RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Thème : Mediapart

Trump est-il conseillé par nos médias et Manuel Valls ?

Vincent MORET
Lire la suite »

Le « vrai » journalisme enfin récompensé par l’aveu Cahuzac

Denis THOMAS

Avec les aveux de Jérôme Cahuzac, un coup de tonnerre a secoué la classe politique. Cet éclair remet (enfin !) en lumière la nécessité impérieuse et citoyenne du journalisme d’investigation à l’origine de la sortie de l’affaire.

Un métier âpre et dont l’exercice est de plus en plus complexe compte tenu de la crise économique que traverse le secteur notamment du fait de la révolution Internet, et ce, particulièrement en France. Ses exigences n’en demeurent pas moins immuables. Rien à voir avec le cirque médiatique aujourd’hui le plus communément et tristement répandu.

Souvenons-nous. 1974 : Nixon tombe avec le Watergate. Le scandale est porté à la connaissance du public par le Washington Post et ses journalistes Woodward et Bernstein. 1981 : Giscard quitte l'Elysée : l'affaire des diamants de Bokassa sortie par le Canard Enchaîné y est pour beaucoup. Nous sommes au coeur des « trente glorieuses ». Riches encore. Car ne nous y trompons pas : l'aboutissement d'une enquête journalistique indépendante coûte cher. En temps et en hommes. Donc en argent. Il ne s'agit pas, dans ces cas où la publication de l'information conduira à la démission d'un homme (ou d'une femme) d'Etat ou au démantèlement d'un système, d'attendre que les éléments vous arrivent cuits et pré digérés de la bouche d'un contact lors d'un dîner mondain. CARNET D'ADRESSES Bien au contraire, le départ, puis le fil de l'enquête, ne peuvent se dérouler que dans des conditions où l'exactitude des faits révélés ne souffrira au final aucune réserve. Ce processus n'existe que parce que le journaliste a su, (...) Lire la suite »
Jérôme Cahuzac à la une.

Jean-Michel Aphatie : toujours du côté du manche

Bernard GENSANE

Malgré l’admiration effrénée et bien connue que je voue au plus grand journaliste de France (http://www.legrandsoir.info/Jean-Michel-Apathie-obsessionnel-et-poujadiste.html), je vais m’efforcer de rester objectif et calme.

Longtemps, Mediapart fut le seul organe de presse à enquêter sur les agissements financiers, bancaires de Jérôme Cahuzac. Une parenthèse sur ce verbe « enquêter ». On dit aussi « investiguer ». Comme dans les pays anglo-saxons, il n'y a plus en France que deux sortes de journalistes : les complaisants qui font du copier-coller de dépêches d'agence ou d'autres sites de la toile, et les enquêteurs, qui vont au charbon, qui prennent des risques, et qui, généralement, trouvent. Tant que Mediapart était le seul à accomplir le vrai travail, l'immense Aphatie prenait tout cela de très haut. Recevant Edwy Plenel chez Denisot sur Canal +, il y allait de sa morgue : « vous êtes sûr que vous avez des preuves, qu'elles tiennent la route ? ». La réponse de Plenel « on a tout, on sait tout » était accueillie par Aphatie par un sourire en coin décoché en direction des spectateurs signifiant : « moi, vous, savons bien que Mediapart s'agite pour vendre et que tout cela finira en eau de boudin ». Aphatie (qui contestait (...) Lire la suite »