RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : UE/Union Européenne

Lettre ouverte à Fabien Roussel : « Voir flotter ensemble le drapeau bleu blanc rouge de la France au côté du drapeau rouge du mouvement ouvrier » … et en finir avec celui de l’Union européenne !

Fadi KASSEM

Lettre ouverte du Pôle Renaissance communiste en France (PRCF) à l’adresse du PCF

Chers militants et camarades communistes du PCF, cher camarade Fabien Roussel, Le 3 septembre 2019, vous avez prononcé, camarade Roussel, un discours en conclusion du colloque Jean Jaurès à Toulouse à l’occasion du 160e anniversaire de la naissance de celui qui fut le leader de la SFIO et qui revendiquait sa proximité intellectuelle avec les principes du marxisme-léninisme. Dans ce discours, vous avez énoncé un certain nombre de phrases que nous, camarades militants du PRCF (et parfois encore au PCF), fortement attachés à l’héritage du grand PCF de Thorez et Duclos – avec ce souci constant de faire perdurer et vivre cet héritage quotidiennement et par-delà l’histoire –, approuvons, et en particulier le lien que vous établissez entre « le drapeau bleu blanc rouge de la France » et « le drapeau rouge du mouvement ouvrier ». Cette association des deux drapeaux, à laquelle nous associons également le couple de la Marseillaise et de l’Internationale (rappelons que la Marseillaise fut le premier hymne (...) Lire la suite »
21 

Didier Reynders : ce que tout parlementaire européen doit savoir sur sa pratique des droits de l’homme

Luk VERVAET

La nomination de Didier Reynders en tant que commissaire européen à la Justice « avec pour mission les Droits fondamentaux et la défense de l’État de droit » est une gifle magistrale à toutes celles et tous ceux qui l’ont croisé sur le chemin de la défense des droits de l’homme en Belgique.

À l’annonce de sa nomination, Didier Reynders, dont le nom a été cité dans des affaires comme le Kazakhgate, la loi sur la transaction pénale, la gestion des fonds libyens et, tout récemment, le blanchissement d’argent et de corruption au Congo, a déclaré : « L'Union (européenne) n'est pas uniquement un grand marché : il faut une surveillance des droits fondamentaux et de la séparation des pouvoirs, comparable à celle déjà appliquée aux finances ». Commencer par aborder la question des droits de l’homme en prenant le libre marché et le monde financier comme référence en dit beaucoup sur Reynders. C’est ce monde qu’il connaît le mieux et les intérêts économiques et financiers ont toujours été sa première préoccupation. On pourrait déjà s’interroger : si les droits de l’homme en Europe seront surveillés comme le sont les multinationales et les banques, ça promet. Dorénavant, Reynders se chargera d’un "rapport annuel objectif" sur ces questions, dans lequel la situation de chaque État membre devra être analysée « sur (...) Lire la suite »

Un camp d’entraînement en faveur d’Israël à Bruxelles

Myriam De Ly

La réalité des faits ne plaide pas en faveur d’Israël. Mais en les maquillant avec savoir-faire, on peut redorer le blason de l’État colonial.

Israël s’emploie ainsi à former de jeunes recrues qui pourront plaider la cause sioniste dans les médias ou sur les réseaux sociaux. Un camp de formation vient d’ailleurs de se dérouler à Bruxelles pour mettre sur pied « une armée européenne » de lobbyistes. (IGA) « Des groupes défendant les intérêts juifs et israéliens » ont entamé la « mise sur pied d’une armée européenne« (sic) de « jeunes activistes engagés » (sic) lors d’un camp de formation qui a débuté dimanche 14 juillet et s’est clôturé lundi 15, peut-on lire sur le site de joods.nl. Les organisateurs sont : l’European Jewish Association (EJA) avec le partenariat d’Europe Israel Public Affairs (EIPA) et de l’European Center for Jewish Students (ECJS). Bien évidemment, le ministère israélien des Affaires stratégiques n’était pas absent : il y a envoyé des formateurs de son ONG StandWithUs. Les participants : « 50 jeunes activistes venus d’Islande et de Roumanie et de tous les pays situés entre les deux ». Le contenu : « les bases du lobbying et des (...) Lire la suite »

l’Union européenne dans la stratégie nucléaire du Pentagone (Il Manifesto)

