique du vélo, sur le cyclisme professionnel et la place du sport dans notre société. Ce n’est pas l’argent qui pourrit le sport (l’argent, en soi, n’est rien), c’est le sport qui pourrit l’argent. La première étape du premier Tour de France en 1903 (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ce n’est pas nous qui aidons Cuba mais Cuba qui nous aide. A comprendre, à rêver, à espérer, à tout ce que vous voulez. Nous, nous ne sommes que solidaires.

Viktor Dedaj

« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.