RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Trudeau, Zélensky et pot pourri

Accueilli en grandes pompes au Canada, Zelensky a fait l’objet d’une unanimité trans-partisane douteuse. Articles et discours dithyrambiques, teintée d’un brin de russophobie décomplexée, fusent de partout. Le Président-bouffon symbolise le combat du monde libre opposé aux régimes autoritaires (entendre barbares).

Invité à s’adresser au Parlement, l’acteur a bien joué son rôle, prononçant une allocution souvent interrompue par des ovations debout. Une comédie à l’eau de roses où tout ce beau monde bien rangé, dans une naïveté déconcertante, est convaincu de la justesse de la cause.

Pour bien enfoncer le clou, le Président du Parlement a cru bon d’inviter à la Chambre un immigré canado-ukrainien de sa circonscription et membre du parti au pouvoir. Âgé de 98 ans et présenté comme un grand résistant ukrainien qui a combattu « l’invasion soviétique », notre héros national a été reçu avec grand apparat par les parlementaires tout parti confondu, allant même jusqu’à serrer la main de notre bouffon à nous avant de faire la courbette à Zélensky.

Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, jusqu’à ce qu’un journaliste, un peu fouineur, ne trempe son nez dans le passé de notre brave homme et découvre le pot aux roses. Dans la fleur de l’âge, notre nonagénaire avait servi comme combattant bénévole de la deuxième guerre mondiale dans la 14é division des Waffen SS allemands, aussi connue sous le nom de la « Division SS galicienne no 1 ». Autrement dit, un nazi convaincu a été célébré au parlement, symbole suprême de la démocratie canadienne.

La révélation a eu l’effet d’un pavé dans la mare qui éclaboussa cette belle assemblée et vint troubler cette fête mondaine où tous, médias, journalistes, sénateurs, ministres naguère scandaient à l’unisson, au milieu des détonations des bouchons de Champagne, « Gloire à l’Ukraine ! »

L’heure est au rétropédalage. Le Président du parlement, celui-là même qui a invité l’Ukronazi, a reconnu son erreur mais refuse de démissionner. Le lendemain, pressé par des organisations juives, l’hôte présente des excuses et démissionne. Trudeau a qualifié la cérémonie de « profondément embarrassante pour le Chambre et pour le Canada ». Mais c’était trop tard, l’affaire a attiré l’attention du monde entier. Le centre des Amis de Simon Wiresenthal s’est fendu d’une déclaration : « Il ne devrait y avoir aucune confusion selon laquelle cette unité (la Division galicienne) était responsable du meurtre de masse de civiles innocents avec un niveau de brutalité et de méchanceté inimaginables ». Le Ministre polonais de l’éducation a déclaré avoir l’intention de demander au Canada l’extradition du vétéran nazi.

La controverse n’a pas fini de ternir l’image usurpée du Canada comme étant le pays de la liberté et des droits de l’homme.

À l’interne, elle a mis la puce à l’oreille des canadiens qui commencent de plus en plus à demander des comptes au Gouvernement qui finance cette guerre à coup de centaines de millions de dollars pris dans la poche des contribuables.

Mais est-ce étonnant dans un pays où la Vice-Première ministre, une russophobe primaire est, en même temps, la petite fille d’un autre vétéran nazi canado-ukrainien ?

Ottawa, le 27 septembre 2023

URL de cet article 38933
  

LA FIN DU CAPITAL - Pour une société d’émancipation humaine
André Prone
Le capitalisme fait subir aux peuples sa crise mondiale. Mais derrière les terribles épreuves de ses ruses alternatives pour en sortir et malgré l’échec douloureux des pseudo-socialismes laissant place à un entredeux mondes, se construit pas à pas une nouvelle conscience sociale qui apprend, dans la révolte parfois désespérée ou la révolution, à combattre la corruption et les dérives mafieuses d’un système profondément gangrené. Les deux conflits mondiaux au nom de l’Empire et de la Barbarie, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’avenir appartient à ceux qui ont des ouvriers qui se lèvent tôt.

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.