Manlio DINUCCI
Les ministres de la Défense de l’OTAN (pour l’Italie Elisabetta Trenta, M5S, pour la France, Florence Parly, LREM) ont été convoqués à Bruxelles les 26 et 27 juin pour approuver les nouvelles mesures de “dissuasion” contre la Russie, accusée sans aucune preuve d’avoir violé le traité FNI. En substance ils se mettront en rang derrière les États-Unis qui, en se retirant définitivement du Traité le 2 août, se préparent à déployer en Europe des missiles nucléaires à portée intermédiaire (entre 500 et 5500 km) avec base à terre, analogues à ceux des années 80’ (les Pershing 2 et les Cruise) qui furent éliminés (avec les SS-20 soviétiques) par le Traité signé en 1987 par les présidents Gorbachev et Reagan. Les plus grandes puissances européennes, de plus en plus divisées à l’intérieur de l’Ue, se re-compactent dans l’OTAN sous commandement USA pour soutenir leurs intérêts stratégiques communs. Cette même Union européenne -dont 21 des 27 membres font partie de l’OTAN (comme en fait partie la Grand-Bretagne sortante de l’Ue)- (...) Lire la suite »

L’Union européenne en croisade contre l’évasion fiscale, vraiment ?

Fabien DA SILVA

Entre déclarations de pure forme et rétropédalages, Bruxelles désire-t-elle réellement endiguer la fuite des capitaux, qui coûte chaque année plusieurs centaines de milliards d'euros aux Etats membres ? Le doute est permis.

L’évasion fiscale des multinationales coûterait 14 milliards d’euros chaque année à la France. C’est en tout cas ce que conclut une étude conduite par le Centre d’études prospectives et d’informations internationales (Cepii) publiée début juin. Or, d’après les estimations de l’organisme, qui milite pour redonner de « l’importance à l’échelon européen dans les politiques de lutte contre l’évitement fiscal des multinationales », « neuf des dix premiers pays d’enregistrement des profits manquants en France sont européens ». Une pratique d’évasion vers nos proches voisins qui illustre à merveille un fait : prétendant s’engager contre ce phénomène partout dans le monde, l’Union européenne en est pourtant l’une des principales responsables sur son propre territoire. Elle permet, voire orchestre, ce qu’elle dénonce. Le sujet de l'évasion fiscale, en Europe, rappelle à quel point les Communautés puis l'Union européennes se sont construites autour, pour et par l'argent. Et non pour des raisons politiques ou sociales – (...) Lire la suite »
La France Insoumise est à la croisée des chemins politiques

Lettre ouverte à la France Insoumise et à Jean-Luc Mélenchon

Léon LANDINI

Par Léon Landini, président, ancien FTP-MOI, Georges Gastaud, secrétaire national, Fadi Kassem, secrétaire national adjoint, Gilliatt de Staërck, responsable des Jeunes pour la Renaissance communiste en France (JRCF)

Chers camarades insoumis, cher citoyen Jean-Luc Mélenchon, Nous nous adressons à vous à la suite du résultat des récentes élections européennes pour lesquelles le Pôle de Renaissance communiste en France (PRCF), fidèle à sa stratégie de Frexit progressiste exigeant la sortie de l’Union européenne, de l’euro, de l’OTAN et du capitalisme, a appelé à l’abstention citoyenne et fait campagne dans cette optique en mobilisant l’ensemble de ses militants afin de délégitimer au maximum cette « prison des peuples » qu’est l’UE. Vous avez décidé de présenter une liste électorale pour cette occasion. Cette divergence stratégique avec nous ne saurait faire oublier que vous avez défendu lors de la dernière élection présidentielle une position allant dans le bon sens à nos yeux en posant la dialectique suivante : « L’UE, on la change ou on la quitte ». C’est pourquoi nous avions décidé de soutenir de manière critique (notamment lorsque la dialectique exprimée paraissait moins ferme sur l’alternative de sortie de l’UE) mais (...) Lire la suite »
68 

L’amour se fait attendre

Pierre LEVY

A l’issue du 26 mai, trois légendes urbaines ont été répandues en boucle par les commentateurs europhiles

Aplomb pyramidal ou méthode Coué ? A l’issue du 26 mai, trois légendes urbaines ont été répandues en boucle par les commentateurs europhiles. Primo, les citoyens européens auraient témoigné – « enfin ! » – leur attachement à l’intégration européenne en se précipitant nombreux dans les bureaux de vote. Etrange sophisme puisque, dans plusieurs pays, la hausse de la participation électorale a nourri des forces se proclamant anti-Bruxelles. En outre, ceux qui ont voté l’ont fait quasi-exclusivement sur des enjeux nationaux. Enfin, dans plusieurs pays, les européennes étaient organisées simultanément à des scrutins régionaux, à des référendums, voire à des élections nationales, ce qui a mécaniquement réduit l’abstention. Surtout, cette hausse est pour le moins à relativiser puisque, dans l’UE, un électeur sur deux (49,1%, contre 57,4% en 2014) a continué de boycotter les urnes. Et ce, malgré les campagnes de dramatisation littéralement sans précédent, multiples et dispendieuses. En France, CFDT et MEDEF s’associèrent pour (...) Lire la suite »

