RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Politique économique

Un nouveau mécanisme de commerce qui met à l’écart le Dollar

Benallal MOHAMED

« La guerre et le commerce ne sont que deux moyens différents d’arriver au même but : celui de posséder ce que l’on désire » Benjamin Constans

Le système du troc réapparaît pour un raison entre l’Iran et l’union européenne suite à la peur des pays européens d’être puni comme un petit élève, par leur maître pour eux c’est un Oncle Sam qui se prétend très fort. Le traité 5+1 signé avec l’Iran sur le nucléaire avait pour objet de soustraire les sanctions économiques imposé à l Iran par la communauté internationale(ONU).Ils se sont entendus mais c’est la défection des Amériques qui ont renoncé après l’avoir avalisé. Les USA ont averti sévèrement chantage à l’appui, quiconque commercerait avec l’Iran sera sanctionné sans l’aval de l’ONU. A cet effet, l’intelligence de Union Européenne a permis d’imaginer et de créer un système de « quasi troc » pour être à l’abri et éviter des sanctions du maître « oncle SAM » d’une part et de ne pas renoncer au traité avec l’Iran pour montrer qu’il continue de soutenir le contrat fait. Ce système de troc servira de faire ; de commercer avec l’Iran en dehors de la monnaie dollar qui est bien contrôlée par les institutions financières des (...) Lire la suite »

Les Gilets Jaunes sont imparables : "Maintenant, les élites ont peur" (Spiked-Online)

Christophe Guilluy
En hommage à Jérôme Rodrigues, Gilet jaune, victime d’un tir policier (balle) lors de l’acte 11 Pour un RIC européen élaboré par une Assemblée Constituante européenne, ultime carte du réformisme radical ? Compilation de textes du net, qui éclairent le télescopage en cours de la crise en France et de la crise européenne, les élites ont choisi la guerre de classe, sans respect des masses, dans une course de vitesse pour reprendre le contrôle de la conjoncture qui leur à échappé totalement depuis le 17 novembre 2018. Ce n’est pas le formulaire en ligne de la demande de prime d’activité, véritable casse-tête technocratique, avec 10 % de réussite, qui peut renverser le cours des choses. La colère sociale s’étend dans le pays et au de-la des frontières, comme la dégradation des économies européennes... Le gigantesque projet du Grand Paris tout automobile (200 km de tunnels de contournement pour 37 milliards €, financé par ?), montre que le fuite en avant vient de loin. Citations : Christophe Guilluy (traduction) (...) Lire la suite »

L’austérité, c’est le petit nom de la guerre de classe (Sputnik News)

Tommy SHERIDAN

Les Torys, leurs bailleurs de fonds milliardaires et leurs courtisans dans les médias grands publics parlent rarement de la ’lutte des classes’ parce qu’ils sont trop occupés à la mener.

Le 'criminel de guerre' Tony Blair avait l'habitude de répéter avec suffisance que parler de lutte de classe n'était plus pertinent au 21ième siècle car la société avait évolué et qu'il n’était plus possible d'utiliser des termes aussi antagonistes. La 'lutte des classes est terminée' a déclaré le converti 'Tory Blair*' en septembre 1999. Quelle foutaise ! Je me souviens m'être levé pour demander à l'un des acolytes enthousiastes de Blair au Parlement écossais, le Premier ministre Donald Dewar, s'il était d’accord avec la déclaration de Blair sur la fin de la lutte des classes et si oui, 'qui l’avait gagnée' ? Dewar n’a pas su quoi dire et, comme d'habitude, il a évité la question tout en soutenant son Nouveau Messie Travailliste. La guerre de classe est loin d'être terminée, et l''austérité' décrétée par le gouvernement de coalition Tory/Libéral, élu en 2010 à la suite du krach bancaire de 2008, était évidemment la continuation sous un autre nom de la guerre de classe menée par les riches pour les riches. Des (...) Lire la suite »

Le temps est venu pour la Russie de se débarrasser enfin du dollar américain - Ministère des Affaires Etrangères (RT)

La Russie répondra certainement aux dernières sanctions de Washington et, en particulier, elle accélère les efforts pour abandonner la monnaie américaine dans les transactions commerciales, a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères Sergei Ryabkov. "Le temps est venu de passer des paroles aux actes, de se débarrasser du dollar comme moyen de règlement mutuel et de chercher d'autres alternatives", a-t-il déclaré dans une interview accordée au magazine International Affairs. "Dieu merci, cela se produit, et nous allons accélérer ce travail ", a dit M. Ryabkov, expliquant que cette mesure s'ajouterait à d'autres " mesures de rétorsion " en réponse à une liste croissante de sanctions américaines. Le ministre russe de l'énergie, Aleksandr Novak, a récemment noté qu'un nombre croissant de pays sont intéressés par le remplacement du dollar comme moyen de paiement dans le commerce mondial du pétrole et d'autres transactions. "Il y a une compréhension commune que nous devons nous diriger vers (...) Lire la suite »

