RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Droite, gauche et régularisation des travailleurs migrants - Particularisme et universalisme

La bataille pour la régularisation des travailleurs migrants (dont ce que nous voyons ces jours-ci ne devrait être par nous-mêmes conçu que comme la première étape d’une longue série de revendications) constitue une bataille de civilisation. Mais aussi une lutte qui marque la lutte entre une culture de droite et une culture de gauche, c’est-à-dire entre particularisme et universalisme.

En effet, dans cette lutte est en jeu le principe selon lequel chaque individu en tant que tel, indépendamment de son appartenance à ce ou cet État, est titulaire de droits.

Ceux qui refusent la régularisation des travailleurs migrants sont en fait en train de rejeter ce principe et de promouvoir des clauses d’exclusion sur la base de la race. Il défend en substance une conception non universelle mais partielle du droit. Et avec elle une conception non universelle mais partielle de l’homme.

L’universalisme doit constituer le terrain conceptuel et de valeur minimum sur lequel peuvent naître ensuite des controverses, des affrontements et des discussions. Déjà ce terrain est à l’intérieur extrêmement problématique et en soi insuffisant pour empêcher le recours à la violence. Le terrain du particularisme, cependant, non seulement n’empêche pas l’avènement de la brutalité, mais constitue de fait le royaume de la cruauté perpétuelle, le règne de la violence devenue loi.

Naturellement, l’universalisme constitue un terrain problématique dans la mesure où ses versions abstraites finissent par le renverser facilement dans son contraire (dans un particularisme), de sorte que la même gauche qui embrasse l’Universalité, si elle ne parvient pas à imprimer de la concrétisation à la reconnaissance qui l’innerve, peut se transformer en droite. Et pourtant, nous nous trouvons, au moins sur un plan culturel, déjà à un niveau plus avancé de civilisation quand une gauche doit se battre contre une droite qui accepte, du moins dans les principes, le terrain de l’universel, par rapport à la situation où la gauche se bat contre une Droite qui rejette ouvertement ce terrain. C’est-à-dire, en termes philosophiques, la lutte entre l’universel concret et l’Universel abstrait exprime un niveau de civilisation plus avancé que la luttes entre universalisme concret et particularisme.

Revenant au contingent, la bataille actuelle en cours pour la régularisation des migrants, représente une bataille progressive (pour affirmer une conception universelle du droit, un concept universel de l’homme et pour défendre en même temps la valeur du travail), mais aussi une sorte de bataille de la vérité, une ouverture soudaine du sipario (rideau) : en effet, on peut déduire de la manière dont on se pose à son égard l’inclination politique et culturelle de chaque personne, de chaque intellectuel, de tout responsable de parti.

Cette lutte démontre une fois de plus que ce ne sont pas les catégories de « droite » et de « gauche » qui sont idéologiques, mais qu’il devient plus que jamais idéologique celui qui, enveloppé dans une conception du monde post-moderne qui prend les formes et les configurations les plus diverses, se fait l’illusion de pouvoir les transcender.

9 Mai 2020

https://www.facebook.com/emiliano.alessandroni.1

»» https://italienpcf.blogspot.com/2023/09/droite-gauche-et-regularisation-des.html
URL de cet article 38935
  

Israël, parlons-en !
Michel COLLON
PRESENTATION : Voilà qui peut paraître étrange tant les médias nous parlent d’Israël. Mais les raisons du conflit sont-elles claires ? Israël : terre sans peuple pour un peuple sans terre ? Démocratie en légitime défense ou Etat d’apartheid ? Choc des civilisations, conflit religieux ou enjeu pétrolier ? Pourquoi une solution paraît-elle impossible ? Michel Collon a interrogé 20 témoins et spécialistes. Israéliens et Arabes, juifs et musulmans, Européens et Américains. Chacun éclaire une question (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Malheur aux pays qui ont besoin de héros.

Bertolt Brecht

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.