Les résultats de la gauche radicale, communiste, et apparentés, aux européennes pays par pays (2019)

RÉPUBLIQUE SOCIALE

En un mandat européen beaucoup de choses peuvent changer, et parfois pour le pire. En 2014 le groupe européen de la Gauche unitaire européenne / Gauche verte nordique (GUE/NGL) comptait 52 députés. Cinq ans plus tard ce nombre s’est bien réduit. J’ai essayé de recenser, pays par pays, les résultats des partis siégeant dans ce groupe, susceptibles de le faire ou aux idées similaires. Pour certains pays, notamment en Europe de l’Est il est très difficile de collecter de tels résultats, bien souvent car des listes proches idéologiquement de la GUE/NGL sont inexistantes ou très faibles électoralement.

Allemagne Die Linke (la gauche) avait obtenu 7,57% des suffrages et 7 députés en 2014. Cinq ans plus tard les résultats européens confirment les résultats nationaux. Die Linke obtient 5,40% des voix et 5 sièges. De son côté le Parti communiste allemand (KDP) ne réalise que 0,05% des suffrages. Autriche En 2014 la liste Europa Anders, obtenait 2,1% des votes. Cette année cette liste n’était pas présente, en revanche celle regroupant le Parti communiste et l’ex mouvement de jeunesse des verts n’obtient que 0,7%. Belgique L’une des bonnes surprises de ce scrutin vient de Belgique. Le Parti du travail de Belgique (PTB) augmente son score par rapport de 2014 en passant de 3,51% des voix et aucun député à 5,74% et 1 député. Mais surtout les élections fédérales et régionales, qui se déroulaient le même jour, ont permis au PTB de passer, dans les diverses Assemblées de Belgique, de 8 à 42 élus. Pour voir le détails des résultats : Le PTB perce dans tout le pays. Bulgarie En Bulgarie il n’y a pas de forces (...) Lire la suite »

29 mai 2019 : la seule issue positive à la crise politique française, c’est de construire le frexit progressiste

Georges GASTAUD

29 mai 2005, 29 mai 2019, le combat pour briser les chaines de l’Union Européenne, de l’Euro, de l’OTAN et du capitalisme continue. Le 29 mai 2005, par referendum et à 54,67% des voix les français rejetaient le Traité Constitutionnel Européens et avec lui l’ensemble des traités dont le traité de Maastricht instituant l’euro. 14 ans plus tard, et au lendemain des élections européennes, les communistes avec le PRCF lancent un appel à l’action, un appel à la résistance, pour le FREXIT progressiste !

Après des mois de crise sociale aigüe,le résultat des élections européennes montre que la crise politique française n’a pas été ralentie, mais au contraire aggravée et accélérée par l’accès au pouvoir de Macron. D’une part, près d’un Français sur deux, et parmi eux, une majorité d’ouvriers, d’employés et de jeunes, a ignoré, voire boycotté le scrutin en dépit du lavage de cerveau quotidien sur la « belle Europe » ; d’autre part, Macron a perdu son pari d’arriver premier, les lepénistes et LAREM ont phagocyté les LR et la gauche euro-constructive – PS, mais aussi PCF-PGE et LFI euro-recentrée – a fait un score faible. A l’issue du scrutin, malgré l’engagement fort respectable de ses militants, le PCF-PGE est éliminé du parlement européen. A l’issue du scrutin, Macron promet de poursuivre sa politique antisociale, liberticide et antinationale avec en prime la mise en place d’une armée européenne arrimée à l’OTAN et la casse de la fonction publique, de l’Education nationale et des retraites par répartition. Et sitôt les (...) Lire la suite »
28 

À quoi sert l’Union européenne ?

Benedikt ARDEN
S’il y a bien une notion que je trouve difficilement compréhensible de la part de la gauche radicale française, c’est bien l’adhésion et l’attachement à l’Union européenne. Évidemment, le concept « d’Europe » comporte une part de réalité objective, en termes de lien de civilisation, d’Histoire et de proximités politiques, mais « l’unité politique de l’Europe » ne me semble pas être un projet à ce point clair qu’il devrait aller de soi. En tout cas, pas au point de soutenir la construction de cette entité supranationale et intrinsèquement néolibérale qu’est l’Union européenne (UE) ! Pourtant, le « rêve européen » n’est pas seulement une lubie d’extrême droite (l’Europe « blanche » !) ou du Vatican (le « pays » du Christianisme), comme on pourrait être tenté de le croire (1), puisqu’elle se retrouve dans tout le spectre des positionnements idéologiques, notamment à gauche. Notons au passage que la notion politique « d’Europe » est particulièrement floue, ce qui explique avec quelle facilité elle capte l’adhésion. Celle-ci (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 410