La monnaie dans tous ses états …(Déconnomistes 2018)

Fabrice AUBERT
Psychanalyse d’un « billet de banque en cavale » Avertissement au lecteur de LGS : l’essentiel de cet article est en fait un « conte de troubadour », écrit en 2016 et que j’ai repris, car, pour la monnaie, rien de mieux qu’un ménestrel. Il s’agit surtout, au-delà du conte, de présenter les Rencontres Déconnomiques de 2018 qui auront lieu à Aix-en-Provence les 6, 7, et 8 juillet 2018, sur le thème de la monnaie, avec la participation des « Amis du Monde diplomatique ». Ce cycle de conférences aura lieu en même temps que les Rencontres Économiques du « Cercle des économistes ». Tandis que les économistes sérieux, resteront enfermés dans des amphis poussièreux, les déconnomistes ouvrent leur rencontre dans un parc, où même les arbres se penchent doucement pour écouter… les bases d’une économie humaniste. C’est justement pour « sortir du cercle » que les Déconnomistes existent. Vous trouverez dans ce lien le programme avec les intervenants et le lieu exact où nous vous accueillerons pour « déconner encore plus », car (...) Lire la suite »

Venezuela - Arc Minier de l’Orénoque : la solution accusée d’être le problème (ArcoNoticias)

José Roberto Duque et César Vázquez

Le pilonnage contre le Révolution Bolivarienne fait rage sur tous les fronts à la fois. Comme cela se passe ailleurs, c’est l’artillerie informative qui confère à l’agression son caractère massif, cherchant à conditionner la population, sujet et objet du phénomène “opinion publique”. Parmi les nombreux objectifs de guerre identifiables dans l’attaque contre le Venezuela, le plus vulnérable est probablement l’Arc Minier de l’Orénoque (AMO), un plan de régularisation de l’exploitation minière décrété par le gouvernement national en février 2017.

On peut qualifier ce thème de “vulnérable” parce que comme il s’agit d’une tentative d’organiser et d’exploiter de manière souveraine la mine au Venezuela, il fait s`élever les voix de protestation, en premier lieu, des mafias et des bandes criminelles qui contrôlaient l’exploitation de l’or, des diamants et du coltan au sud du fleuve Orénoque ; en deuxième lieu, des groupes environnementaux et des organisations sociales (authentiques ou opportunistes, les deux existent), préoccupés par certains énoncés de l’Arc Minier de l’Orénoque, et dévastés dans leur sensibilité par une propagande systématique et bien organisée. En troisième lieu, viennent les attaques contre l’Arc Minier de la part des transnationales et des gouvernements étrangers qui voient freiné ou stoppé leurs plan de tirer bénéfice des richesses minérales du sol vénézuélien. En dernier lieu intervient aussi un secteur citoyen qui n’a jamais été intéressé ni par le thème de la mine, ni par celui de la souveraineté, pas plus que par la problématique (...) Lire la suite »
En 25 ans, la Chine a sorti de la pauvreté extrême 635 millions de personnes – soit le total de la population africaine

Quatre choses à savoir sur la Chine dans le cadre du XIXème congrès du Parti communiste

Marc VANDEPITTE

La communication médiatique occidentale sur le XIXème congrès du Parti communiste chinois a été affligeante. L’attention a presque exclusivement porté sur les “marionnettes du spectacle”, sur un seul homme et les spéculations à propos de l’hypothétique étendue de son pouvoir. Toutefois ce congrès ne portait pas sur la personne de Xi Jinping mais sur les changements et les défis fondamentaux du plus grand pays au monde. Mais nous n’avons pas appris grand chose à ce sujet, sinon quelques clichés éculés.

1. L’économie Au cœur du congrès : le fait que la Chine se trouve dans une nouvelle ère de développement. L’expression “ère nouvelle” figurait 36 fois dans le discours du président Xi. L’ère ancienne s’est caractérisée par le développement rapide de l’économie et de la technologie, parallèlement à l’inégalité sociale et aux problèmes environnementaux. L’ère nouvelle œuvre pour une croissance durable et équilibrée, une meilleure qualité de vie pour la population, davantage de participation et un rôle plus prépondérant sur la scène mondiale (1) Nous donnons ci-après quelques informations contextuelles sur un certain nombre de domaines dans la société chinoise en pleine mutation, en plein “développement”, dans l’espoir de pouvoir étayer plus solidement les connaissances et ou les critiques. Des chiffres qui donnent le tournis Ces 35 dernières années la croissance a été tout bonnement phénoménale. Le PNB par habitant a été multiplié par 17, oui vous lisez bien, par 17. En comparaison, celui de l’Inde a quadruplé pendant (...) Lire la suite »
61 

Montrer la dette, pour cacher les dividendes.

Fabrice AUBERT
Préambule : C’est suite à une discussion du café du commerce, à Martigues, avec des militants politiques engagés à soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon, qu’un militant, expliquant que celui-ci n’avait pas répondu aux questions sur la dette et surtout fourni de chiffres, que l’idée de ce papier m’est venu. Il ne s’agit pas d’un papier pro ou anti Mélenchon, juste donner des éléments de réflexion pédagogiques sur la question de la dette. Il peut être utile aux militants syndicalistes, politiques, associatifs comme au simple citoyen qui s’interroge sur l’importance, la gravité et la légitimité de la dette dite publique… J’espère qu’il est d’accès et de lecture facile, j’ai en tout cas, comme toujours, cherché à être le plus pédagogique possible, sans pour autant baisser le niveau du conte UNE ELECTION PRESIDENTIELLE ? A quoi reconnait-on qu’une élection Présidentielle va avoir lieu dans notre Pays ? C’est facile, car les faits se répètent inexorablement à l’identique. A chaque élection présidentielle, le centre (...) Lire la suite »
15 

Des réformes ? Oui !… mais pas les vôtres !

Robert GIL
Dans le bal des hypocrites, le ridicule ne tue pas et la démagogie est toujours de mise, comme le prouve la déclaration du premier ministre : « jamais un gouvernement n’a fait autant pour les entreprises.. », pas pour le patronat, mais pour les entreprises, comme si en France et dans le monde, les entreprises n’appartenaient pas au patronat (et à leurs actionnaires) mais aux salariés ! Ou alors peut-être que dans l’esprit de manuel Valls, les entreprises sont des entités indépendantes seulement dévouées au bien commun au détriment de l’intérêt particulier. Si la ficelle n’était pas si grosse, on pourrait dire qu’il nous prend pour des pigeons. La déclaration du premier ministre était une réponse à M. Gattaz qui venant de dénoncer : « un monument de complexité, absolument illisible pour les TPE-PME, une loi qui ne servira strictement à rien pour l’emploi ... ». Si le président du MEDEF tient à dénoncer toutes les dispositions prises pour l’emploi, il devrait rendre les 40 milliards d’aides que le gouvernement (...) Lire la suite »

Loi de transition énergétique = privatisation des barrages hydroélectriques

PRCF

L'Assemblée Nationale vient d'adopter en première lecture le projet de loi de transition énergétique. Examiné en procédure accélérée de façon totalement anti-démocratique, ce texte prévoit rien moins que la privatisation des barrages hydroélectriques, démantelant un peu plus le secteur public de l'énergie, pour répondre aux exigences de libéralisation imposées par les traités européens. Bien sûr nous n'avons pas attendu ce texte pour appeler à combattre la libéralisation du secteur de l'énergie, et dénoncer la privatisation des barrages hydroélectriques :

Energie : à vue, sans plan et à contre-courant – le non sens de la privatisation d’EDF-GDF Halte à la privatisation des barrages hydroélectriques ! Oui à un grand pôle public, 100% nationalisé, de l’énergie Sortir de l’UE, contre les privatisations, nationaliser : Alstom, énergie, transports ... (le dossier d'initiative-communiste.fr) Energie nucléaire : Pour un référendum sur la nationalisation d’EDF Santé, Éducation, Énergie, Poste : Tous ensemble pour le service public ! Diversion médiatique et communication pseudo-écolo Durant les quelques jours d’examen de ce projet de loi, les médias du Capital auront amusé la galerie : dissertant un jour de sujets aussi essentiels que l’interdiction de sac plastiques jetables gratuits dans le commerce, le lendemain celui de l’interdiction de la vaisselle jetable. Reprenant en chœur les éléments de langage de la ministre de l’écologie et du développement durable et de l’énergie (MEDDE) Ségolène Royal, le débat aura été sur un sujet touchant de près le portefeuille et (...) Lire la suite »
11 
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50